Consultez les derniers articles
Un arbuste qui a du chien…

Vous voulez des animaux dans votre jardin ? Plantez des arbustes ! Les topiaires sont faciles à créer et à entretenir, surtout quand on utilise les outils adéquats. Même les débutants peuvent faire pousser un élevage.

L’art topiaire existe depuis la Rome antique. Les jardiniers cherchaient alors à imiter les sculpteurs en taillant arbres et arbustes aux formes de leur choix. De nos jours, la géométrie (boules, triangles…) est revue à l’aune de cette mise en forme, mais les sujets sont variés et les personnages, humains ou animaux, prennent également figure végétale. Certaines plantes se travaillent avec plus de succès que d’autres.

Feuilles en pagaille

Si le buis est traditionnellement utilisé pour les topiaires, notamment pour sa robustesse et son entretien facile, il reste cependant réservé aux sujets de petite taille (pas plus d’un mètre de haut). Le chèvrefeuille arbustif Lonicera saura séduire les impatients : sa croissance accélérée permet d’admirer rapidement les résultats (mais nécessite des tailles plus fréquentes, une par mois minimum là où le buis ou l’if peuvent attendre quatre mois). Certaines variétés de plantes prennent naturellement des formes particulières et soulagent le travail des jardiniers : le Picea glauca « Albertiana Conica » pousse avec la silhouette d’une pyramide quand le genévrier bleuté Juniperus « Skyrocket » s’élève vers le ciel comme une colonne.

Ciseaux et métal

Les topiaires ne se découpent pas au sécateur, mais aux cisailles, de préférence à lames courtes, pour plus de précision. Les taille-haies électriques sont parfois utilisés pour les grandes longueurs, mais toujours avec une extrême attention. Des gabarits facilitent la découpe : en métal, ils permettent de suivre une forme déjà dessinée : il suffit de tailler les tiges à un ou deux centimètres du fer. Il faut toujours tailler de haut en bas et du centre vers l’extérieur, en vérifiant que la forme reste équilibrée.

Mélanie De Coster




  1. Soyez le premier à laisser un commentaire