Pont-à-Mousson célèbre les 450 ans de son université !

3491
SIMUL - Eglise Saint Martin, Pont à Mousson - Babylone © Damien Fontaine

Les habitants de Pont-à-Mousson ont plus d’une raison d’être fiers. En plus d’être présente dans le monde entier via les canalisations et plaques d’égouts siglées « Saint-Gobain PAM », leur cité fut le siège d’une université jésuite de renommée européenne. Un héritage demi-millénaire qui a marqué de son empreinte le patrimoine architectural de la ville, et qui sera au cœur des festivités à venir !

Ville médiévale, Pont-à-Mousson acquiert une renommée internationale au XVIe siècle, avec la Renaissance. Afin de s’opposer à « l’hérésie protestante » qui gagne alors du terrain en terre catholique, le duc Charles III et le cardinal Charles de Lorraine demandent au pape Grégoire XIII d’intercéder pour eux en érigeant l’université de Pont-à-Mousson. Ce dernier fondera alors, par la bulle In Supereminenti, le 5 décembre 1572, le collège et l’université de Pont-à-Mousson. Confiée aux jésuites, l’université devient l’un des bastions puissants de la Contre-Réforme, et la ville, un centre intellectuel et religieux de premier ordre.

Une université, un héritage

En novembre 1574 s’ouvrent les premières classes ; elles accueillent une soixantaine d’étudiants. Les facultés de théologie et des arts s’implantent sur la rive droite de la Moselle. L’engouement est tel que très vite, il faut agrandir les lieux et de nouveaux corps de bâtiments sont construits autour d’une cour d’honneur (l’actuel lycée Jacques-Marquette) à la fin du XVIe siècle. Deux autres facultés (de droit et de médecine) s’installent sur la rive gauche. Rapidement, l’université mussipontaine voit sa notoriété dépasser les limites de la Lorraine ducale, et de 320 étudiants en 1574, l’effectif passe à 2 100 en 1616 !

Dès lors, et jusqu’au transfert de l’université à Nancy en 1768 (sur ordre de Louis XV), Pont-à-Mousson attire l’élite des étudiants venus de toute l’Europe. L’imprimerie se développe et, bénéficiant d’un certain essor économique, la ville s’embellit.

C’est à cette ère faste et très importante de l’histoire de la commune que l’équipe municipale a décidé de rendre hommage : « Nous avions à cœur de célébrer cette période de l’histoire de Pont-à-Mousson, qui a apporté une grande richesse à la ville en lui permettant de se doter d’un patrimoine architectural qui perdure », ajoute Laurence Ferrero, première adjointe au Maire, en charge de la Culture et de l’animation.

Cet anniversaire donnera lieu à différents événements : une exposition temporaire sur le jardin botanique de l’université, un cycle de conférences en partenariat avec l’université de Lorraine et le jardin botanique de Villers-lès-Nancy, et un spectacle son et lumière original et immersif sur les origines et le développement de l’université de Pont-à-Mousson.

Le circuit « Renaissance »
En passant par la maison des « Sept Péchés Capitaux », les arcades de la place Duroc, l’église Saint-Laurent, l’université…, visitez Pont-à-Mousson sous l’angle Renaissance grâce à un circuit dédié ! Il vous emmènera à la découverte des témoignages architecturaux remarquables hérités de cette période.

Envoyez le son et la lumière !

Projet-phare de cet anniversaire, un son et lumière immersif en l’église Saint-Martin ! À voir et à revoir gratuitement du 15 juillet au 18 septembre.

Quoi de mieux, pour faire connaître et comprendre son histoire, que d’en faire un récit mêlant histoire et grand spectacle ? Raconter l’histoire de l’université de la ville de Pont-à-Mousson, et, si possible, marquer les esprits, telle était l’ambition de la ville mussipontaine lors de l’appel à projets passé en début d’année. En y répondant, Damien Fontaine s’engageait à s’immerger dans l’histoire de la cité pour en faire un matériau de création. Résultat ? Un spectacle immersif réunissant les dernières techniques de pointe du mapping, et qui sera proposé tout l’été en l’église Saint-Martin, monument historique édifié au XIIIe siècle et attribué en 1574 aux jésuites lors de la création de l’université.

Au cours de ce spectacle sans précédent de 40 mn porté par un scénario, une musique et des textes originaux, ainsi que la voix de comédiens prestigieux, l’intérieur de l’église sera mis en images par des projections monumentales en illusions d’optique. La mise en scène, impressionnante, mêlant petite et grande histoire, sera composée d’une dizaine de tableaux, qui amèneront le spectateur à se fondre parmi les premiers étudiants arrivant à Pont-à-Mousson en cette fin du XVIe siècle. Ils découvriront la cité de l’époque, puis la façade de l’université, restituée en illusions d’optique, et sa grande bibliothèque. Ils assisteront à des joutes verbales jubilatoires entre étudiants de la rive gauche et ceux de la rive droite, suivront les élèves dans les tavernes, refuges festifs d’après-cours…

Du 15 juillet au 18 septembre, à raison de 2 représentations tous les vendredis et samedis soirs à 22 h et 23 h • Gratuit.

3 questions à Damien Fontaine

Metteur en scène, scénographe, scénariste et compositeur de spectacles

Comment l’aventure a-t-elle débuté ?

Je sortais d’un spectacle conçu pour la cathédrale Saint-Jean à Lyon, expérience hyper enthousiasmante, qui avait réveillé certains acquis. J’avais très envie d’investir ce lieu singulier qu’est l’église Saint-Martin, sorte de petite cathédrale à l’univers gothique, aux grands volumes. J’ignorais tout de l’histoire de l’université de Pont-à-Mousson, mais je savais qu’il y avait quelque chose à raconter.

De quel matériau partez-vous ?  

J’essaie de recueillir le maximum d’éléments historiques auprès de chercheurs, d’historiens, d’experts, afin de construire un spectacle captivant, intéressant. En l’occurrence, j’ai voulu imaginer la vie d’un collégien à l’université. Sur la forme, concevoir un spectacle en immersion dans une église est singulier ! Il fallait trouver une osmose entre l’image, les volumes d’une église gothique, la lumière, et surprendre les spectateurs, jeunes comme adultes.

Tout ce que l’on verra a-t-il existé ?

Pas tout, non. Mais je me suis appuyé sur les croquis retrouvés. J’ai également visité la bibliothèque municipale de Nancy, où ont été transférées, en même temps que l’université, les boiseries de l’ancienne bibliothèque de l’université mussipontaine.

Mon propos est de raconter l’ambiance, l’atmosphère d’une époque toujours très pieuse, mais où beaucoup de choses s’inventent, de savoirs se découvrent.

Propos recueillis par Cécile Mouton

Une exposition, des conférences

Les festivités débuteront le 11 juin avec une exposition dédiée au Jardin botanique de Pont-à-Mousson… Parallèlement, un cycle de conférences permettra d’approfondir différents sujets étroitement liés à l’histoire de la ville.

Cour d’Honneur

Le Jardin botanique mussipontain s’expose !

Macaron été © DR

Le musée municipal « Au fil du papier » accueillera, à compter du samedi 11 juin et jusqu’au 30 septembre, « Le jardin botanique de Pont-à-Mousson, de 1606 à 1768 », exposition temporaire consacrée au jardin botanique de l’université mussipontaine. Créé en 1606 sur l’actuelle place Saint-Antoine, troisième jardin de ce type créé en France après ceux de Paris et de Montpellier, il est l’un des plus importants à l’époque, rassemblant 1 500 espèces en lien avec la pharmacopée et l’université de médecine toute proche ! Il fut réorganisé entre 1705 et 1708, et transféré, en 1719, avec la faculté de médecine, au sein du vieux château urbain.

Cette exposition est construite en deux parties. Celle à l’intérieur du musée présente, à travers divers objets et documents, l’histoire du jardin botanique et de la faculté de médecine. L’autre, installée dans la cour du musée, prend la forme d’une reconstitution d’un jardin botanique, à travers des plantes cultivées dans le jardin botanique mussipontain. Une scénographie attractive et ludique intégrant des panneaux explicatifs permettra aux visiteurs d’apprendre le maximum de choses sur les plantes cultivées et exposées !

Du 11 juin au 30 septembre 2022 • Le musée « Au fil du papier » est situé 13 rue Magot de Rogéville à Pont-à-Mousson. Il est ouvert tous les jours (sauf le mardi) de 14H à 18H • Tel. 03 83 87 80 14

Un cycle de conférences

En parallèle, un cycle de conférences, organisé en partenariat avec l’université de Lorraine et le jardin botanique de Villers-lès-Nancy, fera intervenir des scientifiques et des spécialistes sur des sujets historiques et de botanique.

Vendredi 17 juin, Frédéric Pautz, directeur du jardin botanique de Villers-lès-Nancy, partagera ses connaissances sur un sujet qui lui est cher : le jardin botanique !

Vendredi 16 septembre, Jean-Pierre Legois, chargé de la valorisation de la recherche au sein du labo EMA (CY Cergy/Inspé/Gennevilliers) & co-président de la Cité des mémoires étudiantes, abordera, avec Loânna Kasapi, co-présidente chez Cité des mémoires étudiantes, le thème de la vie étudiante.

Vendredi 7 octobre, Julien Lapointe, professeur d’histoire du droit et des institutions, approfondira un thème lié au droit.

Vendredi 21 octobre, ce sera au tour d’Arnaud Fischer, enseignant-chercheur de l’UL très engagé dans des actions d’histoire des sciences et de vulgarisation, de prendre la parole.

Les conférences auront lieu à 19h30 à l’Hôtel de Ville de Pont-à-Mousson.
Publireportage - Photos  © Damien Fontaine, DR