Consultez les derniers articles
Assurance : pensez à protéger votre jardin

Terrasse en caillebotis, parasol, salon d’extérieur et autres transats laissés dans votre jardin sont exposés aux intempéries comme aux vols. Or, leur prise en charge ne va pas forcément de soi…

Quand on a la chance d’avoir un extérieur, on en profite à fond ! Depuis les massifs de fleurs et autres arbres fruitiers amoureusement plantés jusqu’à la décoration soignée de sa terrasse sur laquelle trône un salon de jardin, les propriétaires ne lésinent pas sur à la dépense pour transformer leur petit lopin de terre en espace de détente. Au moindre pépin, le camouflet est alors d’autant plus violent…

Gare à la couverture

Bon nombre d’assurés croient, à tort, que l’assurance multirisque habitation s’applique aussi bien au mobilier contenu à l’intérieur de leur logement, qu’à l’extérieur. Rien n’est plus faux ! Alors qu’on a tendance à comprendre « habitation » au sens large, ce terme a une définition bien spécifique pour les assureurs qui entendent par là le seul bâtiment constituant le logement ! Peuvent toutefois être également protégées sans surcoût les dépendances attenantes du type véranda, à condition toutefois d’être déclarées à l’assurance.

En revanche, pour ce qui est du mobilier de votre terrasse ouverte, de vos équipements de piscine, du garage auquel vous accédez par l’extérieur ou encore de la cabane à outils, il va falloir rallonger la note avec des options spécifiques.

Mobilier et espaces verts

Deux protections dédiées au jardin sont proposées par les assureurs. La première consiste en une « garantie espaces verts ». Comme son nom l’indique, elle se limite à l’indemnisation des dommages causés à la végétation de votre terrain. Cette couverture n’a donc de réel intérêt que si vous avez une grande parcelle parsemée d’arbres fruitiers, d’arbustes, de massifs fleuris, haie végétale et autre potager. Plus complète, la « garantie jardin renforcée », aussi dénommée « pack jardin », intéresse la majorité des propriétaires puisqu’en plus de vos végétaux, elle s’étend à tout le mobilier laissé dehors. Sont ainsi pris en charge les meubles, coffres de rangement, outils divers, pots de fleurs mais aussi des équipements fixes tels que les portails et clôtures, balançoires et autre barbecue.

Dans tous les cas, ces assurances vous couvrent contre les dégâts dus aux intempéries (grêle, inondation, tempête), à un incendie, un accident, voire contre le vandalisme (sous certains plafonds). Il est toutefois rare que le vol soit compris et, lorsque c’est le cas, l’indemnisation est souvent plafonnée et conditionnée à l’existence d’équipements de sécurité. Quand vous le pouvez, mieux vaut donc mettre un maximum d’affaires à l’abri, à l’intérieur. De même, certains assureurs excluent aussi les dommages causés à votre pelouse.

La piscine, à part

Si l’assurance jardin peut concerner les bassins et mares, elle ne s’applique cependant pas à la piscine qui doit faire l’objet d’une extension de garantie spécifique. Pour être couverte, cette dernière doit d’ailleurs respecter la réglementation en vigueur qui impose la présence d’un dispositif de sécurité (alarme anti-chutes, couverture solide, barrière de protection ou abri en dur) pour les installations enterrées ou semi-enterrées. L’intérêt de cette protection ? Elle vient compléter les garanties légales en la matière.

Alors que la loi vous protège déjà contre les éventuels dommages de la structure (garantie de parfait achèvement, décennale et biennale pour les éléments séparés), l’assurance piscine inclut une garantie en responsabilité civile – indispensable si quelqu’un se blesse ou se noie –, et une garantie dommages utile si vos équipements sont détériorés à la suite des intempéries, d’un court-circuit et autre acte de vandalisme.

Les dépendances

Chaque assureur a sa propre définition d’une dépendance. Cependant, il s’agit en général d’une structure séparée de la maison, sans accès direct et n’étant pas non plus utilisée comme habitation. En clair : on parle plutôt ici d’une cuisine d’été, d’un cabanon ou d’un garage et non d’un studio indépendant. Dans ce cas, il faudra alors ajouter une option spécifique pour protéger cette annexe des risques classiques du type intempéries, incendie et dégât des eaux. Là encore, la garantie contre le vol est possible mais soumise à la présence d’équipements de sécurité et grevée par un plafond et une franchise importants. De quoi relativiser son utilité. Julie Polizzi

Photos © iStock / City Presse, DR



  1. Soyez le premier à laisser un commentaire