Le plessage, ça passe ou ça casse

460

Il existe différentes manières de construire une barrière. Avant la découverte des fils barbelés, les haies vives constituaient un barrage de taille.

Technique ancienne

Ces palissades, constituées d’arbres vivants, sont souvent associées au Moyen Âge. Il semblerait pourtant qu’elles existaient déjà durant l’Antiquité, du moins si l’on se fie aux écrits de Jules César, qui les décrit dans La Guerre des Gaules.

Savoir-faire

Il faut un certain temps pour préparer un plessage, mais son entretien est par contre limité. On peut partir d’une haie déjà existante ou planter des arbustes (aubépine et noisetier ont de nombreux adeptes, de même que le chêne) et attendre qu’ils mesurent environ 2 m. Il convient d’incliner les troncs après avoir aminci leur pied, sans les rompre, puis de tresser les branches de manière à former une barrière infranchissable… et naturelle. Différentes techniques cohabitent.

De nos jours

Le plessage a presque entièrement disparu de nos paysages, où il n’existe plus que sous forme de relique. Certains agriculteurs perpétuent cependant sa tradition dans le Perche (où Franck Viel l’enseigne), le Morvan et les Flandres. Elle est particulièrement bien représentée en Grande-Bretagne où des stages permettent de l’apprendre… et où elle est l’objet de compétitions.

Mélanie de Coster