Valérian Giet filme les Vosges

1018

En faisant de ses Vosges natales sa muse et son terrain de jeu, Valérian Giet a transformé son sujet de prédilection en métier de passion.

De ses forêts et montagnes vosgiennes, Valérian Giet n’a jamais songé à s’éloigner. Attiré, depuis toujours, par « ce qui est créatif », il s’engage néanmoins dans un bac pro industriel. Diplômé en 2008, il est embauché par un site de vente en ligne, dont il deviendra le responsable logistique. Le cap des trente ans aidant, l’année 2018 sonnera l’heure du changement. « Pendant dix ans, j’avais abandonné ma part créative, convaincu par l’idée que cette voie était inaccessible. À l’âge de 30 ans, j’étais prêt à repartir de zéro pour trouver un métier de passion ». En 2019, Valérian se met à son compte en tant que community manager et créateur de site web. Un an plus tard, il réoriente son activité et passe le permis de pilote de drones, véritable point de départ de sa marque Drone Vosges. « À manipuler cet objet qu’est le drone, je combinais deux choses que j’aimais : le monde de l’aéronautique et celui des nouvelles technologies ». En plein confinement, son statut d’autoentrepreneur constitue alors un passe-droit précieux. « J’avais le droit de me déplacer pour aller faire des images. Partout, j’étais seul, et jouissais donc d’une parfaite liberté ». Autre « avantage » tiré de la période : une addiction généralisée aux écrans. « Enfermés chez eux, les gens consommaient énormément de contenus en ligne et notamment de contenus de nature, de grand air. C’est ainsi que j’ai eu la chance de me faire remarquer par le grand public ». Le jeune homme est contacté par le Département et par l’Office du tourisme d’Épinal, qui deviendront ses premiers clients.

Il consacrera la deuxième partie de l’année 2020 à maîtriser le drone FPV. Sans assistance, ce drone est conçu pour le pilotage en immersion. « Réussir à le piloter demande des heures et des heures d’entraînement, mais le résultat vaut le coup : lorsque je l’utilise, je vois ce que je verrais si j’étais assis à l’intérieur. Les images sont donc particulièrement précises et impressionnantes ».

Un long-métrage à couper le souffle 
Fin 2021 et courant 2022, Valérian, loin de se reposer sur ses lauriers, se forme à la caméra traditionnelle, ce qui lui permet de combiner vidéos au sol et vidéos au drone. Il réapprend alors son métier de vidéaste, le drone devenant l’« un des outils » de sa panoplie. Début 2023, Valérian adjoignait à sa marque initiale ses prénom et nom – Drone Vosges x Valérian Giet –, manière de concrétiser la redescente engagée ; et en octobre 2023, il mettait en ligne un film valant, à lui seul, tous les CV. Dans « L’essentiel est ailleurs, une épopée verticale », long-métrage à la croisée du documentaire et du film d’aventure, le vidéaste suit l’épopée de Benoît Gandolfi, jeune trailer vosgien, dans le défi que ce dernier s’est lancé : battre le record du monde du dénivelé positif et négatif en 24h. Une œuvre magistrale qui cumule, au moment où nous écrivons, 56 000 vues !

© Valérian Giet
→ « L’essentiel est ailleurs, une épopée verticale » est à voir sur youtube.com/@DroneVosges – dronevosges.fr

Photos © Valérian Giet, DR