Les cucurbitacées, des petites marrantes

16

Les 27 et 28 septembre prochains, avec la fête du potimarron, la société d’horticulture de Lunéville ne prend pas les visiteurs pour des courges. Située au château de Lunéville, la manifestation promet de piquer nos sens et nos papilles avec plusieurs dizaines d’espèces de cucurbitacées et des dégustations à gogo.

Avec sa bouille ronde et sa couleur orange, la citrouille est la variété de cucurbitacées la plus prisée, en carrosse pour Cendrillon ou transformée en « Jack-o’-lantern » à Halloween, évidée et sculptée de manière à y recueillir la lumière d’une bougie. En réalité, cette reine des courges éclipse ses frères et sœurs. Coloquinte, calebasse, les cucurbitacées sont pleines d’imagination et revêtent de nombreuses formes. La société d’horticulture de Lunéville (SHL) se  creuse le potiron pour en faire découvrir une sorte peu célèbre : le potimarron. « Il est différent des autres cucurbitacées, par sa forme et sa saveur. Il a un petit goût de châtaigne. Le roi Stanislas était un fin gourmet et est à l’origine de la tradition horticole lunévilloise. Il y a vingt-cinq ans, des jardiniers locaux se sont regroupés et perpétuent cette coutume en cultivant des espèces anciennes comme le melon de Lunéville ou le potimarron », raconte Michel Ongaretti, président de l’association. Les membres de la SHL font pousser cinquante espèces de cucurbitacées dans leurs jardins de Laronxe et s’apprêtent à vendre cinq tonnes de leur production pendant le week-end des 27 et 28 septembre. Appelé aussi courge châtaigne ou potiron doux d’Hokkaido, le potimarron a réalisé un long voyage avant d’arriver dans les assiettes européennes.

LM34-026 LM34-028

Une courge voyageuse et savoureuse

Issu des cultures nord-américaines comme d’autres de ses congénères, il a attendu la venue de Christophe Colomb pour traverser l’Atlantique. Contrairement à la ronde citrouille, il jouit d’une silhouette originale, entre la poire et la toupie et est d’une couleur plus foncée que cette dernière. « Nous avons plusieurs sections dans notre association. En plus de la culture pure, certains membres s’occupent de la décoration et d’autres élaborent des confitures tout au long de l’hiver », détaille Michel Ongaretti. Outre une exposition sur les outils de jardin, la fête du potimarron promet une expérience gustative riche. Ce « petit marron » se déguste à l’envie, en sucré ou salé. Dans la cour des Communs du château, les visiteurs pourront le savourer décliné en pains et brioches cuits sur place au four à bois, en soupes ou même en macarons. Les yeux du public ne seront pas en reste entre les courbes délicates des pâtissons, les frimousses rebondies des potirons…Bien sûr, les promeneurs pourront ramener ces spécimens à la maison en se rendant aux stands de vente. La fête du potimarron de Lunéville nous prépare aux gourmandises de l’hiver. Nul doute que le bon roi Stanislas se frotterait la panse.

La fête du potimarron, les 27 et 28 septembre au château de Lunéville.
Pour plus d’informations :
www.tourisme-lunevillois.com