Le « Petit Prince » de l’art contemporain s’empare de Babar !

134
Babolex est visible jusqu'au 4 janvier au centre commercial Saint-Sébastien à Nancy

« Babolex » est l’œuvre créée par Vincent Faudemer. Une exposition à découvrir à l’Autre Galerie à Nancy et au centre commercial Saint-Sébastien.

Au début, ce n’était qu’une « blague ». En réponse à des amis galeristes parisiens pour qui « cet art, c’est de l’art comptant pour rien », Vincent Faudemer décide de s’inspirer du personnage de Babar pour créer… ce qui deviendra son « Babolex ». « Je regardais le dessin animé avec mon fils et cette figure de l’éléphant m’a tout de suite parlé. L’idée était de le rendre bling-bling en le chromant à l’argent et en lui ajoutant une vraie Rolex. J’ai voulu mettre en parallèle l’innocence de l’enfance, la perte des rêves et l’âge adulte avec la satisfaction de posséder quelque chose comme un aboutissement en soi. » Collectionneur depuis dix ans, la passion de l’art lui a été transmis par sa grand-mère grâce à ses nombreux bronzes religieux. Mais cet actionnaire dans une usine de literie au Portugal n’a pourtant pas vraiment d’accroche dans le monde de l’art. Qu’importe. Il modélise son Babolex en 3D et le poste sur Instagram. « Et là, le succès est immédiat ! » Le jeune homme, originaire de Normandie, reçoit une centaine de commandes des quatre coins du monde : le mannequin Kourtney Kardashian, des milliardaires russes, le chanteur Liam Payne, le rappeur Lacrim ou encore l’ancien footballeur Djibril Cissé. Incroyable ! 

« La sensation de laisser sa trace »

Dès lors, Vincent travaille neuf mois pour mettre sur pied son Babolex qu’il décline en plusieurs couleurs et en différentes tailles (de 35 à 300 centimètres). Ses œuvres sont éditées en séries limitées de 8 exemplaires, numérotées et délivrées avec un certificat d’authenticité. Elles sont aujourd’hui exposées à Paris, Monaco, New York, St Tropez, Miami, Milan, Courchevel ou encore Megève. « L’an dernier, j’ai même eu la chance d’exposer à l’Hôtel Plaza Athénée lors de la Fashion Week parisienne ! » Vincent Faudemer l’admet : il ne se sent « pas tout à fait artiste » mais « sa vie a changé depuis ». Finalement, ce qui lui plait le plus, est « la sensation de laisser sa trace » et surtout « la rencontre avec le public. Lorsque des enfants viennent à mes expositions en m’apportant des dessins… je réalise que cette aventure est humainement très riche ! » 

Lorsque Vincent parle d’art, un nom revient souvent. Celui de Jeff Koons. Admiré ou détesté, c’est « LA figure de l’art contemporain. Il a tout compris : il fonde son succès sur le buzz, le marketing et la communication. Pour moi, c’est un génie. Et je m’inspire de ses techniques avec l’argent chromé pour mes créations. » Après Babolex, le jeune artiste se lance dans un nouveau projet : « La famille Saint-Exupéry m’a contacté pour que je reprenne la figure du Petit Prince avec tout son univers. J’étais tellement ému ! Ils n’accordent pas les droits de reproduction facilement et c’est un honneur de travailler sur ce personnage de mon enfance ! » 

Vincent Faudemer

Jusqu’au 4  janvier, les Babolex de Vincent Faudemer sont à retrouver à l’Autre Galerie à Nancy : « Je ne connaissais pas la ville mais je sais que Richard Orlinski a récemment travaillé avec Lara et Béatrice de cette galerie. Elles m’avaient commandé quelques pièces qui se sont très bien vendues. Elles ont organisé un vernissage magnifique, je ne peux que les remercier. » D’autres Babolex sont à admirer au Centre Commercial Saint-Sébastien et au restaurant Vins et Tartines. Pauline Overney

Pour retrouver l’univers de Vincent Faudemer : vincentfaudemer.fr
Exposition jusqu’au 4 janvier : 
lautregalerie.net

Photos © vincent faudemer, dr