Galactique Laura Cahen

2270
@Jérémy Soma

Avec finesse, elle a érigé son monde intime en système universel, et transformé son humilité en force incandescente… Nancéienne devenue parisienne à mi-temps, Laura Cahen retrouvera, le 16 décembre prochain, sa scène chérie de l’Autre Canal. Rencontre.

La « fille » indéfinie de son dernier opus, c’est elle, c’est sa mère, c’est son amoureuse, c’est celle… qui se reconnaîtra. Pour ce deuxième album, « Une fille », sorti au printemps dernier, Laura Cahen s’est entourée de Dan Levy, ex-moitié de The Do et producteur de Jeanne Added. Résultat ? Un son « organique et électronique », et une voix mise à nue au contact de l’électro minimaliste et épique du producteur. Une esthétique brute volontairement différente de celle de Nord, son Acte I. « Je suis allée chercher chez Dan ce qui m’intéressait vraiment, avec l’envie de faire de ma voix mon premier instrument », confie Laura.

Des chansons, des tableaux

« La complainte du soleil », premier titre enregistré en studio, a, depuis, intégré la bande-originale de « J’ai perdu mon corps », long-métrage d’animation de Jérémy Clapin justement primé aux Oscars… Car la musique de Laura emporte l’imaginaire de celui/celle qui l’écoute, fait naître les images. S’improvisant tour à tour « chef op ou scénariste », la jeune femme conçoit d’ailleurs ses clips comme des courts-métrages, ses chansons comme des tableaux… et travaille actuellement à ce que ces incursions cinématographiques ne soient pas les dernières. Comme un encouragement à cette carrière parallèle, « Poussière », avant-dernier titre de son nouvel album, a été choisi pour clore la saison 3 de la troublante série américaine You ! Une chanson qui aurait pu, pourtant, finir au placard. « Mon label la trouvait trop sombre, trop spé… Je me suis battue pour qu’elle soit sur le disque, j’y ai toujours cru. Et ce qui se passe autour actuellement confirme mon intuition ». Car la chanson, en plus de traverser les océans (et les cœurs) a dépassé les 100 000 écoutes sur Youtube ! 

Assumer son identité

Et puis il y a « Dans mon lit », dans laquelle Laura raconte aimer les filles, LA fille. C’est qu’à l’intolérance ambiante, aux préjugés tenaces, elle a appris à opposer sa franchise, son art de la ligne droite. « J’ai mis du temps à oser marcher main dans la main avec ma petite amie. Maintenant que ce n’est plus du tout un problème, que j’agis en accord avec les valeurs que je défends, je me dis que j’ai été bête, que je me suis pourri la vie. Alors si je peux aider des ados à accélérer le processus… ». Si vieillir fait naturellement beaucoup à l’affaire, « les rencontres », sa « copine », et la « poursuite de son chemin d’artiste » l’ont amenée à assumer son identité sans compromis ni compromission. Mais si Laura a fait tomber bien des barrières, elle continue à se sentir « comme une plouc à Paris »… et ce, bien que l’accueil réservé à son dernier album ait incontestablement modifié la façon dont certain.e.s la regardent.

Telle l’enfant prodigue, Laura Cahen reviendra sur la scène de L’Autre Canal le 16 décembre prochain, accompagnée, chose rare, de deux musiciennes et, chose rarissime, d’UNE ingé son… Soyez là ! Et vous constaterez que l’intime, quand il est choyé, touche à l’universel. 

Cécile Mouton

Laura Cahen sera à L’Autre Canal jeudi 16 décembre à 20h30 • Réservation www.lautrecanalnancy.fr
Photos © Jérémy Soma, DR