Sainte-Croix, l’année du loup

4711
Les loups blancs © Emilie Scherrer

Au sein du Parc Animalier de Sainte-Croix, l’année 2023 est placée sous le signe du loup, animal emblématique des lieux depuis 1986.

Animaux majestueux et mystérieux, les loups sont pour beaucoup dans l’engouement des visiteurs à leur arrivée sur le parc. Preuve, s’il en fallait, de l’intérêt des équipes et des visiteurs pour cet animal emblématique, le parc multipliera, cette saison, les temps forts.
Objectif ? Donner au grand public les clés de compréhension de cet animal adulé autant que redouté.

Des espaces réaménagés

L’accueil, par Sainte-Croix, d’une nouvelle meute de loups blancs issus du domaine des Grottes de Han a amené à un réaménagement de leur territoire, avec, en fil rouge, l’amélioration constante de leur bien-être. Les loups aimant jouir d’une vision périphérique de leur territoire, une grande butte a été créée à cet effet. Des zones de quiétude et une rivière ont également été créées, avec cascade, enrochements, bassin et petit pont permettant aux animaux de s’abreuver.

En parallèle, les points d’observation ont été retravaillés. 

« Nous comptons aujourd’hui six meutes et une trentaine d’animaux parmi lesquels des loups gris (européens), des loups noirs (nord-américains), des loups blancs (ou arctiques). À travers notre nouvelle scénographie, axée notamment sur les histoires, contes et légendes autour de ces animaux, nous faisons de la sensibilisation », explique Clément Leroux, directeur de la communication du Parc Animalier.

Et pour optimiser les conditions d’accueil du grand public, dont 46 000 scolaires et centres de loisirs chaque année, un petit amphithéâtre faisant face aux loups blancs a été créé. 

L’homme et le loup, une relation tumultueuse

En France, les contes et légendes ont ancré cette idée du grand méchant loup, si bien que le loup est souvent craint, voire détesté. Faire de la pédagogie autour de cet animal nous paraît important ».Et Clément Leroux, de rappeler certains des épisodes ayant forgé, en France, la relation de l’homme au loup. « Au Moyen-Âge, il y a concurrence directe entre l’homme et le loup, tous deux super prédateurs chassant les animaux dans la nature. Sous Charlemagne, les hommes sont payés pour tuer les loups. Les années 1920 sonne, en France, l’extermination totale des loups, tués en masse au moyen notamment de poison placé dans les carcasses d’animaux morts ». La perception du loup diffère selon les pays. « En Italie, le loup a une image protectrice et nourricière, c’est la Louve de Rome, mère de Rémus et Romulus. Au Canada, il est appelé « le docteur des caribous », car il ne s’attaque qu’aux caribous les plus faibles ou malades ». En France, c’est dans le parc du Mercantour qu’il reviendra naturellement, dans les années 1990. Devenu animal protégé, il vit aujourd’hui dans les zones moins peuplées, forestières, montagneuses, que sont les massifs des Alpes, du Jura, des Pyrénées et des Vosges. On dénombrerait aujourd’hui en France un millier d’individus.

Dire « qui est le loup »

Or s’il vivait, il y a cent ans, à l’écart des hommes, le panorama a changé : le pastoralisme s’est développé, et les zones inoccupées sont rares. « Parce qu’il pratique la chasse sanitaire ou opportuniste, le loup prélèvera plus facilement l’animal le plus accessible ». Entre le chamois sauvage et le mouton d’élevage, le choix est donc souvent vite fait. Dans un contexte de tensions vives entre défenseurs du loup et éleveurs, le Parc de Sainte-Croix s’est fait un devoir : informer, pour aller vers la voie du compromis et de la cohabitation. « Nous ne sommes pas là pour défendre aveuglement le loup, mais pour expliquer qui il est réellement et quel est son rôle en tant que super prédateur dans l’équilibre de la biodiversité ».

Lodges et animations

Pour s’endormir, on peut choisir de compter, au choix les moutons… ou, ici, les loups ! Au sein du Parc, les lodges nature créés autour du loup comptent de nouvelles installations : les Yukon lodges, face aux loups noirs. Courant septembre, quatre lodges d’Amarok feront face aux loups blancs. Pour créer l’événement, les premières nuits seront mises aux enchères au profit de la conservation !

Le thème du loup marquera également une série de temps forts grand public organisés d’avril à novembre. Ainsi, un Kamishibai, petit théâtre ambulant japonais, multipliera les animations à destination des enfants. En service durant les vacances scolaires et les week-ends, l’installation sera utilisée comme outil pédagogique et ludique.

Le festival L’été des Loupiots invitera, tout l’été, comédiens du parc et troupes extérieures à décliner le thème du loup sous forme de spectacles et d’animations nature. Dans le même temps, un partenariat avec AUZOU pourrait déboucher sur la présence de mascottes loups, et sur des collaborations avec des artistes de BD.

Citons également la présence exceptionnelle, à l’occasion de colloques, de conférences ou d’animations grand public, de personnalités-expertes ! Ainsi Michel Henault, naturaliste biologiste canadien, interviendra en juin dans le cadre d’une soirée inopinée comprenant conférence et débat. Thème traité ? Voyage en Amérique avec les grands canidés. Toutes ces personnalités feront l’objet de petits films de sensibilisation, ayant vocation à être diffusées sur les réseaux sociaux.

Mêlant la faune à l’art, le Parc Animalier de Sainte-Croix invitera, en juillet, les artistes de « 4m2 de nature » Marcello Pettineo et Stéphane Hette, qui animeront des ateliers dessins sur le loup pour enfants. Différents collectifs d’artistes proposeront par ailleurs des œuvres éphémères sur le thème du loup. Les plus cinéphiles des visiteurs apprécieront de voir projeter le film « Marche avec les loups » de Jean-Michel Bertrand, auteur d’une trilogie autour du loup. Et pour mettre en lumière des générations de loups présentes depuis 1986, Sainte-Croix présentera, cet été, une exposition dédiée aux loups et meutes emblématiques du Parc. L’exposition sera également l’occasion de mettre en avant le travail de Jean Lavergne, photographe et ami du parc depuis trois décennies.

Enfin, pour une immersion complète au plus près des loups, participez aux Nuits du loup au début de l’été et campez, en pleine forêt sauvage, en compagnie d’un spécialiste du loup !

Dessine-moi un loup !
Un grand jeu-concours invite les scolaires de cycles 1 et 2 à envoyer leur plus beau dessin de loup. À la clé, une sortie scolaire gratuite au Parc Animalier Ste-Croix, et l’exposition des plus beaux dessins dans le cadre des Entretiens de la biodiversité ! 

Les entretiens de la biodiversité du Grand Est

La deuxième édition des Entretiens de la Biodiversité du Grand Est se déroulera du 2 au 4 juin.

Engagé dans la sauvegarde de l’environnement et la conservation des espèces depuis sa création en 1980, le Parc Animalier de Sainte-Croix invitera prochainement scientifiques, naturalistes, associations et journalistes, à réfléchir et dialoguer autour du « retour du sauvage dans le Grand Est », thème des Entretiens de la Biodiversité du Grand Est 2023.

Préserver la biodiversité… Une ambition à laquelle le Parc de Sainte-Croix contribue toute l’année en participant à des programmes d’élevage et de réintroduction d’espèces menacées dans des écosystèmes préalablement protégés (bisons d’Europe, chouettes de l’Oural, vautours fauves, cistudes…). Avec ces Entretiens, elle invite chacun à partager son expérience de terrain, matière à imaginer les solutions de demain.

La première journée de l’événement, vendredi 2 juin de 16h à 18h, sera dédiée aux Trophées régionaux de la Biodiversité, manifestation mettant à l’honneur les projets initiés, au niveau régional, en faveur de la biodiversité. À 19h, sera projeté Le Chêne, film de Laurent Charbonnier racontant l’histoire d’un chêne vieux de 210 ans.

La journée du samedi 3 juin sera rythmée par différentes tables rondes, qui seront autant d’occasions de débattre des conditions et des conséquences d’un retour du sauvage dans le Grand Est. Chacune bénéficiera de l’expertise d’un « grand témoin » que seront Yves Paccalet, écrivain, philosophe, naturaliste et journaliste, Galitt Kenan, directrice du Jane Goodall Institute France, et Jean-François Silvain, ancien Président de la Fondation pour la recherche sur la biodiversité.

La troisième journée des Entretiens, dimanche 4 juin, sera dédiée à l’invité d’honneur de cette 2e édition : Nicolas Vanier, grand explorateur français devenu écrivain et réalisateur. Une grande conférence se tiendra à 11h ; elle sera suivie d’un échange/débat avec la presse et le public (sur invitation uniquement). En parallèle de ces temps forts, les visiteurs retrouveront des stands de sensibilisation à l’environnement et à la préservation de la biodiversité, ainsi que des expositions nature sur le Parc et le territoire de Moselle Sud.

Les entretiens de la biodiversité © Clément Leroux

Nouvelle boutique et ferme reconstituée

Ouvert au grand public, l’événement sera l’occasion, pour les fidèles du site, de (re)découvrir la nouvelle boutique nature, qui privilégie les produits écosourcés et issus de la filière Qualité Moselle. 

Les Jardins de Popote Qualite MOSL © Photo de Vero

De dimensions nettement supérieures à l’ancienne structure, elle pourra accueillir désormais, ponctuellement, des séances dédicaces et autres événements.

Signalons que le Parc Animalier de Sainte-Croix débutera prochainement un chantier-spectacle, soit le remontage, planche par planche, mur par mur, d’une vieille ferme mosellane datant de 1723 selon les méthodes traditionnelles ! D’usage polyvalent, la future Ferme d’Yvonne sera dédiée à « faire de la pédagogie autour de l’histoire du patrimoine et de l’homme, au cœur d’un environnement plus global » et accueillera, dès 2024, plusieurs salles de classe, confirmant le rôle de Sainte-Croix en tant qu’école de la Nature.

Animation chèvres © Morgane Bricard
Les détails de la programmation seront à retrouver progressivement sur parcsaintecroix.com. Parc animalier de Sainte-Croix Route de Sainte-Croix, 57810 RHODES • Tél. 03 87 03 92 05 
Publireportage - Photos © Margaux Chatelain, Morgane Bricard,  Sandrine Ziegler Munck, Emilie Scherrer, photo de vero, Clément Leroux, DR