2 000 voix à l’unisson

341

Les 8 et 9 novembre prochains, 2 000 choristes s’attaqueront avec Christophe Willem, Patrick Fiori et William Sheller aux « chansons éternelles ». Un formidable défi et une sacrée aventure humaine ! La préparation a été à la hauteur des enjeux.

Chanter seul n’est déjà pas facile. A deux ou trois encore moins. Il faut accorder les voix, être à l’unisson, tenir le tempo … mais alors à 2 000, sans oublier les deux orchestres (l’un symphonique, l’autre rythmique) de cinquante musiciens qui les accompagnent ! Cela relève de la folie pure ou du miracle diront certains. Eh bien ni l’un ni l’autre. Le vrai secret sont le travail et la passion.

2000 choristes de Lorraine

Le travail, c’est une évidence. Le travail en solo et surtout en groupe. Depuis février, les choristes, divisés en petits groupes, ont travaillé avec acharnement, enchaînant chaque mois les répétitions. Ils n’ont eu qu’un peu de répit en août, pour laisser reposer leur voix. La semaine dernière, ils viennent d’avoir à nouveau une répétition, à 2000 cette fois ; et il aura encore deux générales avant les concerts, sans compter de nouvelles répétitions en plus petit comité. C’est dire l’investissement de chacun dans cet incroyable projet ; et c’est là que la passion prend le relai.
Derrière tout cela, il y a aussi un homme, Jacky Locks, qui a endossé le dur rôle de chef de chœur, car diriger plus de 2 000 choristes, ce n’était pas une mince affaire. Ce Lorrain amoureux des voix et de la musique est d’ailleurs loin d’être un novice dans la direction des chœurs. C’est par exemple lui qui opère dans l’émission de TF1 « Les 500 choristes », qui réunit les grands noms de la chanson française et internationale ( Johnny Hallyday, Céline Dion, Aznavour, Francis Cabrel, Michel Sardou, Patrick Bruel, Zazie, Patrick Fiori…). Preuve du bon accueil fait à ces choristes, leur CD est déjà double disque d’or !

Un dernier détail : tous les choristes viennent de Lorraine. En effet, la région compte plus de 600 chorales ! Un vivier de passionnés qui ont tout de suite répondu présents pour cette aventure hors-norme lancée par l’association Résonances Lorraines avec le soutien fort du Conseil Régional de Lorraine. Cette dernière n’en est d’ailleurs pas à son coup d’essai. Il y avait eu 2009 et 2011 autour de « La folle histoire des comédies musicales ».

  Patrick_fiori_-c-_Rodolphe_Marconi_1w

Des chansons éternelles

Ce n’est pas un mais des défis qui sont relevés pour ces concerts : faire chanter 2 000 choristes ensemble, faire en sorte qu’ils accompagnent et n’« étouffent » pas la voix de Patrick Fiori, Christophe Willem ou William Sheller, … et puis il y a les chansons choisies. Supporteraient-elles d’être chantées par autant de personnes à la fois, sans être dénaturées ?
Le répertoire choisi est beau. Il est connu aussi. Les vingt-cinq plus belles chansons des cinquante dernières années, de Brel à Goldmann en passant par les standards de Piaf, Nougaro, Bécaud, Fugain, Cabrel, les Beatles, Pink Floyd, Queen, Balavoine… Preuve que ce sont des standards ? Rien qu’en lisant ces noms, vous avez sans doute eu à l’esprit un ou l’autre de leurs tubes. Mais il n’y aura pas que de la variété et du pop-rock, il y aura des monuments de la musique classique que tout le monde a déjà entendu au moins une fois : le très bel Alleluia du Messie de Hændel, le très célèbre Hymne à la joie, extrait du dernier mouvement de la 9ème symphonie de Beethoven ou un extrait des Carmina Burana de Carl Orff (c’est d’ailleurs un « classique » récent : il date de 1935-36 !) Et là, autant dire que la puissance de 2 000 voix leur donne une dimension supplémentaire, une profondeur à vous donner presque la chair de poule.
Au final, c’est plus de 2 h 30 de spectacles où on se surprend souvent à fredonner les chansons. Et si vous tentiez vous aussi après-coup l’aventure de la chorale ?

image005

Fiori, Scheller, Willem

Il ne quand même pas l’oublier, les 2 000 choristes accompagnent trois grands artistes de la scène française. Faut-il encore les présenter ? Qui ne connaît pas leur succès ? Un homme heureux, Fier et fou de vous, Belle, Quatre mots sur un piano, Double je, Si mes larmes tombent…chacun a vendu des centaines de milliers de singles et d’albums. Disques d’or, disques de platine, leurs carrières sont impressionnantes et leurs tubes trustent régulièrement les têtes des charts.
Pour autant, chacun cultive un univers qui lui est propre dans lequel nous nous retrouvons toujours un peu (voire beaucoup !) Christophe Willem le dit lui-même : « Mon ambition est juste d’embarquer le public dans un voyage au cœur d’émotions comme la joie, la tristesse, la nostalgie ou la mélancolie ». C’est réussi, et toutes ces émotions sont amplifiées par la puissance du chœur qui va les accompagner au Galaxie d’Amnéville. La scène du Galaxie a été spécialement aménagée pour l’occasion, car on ne fait pas tenir 2000 choristes et deux orchestres dans un mouchoir de poche, d’autant qu’en termes d’acoustique, un délicat équilibre était à trouver. Au final, on redécouvre complètement les standards interprétés par Christophe Willem, Patrick Fiori ou William Sheller! C’est une expérience incroyable où l’importance de la salle (plus de 10 000 spectateurs) se fait complètement oublier devant la profondeur d’un accompagnement de 2 000 choristes.
_MG_0579
Alors, au final, pourquoi y aller ? Il y a plein de raisons : parce que c’est en Lorraine, parce que c’est Fiori/Scheller/Willem, parce que 2 000 choristes autour de ces trois grands artistes, ce n’est pas demain la veille que vous reverrez cela, parce que c’est la promesse de passer une excellente soirée, parce que vous aimez la musique, parce que vous voulez vous changer les idées, parce que Lorraine Magazine vous y encourage, parce que vous y ferez peut-être des rencontres surprenantes (sait-on jamais !), parce que vous n’aurez rien d’autre de mieux à faire à ce moment-là, parce que vous aimez la musique (nous l’avons déjà dit, mais c’est quand même un excellente raison), parce que ça vaut le coup !

www.resonances-lorraines.com
Les 8 et 9 novembre 2013 à 20h au Galaxie d’Amnéville.
De 44 à 61 euros en fonction de la catégorie de place choisie.