Consultez les derniers articles
Expo Pro Patria : entre art et mémoire au Musée barrois

Après l’armistice de 1918, les hommes ont voulu garder le souvenir de ceux tombés au combat, traduire leur douleur et leur reconnaissance dans l’édification des monuments aux morts.

Érigé en 1925 devant l’église Saint-Jean, le monument aux morts de Bar-le-Duc est l’œuvre du sculpteur Émile Peynot et de l’architecte Lucien Lehmann. Les commémorations du Centenaire 14-18 sont l’occasion de s’intéresser à ce monument hautement symbolique, à son créateur et au contexte de sa réalisation.

L’exposition du Musée barrois relate, dans un premier temps, l’histoire du monument aux morts de Bar-le-Duc à travers des photographies d’époque, des documents d’archives et l’exceptionnelle maquette préparatoire, en plâtre, conservée par le musée. Elle nous replonge ainsi dans les discussions autour de l’emplacement du monument, la mise en place de la souscription et nous fait revivre le grand moment de son inauguration en présence de Raymond Poincaré.

L’artiste, Émile Peynot, est ensuite évoqué. Sculpteur de renom originaire de Villeneuve-sur-Yonne, ses réalisations les plus remarquables sont souvent liées à la notion de commémoration (statues de grands hommes, monuments aux morts). Ses créations meusiennes (château de Marbeaumont à Bar-le-Duc, monument aux morts de Saint-Mihiel) sont particulièrement mises à l’honneur.

Enfin, l’exposition s’achève en replaçant le monument barisien dans un contexte plus large de création de monuments commémoratifs, en particulier dans la Meuse. Elle souligne ainsi la variété des formes, de la simple stèle à l’œuvre d’art, mais aussi des messages transmis par ces ouvrages qui font partie de la vie quotidienne des Français.

Publi-reportage



  1. Soyez le premier à laisser un commentaire