Les lycéens partent en live !

310

Comme chaque année, le Festival des Musiques Lycéennes est ouvert… Un tremplin musical très apprécié des jeunes générations et dont le succès ne se dément pas.

Même s’il fait un peu cliché, le mythe de l’ado « musicos » qui, à peine sorti du bahut, se précipite en répét’ avec ses potes, n’a pas disparu… Bien au contraire. Les jeunes aiment la musique. Ils aiment en écouter mais surtout, ils aiment en jouer. Et les groupes de lycéens fleurissent toujours un peu partout. C’est à partir de ce constat que la région Lorraine a créé, il y a plus de dix ans, le Festival des Musiques Lycéennes. Mais le FML, qu’est-ce que c’est exactement ? Le principe est simple, « il s’agit d’un festival fait par les jeunes et pour les jeunes », précise Caroline Laurent, chargée de communication au conseil régional, qui s’occupe de l’événement. Le concept est né de la volonté de valoriser la jeunesse et ses passions. « À la base, il y a bien évidemment l’idée de donner la possibilité aux lycéens de faire leurs preuves et de nous montrer leurs talents. Ensuite, avec les concerts, il y a aussi l’aspect de mise en avant de ce qu’ils font » souligne Caroline Laurent. Une recette miracle pour un succès garanti : le festival s’impose aujourd’hui comme une référence dans les cours de lycées et chaque édition voit affluer en nombre les dossiers de candidatures. Près d’une centaine cette année encore.
Le FML bénéficie donc d’un réel succès auprès de son public-cible. Il faut dire qu’avec une ouverture musicale la plus large possible (tous les styles sont admis) et un véritable esprit festif, les onze précédentes éditions ont largement contribué à asseoir la réputation du festival. L’année dernière, plus de 4.000 personnes sont venues assister aux concerts au parc des expos d’Epinal. Un beau succès qui est aussi dû à une organisation efficace et en constante évolution. Depuis 2010, le FML propose d’ailleurs une page Facebook (avec déjà près de 1200 fans) et fait aussi part de ses actualités sur Twitter… Des moyens de communication adaptés qui favorisent un contact simple avec un jeune public toujours plus volatile et difficile à capter. « Il est évident que ça nous aide beaucoup », confie Caroline Laurent. « Et les ados apprécient que l’on utilise des médias auxquels ils sont habitués ! ».

Dix vainqueurs

Concrètement, le FML est ouvert à tous les groupes de la région Lorraine dont un membre au moins est lycéen ou apprenti. Chaque groupe représente d’ailleurs l’établissement où est scolarisé son  « responsable de groupe ». Pour participer à l’aventure, il suffit de renvoyer un dossier de candidature complet (bulletin d’inscription, maquette CD de trois morceaux et leurs paroles, photo). Sur écoute du CD, le jury retient une vingtaine de groupes pour les présélections. Celles-ci se font sous forme de showcase dans les Fnac de Nancy ou Metz, selon l’origine géographique du groupe. À l’issue des présélections, dix groupes sont choisis pour composer l’affiche du FML. « Il n’y a pas un mais dix vainqueurs » explique Caroline Laurent. « Les dix finalistes font le concert et nous sortons un CD/DVD à l’issue du festival. Pour les groupes c’est une vraie opportunité : ils se produisent en live dans des conditions professionnelles et ont ensuite un produit fini, véritable objet de promotion, qu’ils peuvent montrer ».
Et si le mystère plane encore sur les grands axes de l’édition 2011 (programmation et lieu notamment), rien de plus normal puisque l’examen des dossiers aura lieu jusqu’au 20 février, puis les présélections se tiendront en mars avant l’apothéose finale prévue, comme d’habitude, au mois d’avril. Et Caroline Laurent l’assure, cette 12e édition s’annonce d’ores et déjà « surprenante et vraiment originale ». À voir le mur de la page Facebook du FML, une chose est sûre : du côté des lycéens, on trépigne déjà d’impatience !

Renseignement et inscriptions (avant le 31/01) sur www.lefml.fr