Consultez les derniers articles
Solidarités en musique à Épinal

Le 28 novembre prochain, c’est un peu de l’Afrique qui coulera dans les oreilles des Lorrains. Au Centre des Congrès d’Épinal, le musicien militant Tiken Jah Kakoly et d’autres artistes se mobilisent pour construire un pont entre ce continent et le notre avec un grand concert solidaire au profit de l’association « Un concert, une école ». Musique et espoir, main dans la main…

Avec des chansons comme « Quitte le pouvoir », « On a tout compris » ou « African Revolution », Tiken Jah Kakoly change peu à peu l’image de l’Afrique en Europe et, aussi, celle qu’elle peut avoir d’elle-même. Par son engagement, le musicien ivoirien tente de faire bouger les lignes sur les questions délicates de la corruption, de l’influence encore trop forte des puissances occidentales en terre africaine et bien sûr de l’éducation. Cette cause en particulier trouve sa prolongation dans l’association de l’artiste « Un concert, une école ». Il lui dédira de nouveau un concert le 28 novembre prochain à Épinal , en collaboration avec le Secours Catholique Caritas France des Vosges.

Né de l’espoir

Appuyée par la ville d’Épinal, la manifestation est en préparation depuis au moins un an. « Aux origines de ce concert solidaire, il y a la projection en avril 2014 de « Sababou », « espoir » en langue mandingue. Ce documentaire traite de l’engagement des sociétés civiles africaines et interroge Tiken Jah Fakoly, parmi d’autres intervenants. Pour la projection du film, nous voulions déjà le faire venir mais ça n’avait pas été possible. Nous avons vu, en revanche, l’engouement qu’il suscitait, surtout auprès des jeunes : de là est née l’idée d’un concert solidaire », raconte Jean-Marc Nicolle, animateur de réseaux de solidarité auprès du Secours Catholique. Suite à ce premier contact, les liens entre l’association et le musicien se resserrent. Une programmation autour des musiques africaines, et plus largement du monde, s’affine petit à petit avec l’entrée d’artistes locaux comme Irie Crew, Folimandingue ou Roots Division. Sinsemilia, le groupe de ragga qui a aidé à mieux faire connaître Tiken Jah Fakoly en France, sera aussi de la partie.

Tiken Jah Fakoly

Plaidoyer pour l’autonomie des Africains

Tous renoncent à leur cachet au profit d’une bien belle perspective : réhabiliter ou construire une école au Cameroun. « L’action de solidarité se transforme aussi en plaidoyer. Le Secours catholique collabore avec « Un concert, une école » et aide à récolter des fonds. Pour la suite du projet, nous faisons confiance aux structures existant sur place. Cette démarche est essentielle pour nous : nous n’avons pas à imposer des choses à des pays qui peuvent se débrouiller tous seuls, même si c’est dans un contexte humanitaire », continue Jean-Marc Nicolle. Sur ce point, la philosophie du Secours Catholique rejoint celle de l’interprète ivoirien. Mais cette soirée ne se résume pas à un simple appel à dons. Dès 17h, au Centre des Congrès, s’ouvre un village solidaire avec une vingtaine de structures partenaires comme CCFD-Terre Solidaire, Unicef, FestiJeunes… Chacun mettra son grain de sel dans cette fête.

Sinse_UAMEP_front

Ouvrir la voie

Sous cette initiative du Secours Catholique, il faut surtout voir le désir de nombreux jeunes d’agir, comme l’explique Jean-Marc Nicolle : « Certes, ce concert solidaire va permettre de mieux faire connaître les actions de notre association, autant que celles de « Un concert, une école ». Peu de gens savent par exemple que nous sommes présents dans tous les pays du monde. Mais le plus important est de prouver que nos bénévoles sont jeunes, dynamiques, pleins d’espoir et d’audace ». D’ailleurs, à l’origine de cet élan solidaire musical Young Caritas, la section du Secours Catholique dédiée aux jeunes, est présente. Et si les jeunes de tous pays se donnaient la main ? Cela donnerait juste ce qu’il faut d’espoir pour bâtir une école… Et laisser d’autres enfants être les constructeurs de demain.

Concert solidaire avec Tiken Jah Fakoly, le 28 novembre au Centre des Congrès d’Épinal. L’intégralité du prix du billet est reversé à l’association « Un concert, une école ». Une campagne de financement participatif a aussi été lancée : mondonadusens.secours-catholique.org • Plus de renseignements > unconcertuneecoleepinal.fr




  1. Soyez le premier à laisser un commentaire