1, 2, 3 chinez !

340

Chaque année, les week-ends de printemps et d’été riment avec brocantes. Une belle occasion de sortir, mais aussi de faire des affaires. VivreNancy est parti chiner pour vous les bonnes astuces.

Avec le jardinage et le bricolage, la brocante est l’un des passe-temps favoris des Français. Elles « fleurissent » avec les beaux jours dans chaque village. Elles sont un moment festif où les uns peuvent (tenter de) se débarrasser de ce qui les encombre, et les autres de faire des bonnes affaires. VivreNancy a mené son enquête et vous rappelle le b.a.-ba de la discipline.

Vous êtes acheteurs

La première étape consiste évidemment à vous renseigner sur les prochaines manifestations. De nombreux moyens s’offrent à vous : le bouche à oreille, les pages sorties… Les vrais « pros », les chineurs professionnels, les « types-à-qui-on-la-fait-pas » préfèrent l’agenda format papier, que l’on trouve souvent chez les marchands de journaux, ou les sites Internet. Notre préférence va à www.vide-greniers.org. Très complet, il permet de connaître toutes les brocantes et bourses par département, les heures d’ouverture ou encore le nombre d’exposants. Ce dernier point est d’ailleurs fort pratique pour « jauger » la taille d’une manifestation. Au-delà de 200 exposants, c’est une très grande brocante. Il faut donc prévoir plusieurs heures pour en faire le tour (tout dépend cependant de votre rapidité).
Une fois la date et le lieu connu, en route ! Les « vrais » chineurs partent tôt le matin, pour arriver sur place dès 7h00 … car premiers arrivés, premiers servis. Faire « des affaires » nécessite quelques sacrifices, notamment celui de votre grasse matinée. Armez-vous d’un sac (pour transporter vos trouvailles) et surtout d’espèces sonnantes et trébuchantes car il est rare de trouver un distributeur automatique dans un petit village, et il est toujours navrant de rater l’« affaire » du jour pour une bête question de liquidités.
Sur place, faites le tour des stands méthodiquement. Regardez partout : sur et sous les tables, dans les cartons… Si un objet vous plaît, n’hésitez pas à demander des renseignements et son prix si celui-ci ne figure pas sur une étiquette.

En main !

Il faut savoir que vous avez la « primeur » sur l’objet tant que vous l’avez en main, et ce même si vous hésitez et qu’une horde d’amateurs souhaitent également l’acheter. Si vous le reposez (et que vous n’avez pas conclu verbalement l’affaire avec le vendeur) et qu’un autre s’en empare, c’est « perdu » ! Vous avez passé votre tour. En outre, le loi prévoit que la vente est effectuée à partir du moment où vous êtes d’accord avec le vendeur sur la chose (l’objet que vous avez en main, ou que vous désignez) et le prix. Vous en êtes alors légalement le nouveau propriétaire, même si vous ne l’avez pas encore payé.

Je marchande !

Il est d’usage de marchander. C’est même l’un des charmes de la brocante. Attention, ce n’est qu’un usage. Ne soyez pas déçu si un vendeur vous refuse un rabais. Naturellement, il faut être raisonnable. On peut souvent espérer entre 10 et 30 %. Généralement, 15 € appellent 12, voire 10 si vous avez de la chance. 7 € appellent 5, etc. Les marchands professionnels peuvent vous délivrer une facture.

 

Vous êtes vendeurs

Les règles sont strictes : les exposants particuliers ne doivent pas participer à plus de deux brocantes par an et ne doivent vendre que des objets personnels et usagés. Il est donc hors de question d’aller acheter aux galeries Farfouillettes des CD bradés et de les revendre ensuite plus cher. C’est du commerce qui relève d’une activité (et donc d’une fiscalité) professionnelle.
Les brocantes sont généralement réservées en priorité aux habitants du lieu concerné. Moyennant quelques euros, vous disposez d’un espace que vous aménagez à votre guise. Les horaires de déballage et de remballage sont souvent fixes, afin d’éviter tout accident avec les véhicules. La présentation de vos objets compte pour beaucoup, de même que leur mise à prix. Certains optent pour des solutions risqués : une mise à prix « gonflée » afin d’obtenir le prix escompté après négociation. Dans les faits, cela décourage souvent les clients, voire fait fuir les indécis.
Les inscriptions se font auprès des mairies des lieux concernés. Les grands évènements nécessitent de s’y prendre plusieurs mois à l’avance, car les places sont prises d’assaut.

Les grands RDV à venir

Le 24 juin prochain aura lieu la Grande brocante du parc Sainte Marie (dès 8h). C’est une très belle manifestation qui réunit plus de 300 exposants. Celle du Zénith (600 exposants) le 30 septembre prochain est aussi très courue comme celle de l’association ND du Trupt à Malzéville le dernier week-end de septembre. A Metz, au Parc des Expo a lieu le samedi matin une fois par mois des Puces très renommées (www.metz-expo.com) ; à Nancy, elles ont lieu le 2ème dimanche matin de chaque mois Grande Rue.

Alors, bonne chine et faites des affaires !