Consultez les derniers articles
AUTOPI arrive à Nancy

Dans quelques semaines, les voitures rouges au logo ailé sillonneront l’agglomération de Nancy. L’autopartage est en route ! Thomas Peignard, explique concept économique et écologique aux Nancéiens.

Vivre Nancy : Comment est née AUTOPI ?

Thomas Peignard, Gérant de l’entreprise : Tout a commencé par une anecdote personnelle. Il y a quelques années, j’ai dû me séparer de ma voiture : courroie de distribution cassée sur autoroute. Je me suis rapidement habitué à prendre le vélo et le train et je n’ai donc pas racheté de voiture. Ponctuellement j’empruntais celle d’un ami pour aller faire des courses au supermarché par exemple.
Rapidement je me suis rendu compte que nous étions assez nombreux dans cette situation et que le système « tu me prêtes ta voiture ? » a ses limites.  Avec des amis j’ai donc lancé l’idée d’organiser un service de voitures partagées. Nous avons créé une association puis une entreprise coopérative qui accueille toute personne souhaitant s’investir dans cette aventure.

Concrètement, en quoi consiste cette nouveauté ?

Les abonnées au service peuvent réserver une voiture de leur choix pour une heure, deux heures, une journée. C’est un concept rêvé pour le conducteur occasionnel. La réservation se fait par téléphone ou par Internet. Chaque abonné dispose d’une carte à puce lui permettant de récupérer son véhicule à l’une des stations réparties dans l’agglomération sur des emplacements réservés. Une fois le trajet effectué, l’abonné ramène la voiture à la place qui lui est réservée, plus besoin de chercher.

Avec le soutien des pouvoirs publics ?

Effectivement. La Communauté Urbaine du Grand Nancy, la Ville de Vandœuvre et la Ville de Metz soutiennent le projet et nous ont alloué au mois de Septembre une aide pour démarrer l’activité. L’autopartage est d’intérêt collectif : la voiture partagée remplace jusqu’à 10 voitures particulières.

Quelques exemples dans la vie de tous les jours ?

AUTOPI est le parfait complément des transports collectifs ou du vélo. On peut utiliser ce concept pour sortir le soir, aller faire ses courses, rendre visite à de la famille, aller à un entretien d’embauche… Egalement, c’est un système idéal pour les jeunes conducteurs qui viennent d’avoir leur permis. Avec le coût d’une voiture qui peut susciter la réticence des parents (et çà se comprend), ils trouvent là une alternative intéressante : accéder à la liberté de se déplacer tout en maîtrisant son budget. Avec AUTOPI, plus besoin d’avoir une voiture…pour avoir une voiture.

Un mode résolument urbain donc. Et le coût ?

Le budget moyen d’un automobiliste est de 400 € par mois (crédit, essence, assurance, entretien, parking etc.). Depuis quelques années, les familles les plus fragiles dépenses plus pour la voiture que dans l’alimentation… AUTOPI permet de faire jusqu’à 40% d’économie sur son budget « voiture » lorsque l’on est un automobiliste occasionnel (moins de 15 000 km par an).
AUTOPI propose un abonnement de 15 euros par mois et une facturation à l’usage : 1,5 euros de l’heure et 0,30 euros du km parcouru. Un abonnement à tarif réduit (50%) sera proposé aux personnes sans emploi, et aux étudiants. Nous travaillons également à la création d’un abonnement combiné avec les transports en commun.

Combien de voitures ?

Pour démarrer, dès la fin de cette année, 14 voitures seront disponibles sur Nancy, 11 sur Metz et 3 sur Vandœuvre. Notre flotte de véhicules comportera des citadines, des familiales et même un petit utilitaire. Nous envisageons également de proposer un véhicule permettant le transport d’une personne en fauteuil roulant. Je précise qu’il s’agit de véhicules neufs et récents : un plus pour la sécurité, le confort et l’environnement. L’objectif de la coopérative sera de déployer environ 60 véhicules rien que sur Nancy d’ici à 2015.

Où trouvera-t-on les fameuses stations à Nancy ?

Tout cela est en réflexion avec le Grand Nancy et la Ville de Nancy. D’ici quelque temps, elles seront bien repérables, situées dans des endroits faciles d’accès à pied, à vélo ou en transports en commun, et permettant de sortir rapidement du centre-ville.

Au fait, pourquoi la dénomination AUTOPI ?

Tout simplement pour traduire AUTOmobile en Partage Intelligent. Mais peut être aussi pour …un nouveau rêve automobile.

Le concept fait des émules…

Très répandu au Canada, aux Etats-Unis, en Suisse, l’autopartage est arrivé en France il y a 10 ans et se développe fortement depuis 2008. La période de crise a contraint de nombreux ménages à réduire leur budget voiture voire à repenser leur mobilité. Depuis, son succès va croissant dans les grandes agglomérations comme Lille, Strasbourg, Lyon, Bordeaux…. J’ajoute qu’un abonnement AUTOPI pris à Nancy est valable aussi dans ces villes.

Verra-t-on d’autres stations AUTOPI ?

Nous travaillons au développement d’AUTOPI peut être à Thionville, Epinal, Lunéville… Notre région est celle où l’on roule le moins, et où le budget auto pour un ménage s’avère l’un des plus coûteux en France! Il y a donc tout à faire en la matière.

Votre site ?

Les lecteurs peuvent trouver toutes les informations sur www.autopi.fr.




  1. claude (Répondre) le 12 novembre 2011 à 12 h 00

    Vite, Vite…..