Consultez les derniers articles
Point d’orgue à Toul

La 8e édition du Festival Bach à Toul promet, cette année encore, une programmation riche et variée autour du célèbre compositeur allemand Jean-Sébastien Bach.

Lorsque l’on demande à Pascal Vigneron, le directeur artistique du Festival Bach, pourquoi consacrer un événement autour du Cantor de Leipzig, la réponse se fait sans hésiter : « Car le Grand Orgue de la Cathédrale de Toul, que l’on a restauré en 4 ans, est idéal pour jouer ce répertoire. » Depuis 8 ans, les habitants de Toul, du Toulois, de la région mais aussi les visiteurs venus de toute la France attendent avec impatience cet événement devenu incontournable dans la saison culturelle touloise. Chaque année, le festival attire plusieurs milliers de mélomanes grâce à une programmation unique qui mêle œuvre populaires et programmes audacieux. « C’est un festival élitaire, non élitiste » souligne Pascal Vigneron. « Nous prenons les gens par la main pour leur faire découvrir cet univers avec une visée éducative à l’instar des concerts pédagogiques donnés par Brigitte Fossey, en avril dernier, aux écoliers de la ville. »

Programme foisonnant

Après une saison 2016 marquée par l’inauguration du Grand Orgue rénové, cette 8e édition est tournée vers d’autres horizons musicaux. « Le festival ne tourne pas qu’autour de l’orgue. Il y a aussi du piano, des cuivres, du chant… c’est très varié » insiste Pascal Vigneron. Entouré des plus grands musiciens de notre époque, le festival Bach offre un programme foisonnant. Le concert « Bach en Harmonie » par exemple, présenté par les élèves de la classe Classico de la MJC de Toul sous la direction artistique d’Elisabeth Deligny le 18 juin, à la Collégiale Saint-Gengoult. Le célèbre Quatuor Ludwig – composé d’Anne Copéry, Manuel Doutreland, Padrig Fauré et Thierry Brodard – sera présent le dimanche 2 juillet pour interpréter l’œuvre de Jean-Sébastien Bach « L’art de la fugue ». Le 16 juillet, à la Cathédrale Saint-Etienne, le talentueux trompettiste Clément Saunier, soliste de l’Ensemble Intercontemporain, livrera une performance autour des compositeurs Scheidt, Krebs ou Homilius. Autre temps fort de cette programmation estivale à ne pas manquer : la venue prestigieuse de Philippe Entremont le 3 septembre, célèbre pianiste et chef d’orchestre qui emmènera les spectateurs dans les univers de Beethoven et de Bach. Enfin, l’orchestre de chambre du Marais viendra interpréter, le 17 septembre, « Les Concertos Brandebourgeois » de Jean-Sébastien Bach, l’une des œuvres les plus renommées du compositeur allemand.

« Au-delà des frontières lorraines »

L’acoustique et les sonorités parfaites du Grand Orgue de la Cathédrale de Toul seront sublimées par les plus grands organistes du moment, des pointures du genre, lors de trois représentations exceptionnelles : Michaël Matthès le 9 juillet, titulaire de l’orgue de la Cathédral de Troyes, Pascal Vigneron qui interprétera « les Variations de Goldberg » le 27 août et Pierre Méa, titulaire de l’orgue de la Cathédral de Reims le 10 septembre, dans un programme mêlant Bach, Schumann et Mendelssohn.

« On va au-delà des frontières lorraines » précise Pascal Vigneron. En plus des concerts proposés à Toul, 16 représentations seront données dans la région et ailleurs en France. « Bach en Harmonie » sera, par exemple, joué à Haguenau et Saint-Mihiel en septembre, « Les variations Goldberg » se délocaliseront à Strasbourg, Metz ou encore Paris, ville qui accueillera également « Les concertos Brandebourgeois » en juin prochain.

Programme : toul.fr • Infos et réservations : 03 83 63 50 47 ou festival.bach@mairie-toul.fr • Entrée libre. Sauf les 2 juillet et 3 septembre, tarifs : 10 €, 8 €

Photos © P. Vigneron, DR



  1. Soyez le premier à laisser un commentaire