Heurequal 54 : le gardien du temps

774

C’est un métier passionnant mais qui devient rare. Redonner vie aux garde-temps (horloges, pendules, réveils…) demande de l’expérience, de la patience et une connaissance certaines.

La clinique du temps

L’adresse peut surprendre : en plein milieu de la Porte Verte à Essey. Confidentielle aussi, pas d’enseigne. Pourquoi ? « Car nous étions jusqu’il y a encore peu ouverts aux seuls professionnels de l’horlogerie. S’installer ici nous a permis de nous agrandir [240 m²], mais cela devient juste » confie Joëlle Degron, qui a repris les rênes de l’entreprise après son père. Plus qu’à un simple atelier de réparation, nous avons affaire à une véritable clinique du temps. Derrière ces murs résonnent le tic-tac des pendules réparées et des horloges en convalescence.

Une maison cinquantenaire

L’an dernier, Heurequal 54 a fêté son demi-siècle. Avec champagne ? Surtout avec des ressorts, spirales, engrenages et autres aiguilles à la Breguet.
Si la maison est fière de son passé, elle est résolument tournée vers l’avenir, et l’embauche il y a quelque temps d’un jeune pendulier (à ne pas confondre avec un horloger), Anaël Morlé, le prouve. Cet ancien de Jaeger-LeCoultre aime son métier. Pas question de se précipiter. Chaque pendule-horloge est gardée un mois en observation, afin de la régler et de constater que tout sonne juste.

Un métier exigeant

Réparer œil-de-bœuf et carillons divers demande des qualités rares. Il faut de la minutie, mais aussi de l’inventivité pour recréer des pièces manquantes ou défaillantes. En outre, à côté de l’aspect purement mécanique, il y a une part d’esthétique non négligeable. Car réparer un mouvement est une chose, mais il faut souvent aussi redonner vie à l’enveloppe, qui va de la caisse d’horloge aux bronzes dorés d’une « Parisienne ». Tout un savoir faire qu’Heurequal 54 offre désormais aux particuliers.

Heurequal 54, rue des Tilles à Pulnoy • Du mardi au samedi, 10-12h et 14-16h  B 03 83 29 38 38