Levy Batista : à fond !

658

Le jeune champion nancéien de motocross roule vers un avenir prometteur. Rencontre… vrombissante!

« Je suis rarement au repos. » Sous ses airs d’étudiant très sage, Levy Batista cache une sacrée personnalité. Avec sa frimousse, il aurait pu faire du cinéma. A 20 ans, il a trouvé une autre voie et n’en finit plus de grimper dans la hiérarchie du motocross. Sur les pistes de France et de Navarre, il ne s’en laisse pas compter. A fond les manettes !

Dès 3 ans

Bien dans tête et pas stressé pour un sou quand il raconte comment ce virus de la moto lui est venu : « Mon père Rui a pratiqué ce sport. Quand j’avais 3 ans, il m’a d’abord mis des roulettes à mon vélo, puis ce fut à une moto ! Je baigne dans le milieu depuis gamin. » La suite ressemble à une accélération en ligne droite. Levy passe les catégories d’âge et de cylindrées avec succès. D’une 60 cm3, il arrive en quelques années à driver des engins de 250 cm3 avec moult récompenses, podiums  et accessits. Même la fracture d’une malléole qu’il vient de subir et qui n’est plus qu’un mauvais souvenir ne l’effraie pas : « Les blessures font partie de ce sport, on apprend à chuter à force. » Avec un entourage familial omniprésent, dont sa maman Nathalie, qui l’accompagne partout lors des compétitions (une trentaine par an), Levy s’est adjoint les services d’un ancien pilote de haut niveau Louis de Simone qui est un apport décisif dans sa progression et est devenu son mentor.

L’adrénaline d’abord

Au fait, Levy, qu’est-ce qui te plait dans ce sport ? Il répond sans détours : « La liberté, l’adrénaline. J’ai besoin de cette sensation de vitesse (90 km/h en pointe). » Avec l’expérience, le pilote a su optimiser sa préparation physique et mentale. A ce sujet, il décrit toute la concentration nécessaire pour tenir les 25 minutes d’une manche de course : «  Parfois, c’est horrible ! » Champion de talent et étudiant serein, Levy est actuellement en DUT Génie Electronique et Informatique industrielle et se prépare à entrer dans une école d’ingénieur. Réaliste : « On ne vit pas de la moto. » Il évoque avec passion tous les aspects de son sport, mécanique et financier notamment : « C’est vrai que les voyages, le carburant, tous les aléas d’une compétition sont un vrai budget. Quelques sponsors aident : PassionTT, EGSM, Magic-racing, Thor, Shoei, et BT-NK » Chez Levy, licencié à Bitche (FFM) et à Frouard (UFOLEP), qui se décrit comme un compétiteur, le sport n’est jamais loin. Dans son emploi du temps réglé au millimètre, il allie préparation et détente en pratiquant escalade, course à pied, natation et squash. Zen et modeste aussi : « Je parle rarement de mes résultats. C’est plutôt les gens qui viennent me voir, me demander. » Il donne ce petit conseil aux jeunes qui veulent s’essayer à la moto : « Faites-vous plaisir. » Levy va bientôt attaquer la catégorie supérieure, celle des 450cm3. Pour celles et ceux qui veulent retrouver son actualité ils peuvent se rendre sur son site : www.levybatista.com. Il conclut, dans un sourire : « J’ai même des fans. Certains me suivent régulièrement sur les lieux de mes compétitions. Et si j’ai mon permis depuis 2 ans, je conduis depuis tout petit en fait ! »

www.levybatista.com