Les gazelles lorraines

146

Johanne Starck et Nadine Wojtecki s’apprêtent à vivre une aventure unique : traverser le désert marocain en 4×4 lors d’un rallye de renom.

C’est l’histoire d’une formidable amitié et une aventure humaine en forme de coup de cœur. Johanne et Nadine participeront du 17 au 31 mars au réputé rallye international 100 % féminin Aïcha des Gazelles. L’épreuve n’est pas un concours de vitesse, navigation à l’ancienne, sans GPS, à l’aide de boussoles et de cartes. Rencontre enjouée avec deux drôles de dames ! Dossard 197.

VN : D’abord les présentations !

Nadine : Moi, je suis le pilote ! Narborienne de 40 ans, maman de deux enfants et mobile merchandiseur en bijouterie fantaisie.
Johanne : Et moi la navigatrice ! Nancéienne d’adoption, 37 ans, maman de deux jumeaux et responsable commerciale dans le nutritionnel et le micro nutritionnel.

Comment a débuté l’aventure ?

Nadine : Je suis mis en tête de faire ce rallye voilà un an… puis j’ai de suite trouvé la coéquipière évidente.
Johanne : Nous sommes amies depuis nos études. Nous avons bu le café, elle m’a expliqué son projet.  J’ai dit bingo ! Nous partageons le même grain de folie !

Qui est Léon ?

Nadine : Notre 4×4  (en référence au film) qui part avec nous au Maroc, totalement relooké pour les exigences du désert.

Il a fallu réunir un budget !

Les gazelles : Nous avons toqué à beaucoup de portes. Quelques personnes ont cru en notre authenticité. Le budget a été bouclé en décembre, de justesse. Nous avons œuvré comme de véritables créatrices d’entreprise, en réseau.

Et les préparations mécanique et physique ?

Les gazelles : Nous allons faire 14 heures de sable par jour durant deux semaines. Nous faisons du sport bien sûr. Quant à la mécanique, nous avons apprivoisé ses aspects, lors de stages de pilotage sur le site de conduite de la Vallée de la Zorn (près de Saverne) et possédons toutes les attestations nécessaires !

Ce rallye, c’est aussi un raid à caractère solidaire

Les gazelles : Dans son sillage est née l’association Cœur de Gazelles qui apporte un soutien humanitaire aux populations locales, très démunies. L’association Yann Arthus Bertrand joue un rôle important également.
Johanne : Moi qui suis une féministe, je suis très sensibilisée à la liberté des femmes. Notre propre association Rêve de désert collecte vêtements et jouets.

Comment s’est passé le contact avec Jean-Louis Schlesser ?

Nadine : Enorme ! Lors d’une rencontre avec nos sponsors, je converse au hasard avec le champion Christian Chiaravita qui me donne les coordonnées de Jean-Louis auquel je téléphone et qui accepte de devenir notre parrain. Il est lorrain,  a fait son service militaire à Saint-Avold… moi qui y habite.

Comment définiriez-vous votre coéquipière ?

Johanne : Incroyablement positive. Toujours la pêche ! On a envie de la suivre partout.
Nadine : Très forte psychologiquement. Elle fait confiance. Avec elle, on avance.

Quelques remerciements avant le départ ?

Les gazelles : André Wojciechoski (député-maire de Saint-Avold), Thierry Chkondali (pdg de la société Message), Christian Chiaravita, JL Schlesser, Philippe Mérigot (Loraplast), Michel Candat (maire de Saulxures), Raynald Stechenko (restaurant les Tanneurs), 2R off Road (le garage de Sarreguemines qui a préparé Léon), Nissan Laxou… et nos maris Jérôme et Stéphane, pour leur patience.

Comment peut-on suivre votre périple ?

Sur notre site www.elles-revent-de-desert.com. Nous avons aussi un lien sur Facebook.

Qu’emportez-vous dans vos valises ?

Les gazelles : Le strict minimum ! Léon est déjà bien chargé en matériel.
Nadine : Moi, j’emmène Camélia (petite peluche représentant un dromadaire).

La dénomination « Elles rêvent du désert » résume votre aventure !

Les gazelles : Nous voulons faire le mieux possible et montrer qu’on peut être maman, travailler et réaliser un défi peu commun. Tout cela parce que nous le valons bien !