Comme dans un conte

1007

À côté de Nancy, le domaine de la Printanière charme par un style raffiné et luxueux.  Découverte de ce lieu paisible avec sa propriétaire Catherine Villemin-Harter.

Au 1 rue d’Alsace à Pompey, l’ancienne maison de 400 m2, habitée autrefois par des cadres des aciéries, est devenue une demeure stylée et coquette. Dans un décorum de carte postale, à deux pas de la Moselle, de l’écluse et du  port de plaisance, le portail en fer forgé s’ouvre, dévoilant derrière un vieux mur de pierre, le domaine de la Printanière. Sa propriétaire, Catherine Villemin-Harter, décoratrice et antiquaire, a refait l’endroit voilà 20 ans.

Un havre de paix

Dès l’entrée franchie, le grand escalier en chêne donne le vertige. Les luminaires sont comme suspendus à un fil invisible. Un effet imaginé comme un tourbillon et une cascade de cristal. La Printanière est une invitation à la rencontre du luxe et du raffinement. Ici tout est  calme et douceur. Catherine Villemin-Harter confie : « J’étais antiquaire à Epinal. Je cherchais un endroit qui pouvait être à la fois mon lieu professionnel et ma résidence personnelle. On m’a donné cette adresse. Ce fut un véritable coup de cœur ». Dès lors, elle repense tout l’intérieur, de l’aménagement à la décoration, dans les moindres détails : « Je voulais redonner vie à l’endroit et surtout beaucoup de chaleur ».

La chambre Cupidon

La salle de séjour et le salon baroque séduisent par leurs tons chauds où se marient le rose, le rouge et le vert. Catherine Villemin-Harter adore cet endroit : « C’est tellement agréable le matin au petit-déjeuner. Le soir, il prend une dimension presque magique ». En montant à l’étage, un salon douillet et trois chambres tendent les bras aux visiteurs : Venezia, dans son mélange de bois, de meubles vénitiens d’époque et de modernité ; Océane et sa décoration tonique placée sous le signe de la gaieté et Cupidon, dans un cadre sorti des Milles et Une Nuits. Catherine Villemin-Harter livre cette anecdote : « J’ai reçu un jeune couple d’amoureux. Je leur avais préparé le champagne et tout un univers romantique… Après, je les ai laissés ! »  Cette escale située hors du temps, aux ornements éphémères, en mouvement perpétuel, au concept atypique ne peut qu’inspirer les poètes. Les miroirs qui répondent aux vitraux d’époque sont une véritable curiosité. Tapisseries, luminaires, peintures, meubles Art Nouveau, objets divers rivalisent de subtilité et de légèreté.

Le label Gîte de France

Il y a deux ans, Catherine Villemin-Harter obtient le label Gîte de France pour ouvrir une maison d’hôtes. Au rez-de-chaussée, elle aménage une espace habitable de 150 m2 tout confort avec véranda, piscine… Depuis, elle accueille toute l’année des visiteurs français et étrangers venus profiter de quelques jours paisibles ou d’autres s’arrêtant pour déplacements professionnels. Tous ravis de leur séjour. Beaucoup reviennent comme tombés sous le charme. La Printanière soigne ses hôtes avec plusieurs formules :

  • Mariage avec chambre nuptiale, voiture de collection mise à disposition des mariés (avec chauffeur), champagne…
  • Séminaires pour les entreprises qui ont besoin de recevoir les clients VIP,
  • Rénovation par laquelle Catherine Villemin-Harter propose des stages de mise en valeur et relooking de biens immobiliers.

Cette passion ne l’a jamais quittée : elle tient un commerce à deux pas de la Place Stanislas, Antiquités Vieille Ville. Elle trouve les bons mots pour définir l’esprit de la Printanière : « Chaude, tonique, originale et de caractère ».

La Printanière  06 68 86 37 05 et 07 60 02 30 21
PUBLI-REPORTAGE