Les brasseurs qui font mousser la Lorraine

91

LM04-009Ils se sont rencontrés sur les bancs de leur école d’ingénieur. L’histoire ne dit pas si c’est autour d’un demi bien frappé que Régis Bouillon et Jean-François Drouin ont eu l’idée un peu folle de se lancer dans la brasserie. « Je suis un passionné de biologie et au départ ce que me plaisait dans la bière c’était surtout le processus chimique, explique Jean-François Drouin, avec Régis on a une autre passion, celle de notre région. Un jour on a réalisé que dans malgré une tradition très ancienne il n’y avait plus aucune brasserie à part Champigneulles dans la région. On a trouvé ça dingue et on a fait le pari de faire renaître le savoir-faire  brassicole artisanal du coin et remettre à l’honneur une production bien lorraine. Depuis on ne fait plus que ça ! » Il y a 10 ans, les deux copains créent les Brasseurs de Lorraine et installe leurs cuves de fermentation dans un ancien manège à chevaux de Pont-à-Mousson. « Nous sommes partis de zéro, avec l’objectif de fabriquer des bières lorraines de tradition dans une brasserie de l’an 2000. » Sous les poutres XVIIIe, ils installent pour 1 million d’euro de matériel flambant neuf et inventent leur premier bijou. La Loroyse – blonde dorée, triple malt, triple fermentation – est en bouteille et décroche la médaille de bronze au plus grand concours de bière français, celui de Saint-Nicolas-de-Port. Une première médaille qui en annonce d’autres, les bières de régis et Jean-François en décrochent au Salon de l’Agriculture pour leur Duchesse de Lorraine en 2012 et pour la Bière Gamote et la Noireaude (une bière blanche comme son nom ne l’indique pas) en 2013. « Nous sommes la seule brasserie de Lorraine à décrocher des médailles ! On est super fiers car cela récompense le travail de toute l’équipe et même si ce n’est pas capital, ça peut aider le consommateur à nous choisir. Je fonctionne comme ça pour le vin, alors pourquoi pas pour la bière ? »

 LM04-007LM04-008

Une bière à la santé de Renaissance

Pas question pour ces deux passionnés de s’endormir sur leurs lauriers. Après avoir élaboré toutes la gamme des bière – de la blonde légère à la dernière née la Lux Divina, une brune d’abbaye double fermentation – les brasseurs lorrains se plongent dans l’histoire. Après la Duchesse de Lorraine, une bière rouge légèrement fumée, brassée comme au XVIIIe avec 4 variétés de malts différents, additionnée de sassafras, une épice typique des bières de l’époque, ils se sont replongés dans les vieux grimoires pour élaborer une nouvelle recette. « Avec Philippe Voluer, historien de la bière et Benoît Taveneaux, nous avons cherché à retrouver le goût des bières que l’on buvait à la Renaissance. Cela n’a pas été facile car il reste peu de traces écrites des recettes de l’époque. » Le résultat est surprenant : une bière blanche avec une robe légèrement rosée, telle qu’elle se fabriquait à la cour de Nancy, avec des céréales, du houblon et des herbes traditionnelles avec une pointe de framboise mais pas de sucre. Pour renouer avec la tradition les Brasseurs de Lorraine relancent également la production artisanale de limonade et mettent en vente un cola 100% lorrain, le Lora cola. Fiers de leur terroir, les 2 brasseurs n’hésitent pas à prendre leur bâton de pèlerin pour le faire connaître. Après Hong Kong, les pays nordiques et l’Irlande, Régis est parti faire mousser ses bières au Viêtnam. Jean-François, lui, continue, à faire connaître ses produits aux restaurateurs et ne désespère pas de voir des grands plats servis un jour avec sa bière.