Terrasses : un nettoyage au naturel

312

Si l’offre en produits d’entretien chimiques pour terrasse est abondante, il est cependant possible de trouver des astuces efficaces, peu chères et faiblement impactantes sur l’environnement. Le bonheur étant dans le placard, ne reste plus qu’à relever ses manches !

Donner un coup de jeune à une extension extérieure n’a pas qu’une incidence esthétique. En effet, les risques de chute sont plus limités sur une surface dégagée de toute plante parasite et les dépôts de pollution moins marqués. Au final, grâce à un entretien méticuleux, c’est la durée de vie de votre structure elle-même qui se trouve rallongée. Pas besoin de céder aux sirènes du marketing pour ce faire : quelques ingrédients basiques et un peu d’huile de coude permettent souvent d’obtenir un résultat identique à celui des préparations industrielles.

Bois

Cette matière première naturelle apporte chaleur et élégance à une maison. Bien entendu, les essences imputrescibles endurent plus facilement le poids des années que les bois tendres, aux exigences de protection plus élevées. Dans tous les cas, bombardement d’UV et variations de température et d’humidité sapent leur éclat originel. Et au flétrissement des teintes correspond le développement des mousses qui, humides, s’avèrent particulièrement glissantes. Il faut donc les éliminer. Une à deux fois par an, lavez votre terrasse à l’eau, simplement additionnée de savon noir ou de liquide vaisselle. Frottez avec une brosse les taches incrustées, rincez et laissez sécher. Pour éclaircir le bois et le dégraisser en profondeur, utilisez du percarbonate de sodium mélangé à de l’eau tiède. Briquez avec une brosse à poils durs puis rincez abondamment. Ultra-efficace et biodégradable ! Enfin, un traitement à l’huile naturelle n’est pas superflu. En l’espèce, optez pour l’huile de lin, qui ravive les couleurs et raffermit le voile protecteur.

Bois composite

Possédant le charme et le naturel du bois, le bois composite n’a cependant aucun des inconvénients de son modèle. Imputrescible et sans écharde, il ne glisse pas, résiste aux insectes et aux parasites, ne se fend pas et conserve ses couleurs. En somme, ce produit réalisé à base de résines plastiques a, en dehors de sa production, un impact écologique très limité. Son entretien est en outre la simplicité même. Si l’usage du nettoyeur haute pression n’est pas recommandé sur les surfaces en bois véritable, sa puissance pouvant altérer les couches protectrices, il est ici très bien accepté. Néanmoins, pas besoin de recourir à ce traitement extrême pour raviver sa beauté. Là encore, un bon coup d’eau savonnée devrait suffire, les salissures ne pouvant pénétrer en profondeur.

LM04-036

Carrelage

Il existe toutes sortes de revêtements extérieurs en terre cuite, tant au niveau des matières que des finitions. Néanmoins, l’entretien d’une terrasse carrelée est souvent analogue et aisé. Pas question donc de céder aux appels des firmes de nettoyants industriels. Une fois de plus, le simple fait de frotter tel support avec un balai-brosse mouillé d’une eau tiède relevée de savon noir donne dans la plupart des cas un résultat impeccable. En vertu de son caractère détachant, le bicarbonate de soude se révèle une convaincante alternative. Les doses de cette poudre blanche inodore peuvent d’ailleurs être modulées en fonction de l’état de saleté ou de l’importance des taches de gras trouvées au sol, d’un verre pour 5 litres d’eau chaude à 200 grammes dans un demi-litre. Une finition à l’eau claire dans laquelle aura été dilué un peu de vinaigre blanc est à conseiller. Mélangés à l’eau à volume égal, vinaigre blanc et bicarbonate de soude seront également utilisés pour désencrasser les joints. Enfin, il faudra dans tous les cas omettre l’eau de javel. Non seulement ce n’est pas un produit nettoyant, mais cette solution désinfectante est fort néfaste pour l’environnement.

Béton

Toujours très à la mode, le béton ciré se teinte de nombreuses couleurs qui permettent de l’adapter à tout style de décoration. La couche protectrice qui assure sa résistance étant imperméable, il se lave de surcroît très bien, à condition d’employer des produits peu agressifs. Pour un nettoyage régulier, eau chaude et savon noir, ou savon de Marseille, demeurent idéals. Le talc ou la farine peuvent pour leur part venir à bout des taches de gras, à l’instar de la terre de Sommières. On saupoudre, on laisse agir, puis on frotte doucement avec une brosse avant d’aspirer.

Fréderic Ferrand