Rénovations à 1 €, la vigilance est de mise

14
Businessman pointing to energy efficiency rating chart and house icon concept for performance, efficiency and environmental conservation

Grâce aux primes énergie bonifiées, il est aujourd’hui possible d’isoler ses combles ou de remplacer sa chaudière pour une somme modique. Mais ce n’est pas une raison pour baisser sa garde ! Sans quoi vous pourriez bien vous retrouver avec des travaux bâclés et inefficaces…

Le secteur de la rénovation énergétique attire moult professionnels peu scrupuleux qui entendent profiter de la manne financière des aides aux travaux. Or, les opérations « Coup de pouce économie d’énergie », qui permettent de faire isoler ses combles perdus ou de remplacer sa vieille chaudière pour 1€, sont une cible de choix pour les escrocs. Suivez nos conseils pour éviter d’être les prochaines victimes.

Des travaux ni faits ni à faire

Par le biais du dispositif des certificats d’économie d’énergie (CEE), les fournisseurs du marché, depuis EDF jusqu’à Leroy Merlin, financent vos travaux éligibles en vous octroyant les fameuses primes énergie. Et dans le cas de l’isolation des combles et du remplacement d’une chaudière, la prise en charge atteint souvent 100 % du chantier ! Ceci étant dit, il ne faut pas faire confiance au premier professionnel labellisé RGE (« reconnu garant de l’environnement ») venu. En effet, bien que la prime doive être demandée avant de signer le devis, elle vous est versée à la fin des travaux, sur seule présentation de la facture… « Certaines entreprises d’isolation mentent sur le nombre de mètres carrés de travaux réalisés ou sur certains éléments qualitatifs », nous expose Nicolas Moulin, le fondateur du site spécialisé Primesenergie.fr. De multiples malfaçons sont possibles comme l’utilisation d’un matériau qui n’est pas un vrai isolant et la non-réalisation de certaines opérations complémentaires, pourtant essentielles, telles que la dépose préalable de l’isolant existant, la mise en place d’un pare-vapeur permettant d’assurer l’étanchéité à l’air ou encore la gestion des conduits de fumée pouvant traverser le matériau.

Faire preuve de rigueur

« Dès lors qu’on ne paie qu’1 €, on a tendance à lever tous ses garde-fous habituels. C’est une grave erreur ! Car il faut se rappeler que ces travaux nécessitent une réelle expertise et coûtent cher à réaliser, même si c’est le fournisseur d’énergie qui paie au final la facture », serine Nicolas Moulin. On l’aura compris, il faut donc faire preuve de la même exigence que pour n’importe quel chantier. Premier réflexe : méfiez-vous du démarchage téléphonique et des prospectus. Les entreprises sérieuses ne procèdent pas de la sorte. Fuyez également les sites qui utilisent abusivement les logos officiels comme la Marianne, ou qui vous pressent en vous faisant croire que l’aide s’arrêtera bientôt ou que vous serez sanctionné si vous ne réalisez pas ces rénovations ! Gare en outre aux très jeunes sociétés dont la création remonte à quelques mois à peine.

Prenez ensuite le temps de comparer les professionnels en faisant réaliser plusieurs devis à l’issue d’une prévisite technique impérative. Ces derniers doivent indiquer tous les travaux pris en charge dans votre chantier. N’hésitez pas non plus à demander les justificatifs prouvant la labellisation RGE. Rappelez-vous enfin que la loi vous donne un délai de rétractation de quatorze jours en cas de démarchage.

Heat Loss Detection of the House With Infrared Thermal Camera

Les bonnes adresses : Trouver de bons pros

Pour être conseillé gratuitement et sans parti pris sur vos travaux, commencez par prendre rendez-vous avec un conseiller Faire (ancien point info énergie) au 0 808 800 700 (numéro non surtaxé) ou sur Faire.fr. Vous pouvez également vous renseigner auprès des fournisseurs d’énergie et des délégataires spécialisés comme Primesenergie.fr qui peuvent vous orienter vers des professionnels de confiance avec lesquels ils travaillent. Dans certains cas, passer par leur réseau vous permettra d’ailleurs de ne pas avoir à faire l’avance du montant du chantier.

Focus : des contrôles renforcés

À l’heure actuelle, le législateur impose aux acteurs proposant des offres « Coup de pouce économie d’énergie » de faire contrôler, a posteriori, 10 % des chantiers financés par ce biais, afin de s’assurer de leur bonne exécution. Alors qu’il représente près de 40 % des opérations Coups de pouce octroyées aux particuliers, le site Primesenergie.fr va d’ailleurs plus loin en auditant 20 % de ses sites. Et justement, afin d’intensifier la lutte contre la fraude aux CEE, un projet de loi, en cours d’examen au Parlement, entend renforcer ces obligations de contrôle en les généralisant à l’ensemble des travaux donnant droit aux certificats. Affaire à suivre. Julie Polizzi