Prêt immobilier : faites appel à un courtier

267

Acheter une maison ou un appartement, cela représente un gros investissement. Au prix réel du bien se greffent des frais divers et variés, sur lesquels il y a cependant possibilité de faire des économies… Car tout est négociable, à commencer par les frais que facturent les agences immobilières !

Entre une enseigne qui chiffre ses prestations à 8 % pour la vente d’une construction qui en vaut 300 000, et une autre qui ne prend que 4 % pour un bien équivalent, l’acheteur avisé réalisera une économie de plus de 12 000 euros. Faire jouer la concurrence n’est donc pas un luxe. Mais c’est surtout auprès de la banque qu’il ne faut pas hésiter à négocier : taux du prêt immobilier, assurances, frais de dossier… Problème : difficile de connaître toutes les règles du jeu. Il y a pourtant une solution : faire appel à un professionnel, le courtier en prêts immobiliers.

Un expert à votre service

Un courtier en prêts immobiliers est un intermédiaire, chargé par un emprunteur d’obtenir les meilleures conditions auprès des établissements bancaires. Et comme il connaît toutes les ficelles du métier, son aide s’avère souvent très rentable. Prenons l’exemple de M. X : sa banque lui propose un prêt de 300 000 euros sur vingt ans au taux fixe de 3,5 %. S’il accepte, il remboursera au total 417 571 euros. Son crédit lui aura donc coûté : 117 571 euros.

Maintenant, si grâce à un courtier, M. X obtient un taux de 3,2 %, il ne remboursera que 406 558 euros, le coût du crédit étant alors de 106 558 euros. Grâce à un taux renégocié à la baisse (de 3,5 à 3,2 %), M. X réalise donc une économie de 11 013 euros.

Et ce n’est pas tout…

Pour un emprunt immobilier, le taux nominal du prêt n’est qu’une base : s’y ajoutent les assurances et les frais de dossier. En tenant compte de tous ces paramètres, on obtient le TEG (taux effectif global), qui détermine le prix de revient réel d’un crédit. Si M. X, avec un emprunt de 300 000 euros à 3,5 %, doit régler une assurance à 0,5 % du capital emprunté et 1 000 euros de frais de dossier, le coût réel de son crédit sera de 148 571 euros (soit un TEG à 4,33 %).

Maintenant, si, grâce à un courtier, il obtient un taux à 3,2 %, une assurance à 0,25 % et des frais de dossier réduits de moitié, le coût tombera à 122 057 euros (soit un TEG à 3,63 %). Au final, cela représente une économie de quelque 26 514 euros.

LM19-034

Info

Selon l’Afub (Association des usagers des banques), dans 75 % des dossiers de prêt, les TEG affichés par les banques sont erronés et ne correspondent pas au montant réel des sommes à rembourser. D’où l’utilité de s’attacher les services d’un expert.

Mais combien ça coûte ?

Les courtiers sont généralement rémunérés au pourcentage, à hauteur de 1 % du montant du prêt obtenu (avec des plafonds pour les sommes très importantes). Mais en aucun cas le client ne doit débourser d’argent avant d’avoir obtenu ce prêt. On paie une fois servi.

Où les trouver ?

Il existe des réseaux de courtiers proposés par des groupes comme Cafpi (www.cafpi.fr) ou Ace (www.acecredit.fr). Sur le net, on trouve également des sites spécialisés comme « www.meilleurtaux.com » ou « www.empruntis.com ». La profession compte enfin de très nombreux courtiers indépendants…

À savoir

Depuis le 1er janvier 2013, le courtier est soumis au statut d’intermédiaire en opérations de banque et en services de paiement (IOBSP) et doit être inscrit au fichier de l’Orias, organisme en charge de la tenue du registre unique des intermédiaires en assurance, banque et finance. Agrément à vérifier sur : www.orias.fr