Le sarking, une technique d’isolation optimale

516

En offrant à votre habitat des performances thermiques élevées et en dégageant de l’espace sous le toit, la méthode du sarking est en passe de révolutionner les techniques d’isolation par l’extérieur.

Dans une maison, 30 % des déperditions de chaleur proviennent de la toiture. Revoir l’isolation de son toit est donc primordial si l’on souhaite supprimer les ponts thermiques, faire des économies d’énergie et augmenter les performances de son habitat. Pour mettre en œuvre cet ouvrage, la technique du sarking est l’une des méthodes les plus en vogue. Elle permet non seulement d’isoler son habitation sans engager de travaux à l’intérieur de la maison, mais elle fait aussi gagner de la place, notamment dans les combles.

Économies d’énergie et gain de place

Le sarking est un procédé d’isolation par l’extérieur qui consiste à créer un « second toit » en rehaussant la toiture et en disposant un isolant. Cette technique, utilisée depuis longtemps dans les régions montagneuses où le climat peut être rude, se développe de plus en plus un peu partout en France.

Il faut dire que celle-ci a des atouts non négligeables : en supprimant les ponts thermiques et en évitant ainsi les déperditions d’énergie, elle offre tout d’abord des performances thermiques et acoustiques excellentes. Elle ne nécessite pas non plus de toucher à l’intérieur de la maison pour effectuer les travaux. Tout se passe en effet à l’extérieur, ce qui permet, contrairement à une isolation classique, de conserver la surface sous la toiture pour pouvoir aménager des combles. Avec le sarking, vous préservez ainsi de précieux mètres carrés.

Les différentes étapes

En pratique, la technique du sarking requiert de la minutie et de la patience. La pose d’une telle isolation se fait en effet en plusieurs étapes, dont certaines peuvent nécessiter l’intervention d’un professionnel, notamment lorsqu’elle touche à l’étanchéité du système.

La première intervention consiste à mettre en place le platelage, c’est-à-dire des lames de plancher en bois naturel clouées sur des chevrons. Vous pouvez également choisir des panneaux OSB ou de particules, mais la surface doit être bien stable et homogène. Ensuite, il faut poser un frein vapeur qui assurera l’étanchéité de votre installation. Attention en déroulant le film à ne pas créer de plis !

Vient alors la mise en place de l’isolant. Il faut procéder en quinconce, à joints serrés et décalés, en commençant par le bas de la toiture, c’est-à-dire au niveau de l’égout, et jusqu’au faîtage. Une fois l’isolant posé, vous pouvez éventuellement installer un écran de sous-toiture pour recouvrir le tout. Tout dépendra ici de sa compatibilité avec l’isolant.

Le contre-lattage constitue l’avant-dernière étape et consiste à positionner des contre-liteaux à l’aplomb des chevrons pour maintenir le tout. Attention, ici, le choix des fixations, leurs dimensions et les espacements sont réglementés. Il faut ainsi se référer à la norme NF en 27-95. Il ne reste plus ensuite qu’à replacer votre toiture. Côté prix, une isolation par sarking coûte environ 200€ le mètre carré. M.K.

Photo © FOAMGLAS, DR