Le portail, la carte de visite de votre maison

458

Quel est le tout premier élément que l’on remarque lorsqu’on entre sur un terrain ? Le portail, bien sûr ! Pour ne rien perdre en standing, on oublie sa bonne vieille grille rouillée et l’on ouvre grand ses portes à la modernité…

Les portails ne servent pas qu’à isoler une maison de l’extérieur : ils ont aussi pour fonction d’accueillir occupants et invités. Les fabricants ont planché sur le sujet pour que leurs produits remplissent cette mission avec style. Qu’ils soient en fer, en PVC ou en bois, les portails d’aujourd’hui ne manquent pas de caractère !

L’art de la découpe

Il suffit d’un rien pour qu’un panneau prenne de l’allure – une couleur qui lui donne son cachet, ou quelques ouvertures savamment découpées, par exemple. Vous pouvez aisément choisir entre des portails pleins, qui protègent des regards indiscrets, et des modèles ajourés ou semi-ajourés. Ces derniers permettent de subtiles variations graphiques, particulièrement dans le métal et l’aluminium. La tôle peut même prendre du relief en se parant de motifs qui se devinent dès que les rayons du soleil jouent sur leurs aspérités. Le procédé spécifique Qualinuméric, exploité chez certains fabricants, en est l’expression la plus récente. Des éclairages LED directement intégrés dans les montants font d’ailleurs la lumière avec encore plus d’intensité sur ces jeux décoratifs. Des films imprimés de motifs divers, intercalés entre des vitrages épais…

imageArticle0

Sur la pointe des pieds

L’harmonie d’un portail dépend aussi de sa hauteur par rapport à l’habitation et au chemin qui y conduit. La plupart des gammes peuvent être réalisées sur commande, pour adapter la taille à vos besoins. Le souci d’intimité peut cependant également guider ce choix : un portail de moins d’1,50 m de haut ne vous isole pas des regards des passants. Jusqu’à 1,75 m, ces derniers pourront vous apercevoir en se hissant sur la pointe des pieds, ce qui devient beaucoup plus difficile quand le portail dépasse cette hauteur !

Fatigué de descendre de voiture pour ouvrir le portail ? Laissez l’électricité opérer !

Plusieurs modèles se partagent le marché du portail électrique. Le premier est celui des vérins, solution répandue et efficace. L’inconvénient est que ce dispositif exerce une pression soutenue sur les ventaux. Elle s’applique donc difficilement aux portails les plus fragiles, comme ceux en PVC, sauf si ceux-ci ont été renforcés dans cette optique. La motorisation à bras articulé est une variante moins contraignante au niveau des forces. Elle est donc préconisée pour les portails légers, car elle offre un mouvement « naturel » d’ouverture. Invisibles, les automatismes enterrés se fixent sous le ventail et assurent une parfaite ouverture, notamment pour les installations les plus lourdes. Mieux vaut cependant les intégrer au portail au moment de sa création. Les mécanismes à roue s’adaptent aux terrains accidentés, ce qui en fait une solution idéale pour les portails installés en pente. Les roues motorisées se fixent au bout des ventaux faisant de ce procédé le plus simple à installer. Enfin, le système des motorisations à crémaillère se destine aux portails coulissants. La technique est basique et convaincante.

À savoir

À défaut d’être un excellent bricoleur, mieux vaut laisser la pose à des techniciens expérimentés : l’installation de ces motorisations exige des connaissances en maçonnerie et en électricité, et nécessite beaucoup de minutie. Gardez toutefois un œil sur son installation en retenant trois points importants : bien qu’électrique, il doit avant tout être un portail manuel fonctionnant parfaitement ; l’ajout d’une serrure électrique est conseillé dans les régions venteuses et, enfin, un déverrouillage extérieur doit être aménagé pour les portails pleins.