Le moss graffiti se fait mousser

11
© agence dac.com

Moins polluant que les tags classiques, le moss graffiti utilise la mousse naturelle pour créer des motifs ou des lettrages sur les murs de vos jardins. Zoom sur cette nouvelle tendance déco très écolo.

Symbole emblématique de l’art de rue, le graffiti a su gagner ses lettres de noblesse. Certains graffeurs, en véritables artistes, n’hésitent plus désormais à travailler à la commande pour créer, ici, la devanture d’une boutique, là, la décoration murale d’un intérieur bourgeois. Mais la nouvelle mode, bien plus écologique et encore plus décalée, c’est le moss graffiti ( ou graffiti de mousse ). Tendance green du street art venue tout droit de Londres et de New York, ces tags verts s’invitent petit à petit dans nos jardins pour décorer nos extérieurs.

L’art de rue passe au jardin

Lancée par la designer anglaise Anna Garforth, le moss graffiti consiste en fait à créer des lettrages ou des dessins sur un mur, à l’aide de lichen ou de mousse naturelle. On peut le réaliser assez facilement soi-même à l’aide de matériel de dessin et de végétaux prélevés dans la nature mais il existe aussi sur internet des enseignes qui commercialisent des kits sous forme stabilisée. Décoratifs et faciles à entretenir, ils sont aussi moins polluants que leurs homologues à la bombe. Naturels, éphémères et poétiques, ils sauront séduire tous les écolos en manque d’inspiration pour leur déco.

Original et décalé, le moss graffiti permet de décorer son extérieur de façon écologique et amusante © agence dac.com

La recette

Pour réaliser ces œuvres d’art végétales, vous avez bien sûr d’abord besoin d’un jardin ou d’une terrasse et d’un mur en bon état, de préférence en béton ou en pierre, et si possible orienté au nord. Le moss graffiti n’a en effet pas besoin de lumière particulière et un trop-plein de soleil pourrait le faire sécher. Faites donc attention à bien choisir la scène de crime car, si le support n’est pas adapté, vous n’aurez aucune chance de voir votre création se pérenniser.Pour réaliser votre tag végétal, procurez-vous des touffes de mousse naturelle ou récoltez-en sur les arbres. On en trouve généralement dans des endroits sombres et humides. Vous allez ensuite devoir les émietter pour les mixer dans un blender. Ajoutez-y une canette de bière, un yaourt nature et une demi-cuillère à café de sucre. Ces derniers vont permettre à votre mixture de se doter d’une texture crémeuse et lisse pour bien accrocher au support. Conservez votre mélange dans un contenant en plastique. Ensuite, pour appliquer votre préparation, vous avez le choix de tracer votre motif au pinceau, à main levée, ou de le réaliser avec un pochoir si vous êtes moins doué pour le dessin. Dans tous les cas, soyez généreux et n’hésitez pas à superposer les couches pour un rendu plus luxuriant.

Un peu de patience…

Ne vous attendez pas, toutefois, à un résultat immédiat. Le graffiti végétal a besoin de temps pour dévoiler ses plus beaux atouts. Après avoir posé votre mixture, en bon graffeur en herbe, vous allez devoir vous en occuper durant plusieurs semaines. En effet, le mélange doit toujours être humide pour pouvoir se développer. Régulièrement, une fois par semaine environ, arrosez votre tag sans le noyer à l’aide d’un pulvérisateur afin qu’il pousse correctement. La mousse va ainsi petit à petit coloniser la structure et laisser place à un magnifique graffiti. Si vous êtes séduit par le concept, vous pouvez varier les plaisirs en utilisant de la pelouse ou des feuilles mortes. Pour ce faire, il suffit de préparer une colle maison avec de la farine, du sucre, de l’eau et de la bière, le tout cuit ensemble. Cette technique permet en fait d’obtenir des graffitis végétaux rapidement mais ils sont moins durables que la mousse.

© agence dac.com
Photos © agence dac.com