La véranda, mon salon d’hiver

186

Mitoyennes au salon, à la salle à manger ou à la cuisine, les vérandas sont des pièces chaleureuses. Rondes ou carrées, en bois, en acier, en PVC, en alu ou encore bioclimatiques : faites votre choix !

Parce qu’elle est le prolongement de notre maison, la véranda doit rester en harmonie avec notre intérieur ou détonner complètement du reste. Dans tous les cas, c’est une pièce qui a d’ores et déjà du cachet. Vous pourrez choisir une structure droite, ronde, ovale ou à pans coupés.

Choisir le matériau

En aluminium, en bois, en fer forgé, en acier ou en PVC, les matériaux sont variés et le choix se fait en fonction des goûts, mais aussi du budget. L’aluminium a l’avantage d’être facile à entretenir : il ne rouille pas et un nettoyage à l’eau suffit lorsqu’il est recouvert d’une peinture thermo-laquée. Très résistant, il est également bien adapté aux vérandas de grandes tailles. Entre le panel de couleurs et les formes très variées, l’aluminium est un choix fiable qui représente actuellement 90 % des mises en chantier. Petit inconvénient financier tout de même : les vérandas en aluminium sont généralement plus chères que celles en bois ou en PVC. Il n’existe quasiment qu’en blanc mais il a d’autres atouts : ses formes d’ouverture sont très variées et c’est un bon isolant (les factures s’en ressentent indéniablement). Il est très facile d’entretien : une simple éponge savonneuse suffira à le faire briller. Toutefois, c’est une matière qui vieillit mal et la rénovation n’est pas vraiment possible. Si vous vous lancez dans la construction d’une grande véranda, oubliez le PVC ! Il n’est pas compatible aux dimensions larges… L’acier, quant à lui, s’adapte à toutes les formes et tous les modèles de vérandas, aussi bien aux vieilles demeures cossues qu’aux maisons contemporaines, pour un mélange des genres charmant et tendance. Contrairement au PVC qui ne rouille pas, l’acier a malheureusement tendance à subir l’outrage du temps : il faut donc veiller à le traiter. Enfin, malgré son prix onéreux, ce n’est pas un bon isolant… C’est le bois qui remporte la palme d’or côté isolation ! Son coût et son entretien (tous les deux à trois ans) sont presque les seuls désavantages du bois. C’est une matière noble et particulièrement chaleureuse, idéalement choisie pour cette pièce. Un permis de construire est nécessaire si la superficie de votre futur véranda dépasse les 20m2. L’orientation au sud est intéressante pour des vérandas d’hiver dans le nord de la France. mais attention aux surchauffes l’été.

Une véranda écolo

Une véranda bioclimatique présente l’avantage de capter les rayons du soleil pour redistribuer la chaleur dans la maison. Pour profiter pleinement de cette ressource naturelle, l’orientation de la véranda doit se faire côté sud. Les capteurs installés sur le toit ont différentes fonctions : les solaires thermiques sont utilisés pour produire de l’eau chaude, tandis que les panneaux photovoltaïques produisent de l’énergie. Pour les installer, le toit devra avoir une pente d’environ 25°. Tous les matériaux sont compatibles avec ces vérandas « écologiques ». Le choix des couleurs à l’intérieur est très important : les teintes foncées absorbent davantage les rayons du soleil. Vous pourrez choisir entre la toiture opaque dotée des capteurs précédemment cités ou d’une toiture semi-transparente en double vitrage estampillée « spécial photovoltaïque ».