Jardiner bio : comment utiliser les nématodes auxiliaires ?

586
© iStock

Alternative efficace aux produits chimiques, les nématodes auxiliaires permettent de lutter naturellement contre un grand nombre de ravageurs du jardin. Voici comment les utiliser.

Dans une courte saynète dont on ne sait si le héros est un lion ou un rat, le fabuliste enseigne qu’on a souvent besoin d’un plus petit que soi. C’est une vérité au jardin où il est possible de substituer aux produits pesticides, des nématodes qui éliminent les ravageurs de façon naturelle. Par millions, ces minuscules organismes investissent le sol à la recherche de leur proie, et comme le rongeur délivra le fauve de ses rets, ils débarrassent le cultivateur de la faune nuisible. Mais pour qu’ils puissent s’épanouir à leur aise, celui-ci leur doit des conditions favorables. Car n’oublions pas que le poète ajoute : « il faut, autant qu’on peut, obliger tout le monde ».

Une arme de bio contrôle

Au même titre que les fameuses larves de coccinelles, les nématodes font partie des moyens de bio-contrôle à disposition des jardiniers pour lutter de manière naturelle contre les ravageurs du jardin. Cette technique de jardinage biologique consiste à utiliser des organismes vivants pour contrôler et éradiquer la faune nuisible dont ils sont prédateurs. A chaque auxiliaire de bio contrôle, correspond une ou plusieurs espèces cibles.

Une armée minuscule

Les nématodes sont des vers microscopiques (de 0,5 à quelques millimètres), dits entomopathogènes, présents naturellement dans le sol. C’est pendant leur stade larvaire qu’ils intéressent le jardinier, lorsqu’ils pénètrent dans le corps de leurs proies par les orifices naturels. Ils y libèrent des bactéries qui provoquent la mort de l’hôte par septicémie en un ou deux jours. Ensuite, ils se nourrissent des tissus du cadavre, avant que, huit à dix jours plus tard, une nouvelle génération apparaisse, sorte du corps et parte à la recherche de nouvelles proies. Une fois les ravageurs éradiqués, les nématodes disparaissent, faute de nourriture.

© iStock

Nématodes mode d’emploi

Les nématodes se présentent sous la forme d’une poudre à diluer dans l’eau, quelques grammes suffisent à donner la vie à des millions de larves. La solution est pulvérisée ou utilisée en arrosage dans les zones à traiter. Il faut généralement une à trois semaines aux nématodes pour éliminer les ravageurs ciblés. Pendant ce laps de temps, il est primordial de maintenir, dans le sol, l’humidité nécessaire à leur bon développement. C’est d’autant plus important durant la période estivale. Après épandage, arrosez abondamment le sol afin de faire tomber les éventuels nématodes adhérant aux brins d’herbe.

Qui fait quoi ?

Quatre espèces de nématodes sont utilisées en majorité : Heterorhabditis bacteriophora (ou nématodes Hb) contre les vers blancs (othiorrhynques, hannetons…), Steinernema feltiae (Sf) contre les taupins, les chenilles, le tigre du platane et les fourmis, S. carpocapsae (Sc) contre les vers gris (doryphores, noctuelles, courtilières, ravageurs du palmier…) et les Phasmarhabditis hermaphrodita (Ph) contre les limaces. On les utilise quand la terre est suffisamment réchauffée (d’avril à septembre), en début ou en fin de journée, car les UV détruisent les larves. Evidemment, il convient de ne pas utiliser de produits nématicides dans les trois semaines qui suivent l’application, ni également de fongicides à base de soufre.

Benoit Charbonneau

Photos © iStock, DR