Granulé de bois : le combustible qui a presque tout bon

248

Écologiques, faciles à stocker, plutôt économiques et dotés d’un fort pouvoir calorifique, les granulés de bois pourraient bien faire la peau à nos encombrantes bûches.

Le bois comme mode de chauffage fait de plus en plus d’adeptes car il permet de réduire ses factures énergétiques et n’a qu’un faible impact sur l’environnement. En France, une maison individuelle sur deux se chauffe avec ce combustible, et si le poêle à bois fonctionnant avec des bûches reste pour l’heure le chouchou des Français, la chaudière à granulés n’est pas en reste lorsqu’il s’agit de confort. Appelés aussi pellets, les granulés de bois ont l’avantage d’être très écologiques et relativement peu coûteux.

Un combustible écologique…

Pratiquement inconnu dans l’Hexagone il y a encore dix ans, le granulé de bois compte pourtant parmi les récentes évolutions majeures en matière d’énergie. Ce bâtonnet cylindrique est un combustible 100 % naturel, issu d’un processus qui consiste à sécher et à compacter les rebuts des scieries (sciures, copeaux etc.) sans colle ni additif chimique. C’est en effet la lignine, naturellement présente dans le bois, qui fait ici office de liant. Le granulé a donc tout bon car le bois, neutre en termes d’émissions de gaz à effet de serre, ne contient en outre que très peu d’azote. Comparés à nos bonnes vieilles billes, les pellets ont pour eux l’avantage d’un fort pouvoir calorifique (environ 5 kWh/kg) et d’un faible taux d’humidité, généralement moins de 10 %, là où une bûche se situe entre 15 et 20 %. Ils assurent ainsi une combustion optimale et les cendres peuvent même être réutilisées comme engrais au jardin.

imageArticle4

… mais pas parfait !

Mais comme toute chose, les granulés ne sont pas parfaits. D’abord, leur coût et l’impact environnemental de leur fabrication sont un peu plus importants que les autres combustibles bois mais ils restent toujours moins chers que les énergies fossiles. Aussi, la matière première doit-elle être de qualité car, dans le cas contraire, des substances chimiques et des composés organiques volatils peuvent être libérés lors de la combustion, faisant finalement du granulé un produit extrêmement toxique pour la planète. Le bois d’origine ne doit donc pas avoir été traité chimiquement auparavant, ce qui n’est pas toujours le cas…

Les bonnes garanties

Il existe cependant des indices qui permettent de faire le bon choix. Un pellet de qualité se reconnaît d ‘abord à sa couleur claire. Ensuite, il est ultra compressé, dur et ne fait pas de poussière. Vous pouvez aussi vous fier aux différentes normes qui régissent la production française. Il existe ainsi trois certifications différentes mais équivalentes : la norme « NF », la marque « DINplus » ou encore « ENplus ». Ces granulés certifiés sont de qualité premium et vous pouvez donc les utiliser dans vos poêles ou chaudières les yeux fermés. Attention toutefois à bien les conserver car ils ne tolèrent pas l’humidité et doivent être stockés dans un endroit sec.

Marina Knittel

imageArticle5Si les pellets sont intéressants d’un point de vue écologique et énergétique, sachez tout de même que les chaudières à granulés sont beaucoup plus chères à l’achat qu’un appareil classique au gaz ou au fioul. Comptez entre 7 000 et 20 000 € pour un équipement haut de gamme. La bonne nouvelle, c’est qu’il existe un crédit d’impôt de 15 à 26 % si vous investissez pour remplacer un appareil de chauffage au bois. Les poêles à granulés sont généralement beaucoup plus abordables.