Les secrets de la poire tapée

901

C’est à Rivarennes Quinçay, capitale de la poire tapée, en Indre-et-Loire, que l’on confectionne depuis des siècles cette mystérieuse spécialité. Bien connue des habitants de la région tourangelle, cette curiosité gastronomique a même aujourd’hui son musée et fait l’objet, chaque été, de nombreuses balades et randonnées. Mais au fait, à quoi ça ressemble,
une poire tapée ? Petite présentation…

Une poire déshydratée

C’est pour mieux conserver les nombreuses poires récoltées dans les vergers tourangeaux à la fin de l’été qu’est née la tradition de la poire tapée. Pour subsister durant les longs mois d’hiver, les fruits sont pelés, puis déposés sur des claies et placés dans des fours à bois, les « pouères », où ils vont subir une déshydratation lente et minutieuse. Au bout de trente-six heures, les poires sont ressorties des fours pour être « tapées » à l’aide d’une « platissoire ». Après un nouveau passage dans les pouères, cette opération permettra aux fruits d’être déshydratés à cœur…

LM39-069

Dégustation

Si les poires tapées peuvent se grignoter telles quelles comme des chips de fruits, elles seront toutefois beaucoup plus gourmandes une fois réhydratées. On les trempe parfois dans un simple sirop de sucre, mais la recette la plus courante, Pays de la Loire obligent, est de les baigner dans un savoureux jus d’épices, de sucre et de vin de Vouvray ou de Chinon… Si vous les achetez séchées, sachez qu’il faut un litre de liquide (vin rouge, blanc, rosé, thé, eau, jus de pomme ou de poire, cidre…) pour réhydrater 250 g de fruits.

Recettes

Les poires tapées entrent dans la préparation de nombreuses spécialités de viande comme le rôti de canette farci ou le foie gras poêlé aux poires tapées. En dessert, elles intègrent la pâte de nombreux cakes, gâteaux ou brioches que l’on peut acheter en boulangerie. Enfin, sachez qu’elles accompagnent parfaitement les fromages et notamment le chèvre, autre grande spécialité régionale.

Musée de la Poire tapée : www.asso-petri.fr