Drôles d’engins

361

Sur l’arbre de l’évolution mécanique, une branche est en train de pousser entre auto et moto. On pourrait qualifier de « mauto » ce spécimen d’un nouveau genre, déroutant tant il emprunte aux deux catégories. Les Clever et Carver à trois roues et deux places en tandem avaient initié la tendance. Désormais, ce sont les grands constructeurs qui s’y intéressent. La Lumeneo Smera fut, l’année passée, le premier modèle de « mauto » électrique abouti. Ce petit biplace à quatre roues avance des dimensions hors norme (2,40 m de long pour 0,86 m de large). Depuis l’annonce d’un partenariat avec la SNCF, les usagers du train se préparent à voir sa drôle de silhouette à la sortie des gares. L’Alliance Renault-Nissan propose deux visions du genre encore plus sophistiquées. Chez le Japonais, la mobilité urbaine à « zéro émission » est illustrée par le Land Glider (photo), décou-vert lors du dernier Salon de Tokyo. Le centre de gravité de ce biplace électrique se déplace en virages avec l’inclinaison de la caisse, à la façon d’une moto. C’est également le cas du concept 3R-C actuellement présenté par Honda sur le Mondial 2010. Mais ce mode de sus-pension original n’a pas été retenu par Renault pour son Twizy. Sa version finalisée dévoilée à Paris se place dans la même catégorie avec 1,19 m de large. Plus surprenant, ce Twizy sera aussi proposé dans une version limitée à 45 km/h pour les non-titulaires du permis. Ce sera dans un an, à un tarif « proche d’un scooter à trois roues ».