L’Importance d’être constant / Gerald Barry

347

Opéra comique en trois actes. Livret de Gerald Barry d’après la pièce éponyme d’Oscar Wilde. Créé en version de concert au Walt Disney Concert Hall de Los Angeles le 7 avril 2011

L’histoire

Jack est l’ami d’Algernon et amoureux de sa cousine Gwendoline, fille de la très redoutée tante Augusta, Lady Bracknell, une dame de la haute société très attachée aux traditions qui ont fait la « grandeur » de sa classe.
Jack vit à la campagne et est le tuteur d’une jeune Cecily. Pour se rendre à la ville, il prétexte des visites à un frère du nom de Constant, jeune homme à la vie dissolue. A la ville, Jack se fait appeler Constant, et c’est d’ailleurs de ce prénom que Gwendoline est tombée amoureuse. Après avoir été soumis à un interrogatoire mené par tante Augusta afin de se rendre compte si le jeune soupirant méritait bien d’épouser sa fille, on apprend que Jack/Constant est un enfant trouvé.
Ayant appris que Jack est le tuteur de la jeune Cecily, Algernon décide d’aller la trouver en se faisant passer pour Constant, le frère de Jack. Le coup de foudre est immédiat, mais voilà : Jack venait d’annoncer à Cecily  et à madame Prism, une veille célibataire qui habite avec eux, qu’il venait de perdre son frère.
L’imbroglio sera à son comble lorsque Gwendoline, arrivée en compagnie de sa mère dans le manoir de Jack, rencontrera Cecily et lui parlera de la promesse de mariage faite la veille à Constant. Les deux femmes aiment apparemment le même homme jusqu’au moment où les deux garçons se présentent… aucun des deux ne s’appellent Constant. Voilà qui est fâcheux car les deux femmes s’étaient éprises d’un prénom.
La comédie ne serait pas complète sans la découverte de la véritable identité de l’enfant trouvé… Tante Augusta reconnaît en Madame Prism son ancienne servante, celle-là même qui avait égaré le bébé sa sœur. C’est alors que Jack sort le cabas dans lequel il avait été trouvé. Madame Prism se rend compte que le bébé est bien Jack, et Tante Augusta qu’il est bien le frère d’Algernon. Mais au fait, comment s’appelait ce bébé qui portait le nom de son père général des armées ? Il suffit de chercher dans les registres militaires pour s’apercevoir qu’il se prénommait « Constant ».
Il ne reste plus à Algernon qu’à se faire rebaptiser « Constant » et la comédie peut se terminer, les deux couples se marier.

Première mondiale en version scénique avec le Chœur de l’Opéra national de Lorraine et l’orchestre symphonique et lyrique de Nancy
Ouvrage chanté en anglais, surtitré
Durée de l’ouvrage : 1h30 sans entracte

17 mars 2013 à 15h 19, 20, 21 et 22 mars 2013 à 20h
Prix des places : de 5 € à 59 € • Moins de 26 ans et demandeurs d’emploi : 8 €, ¼ d’heure avant le début des représentations
Billetterie en ligne www.opera-national-lorraine.fr
Renseignements et réservations : 03 83 85 33 11
 
Publi-reportage