Retour vers le futur pour la fête de la science

281

La Fête de la Science bat son plein jusqu’au 13 octobre prochain. Si le thème 2019 est « Raconter la science, imaginer l’avenir », la région Grand Est, elle, « explore les mondes ». 

Jamais la science n’a été aussi présente dans notre quotidien, de nos téléphones à nos T-shirts. La science est dans tous les objets, dans toutes les techniques qui nous entourent. Mais surtout, elle contribue à inventer notre futur. Face aux défis majeurs du 21e siècle que sont la transition énergétique, les bouleversements climatiques, le vieillissement des populations, la révolution numérique ou encore la préservation de la biodiversité, la science est mobilisée pour nous offrir des perspectives, nous ouvrir des espoirs, nous apporter des solutions. Elle pose aussi de nouvelles questions d’éthique avec l’émergence notamment des technologies de l’intelligence artificielle et des outils de la génétique.
Pour Didier Mathieu, responsable du Planétarium d’Épinal et coordinateur de la Fête de la Science pour le territoire lorrain de la région Grand Est « le futur de la science réside dans le domaine spatial ! » En plein anniversaire des 50 ans du premier pas de l’Homme sur la Lune, une multitude d’animations autour des thèmes de l’espace et de l’astronomie sont organisées dans la région. 

Devenir des explorateurs du monde

Créée en 1991 par le Vosgien Hubert Curien alors ministre de la Recherche et de la Technologie, la Fête de la Science est avant tout un événement permettant de découvrir le travail des chercheurs, de partager des savoirs et d’explorer de nouvelles connaissances. Une occasion aussi de rappeler que la Lorraine reste une pointure dans le domaine scientifique avec de nombreux sites de culture scientifique à découvrir et des laboratoires prestigieux, à l’instar de l’institut Jean Lamour sur le campus Artem (Nancy). L’un des plus grands laboratoires européens sur les matériaux du futur regroupant 500 enseignants-chercheurs et techniciens fête ses 10 ans d’existence.

Cette année, le thème national retenu est « Raconter la science, imaginer l’avenir » avec, pour slogan « À demain ». « Si nous essayons de nous rapprocher de cette thématique, la région Grand Est voit plus large avec son thème 2019 : “Explorer les mondes” » explique Didier Mathieu. « Les scientifiques étudient, scrutent, observent, inspectent ces mondes proches ou lointains, d’hier ou d’aujourd’hui, réels ou fictifs. La Fête de la Science est l’opportunité parfaite pour nous transformer en explorateurs pour élargir notre vision du monde ! »

« L’avenir, ce sont aussi les jeunes ! »

Pas moins de 600 actions sont proposées dans le Grand Est dont près de 270 en Lorraine. « Il y a un véritable engouement pour la Fête de la Science aujourd’hui qui attire un public de plus en plus large » reconnait Didier Mathieu. « Je suis ravi que les villages des sciences de Nancy et de Metz ou du collège Saint-Exupéry d’Épinal soient animés par les élèves et étudiants eux-mêmes car, les jeunes incarnent l’avenir de la science ! » D’ailleurs, Dorian Dupommier, jeune docteur en sciences de l’Université de Lorraine est l’ambassadeur de la Fête de la Science 2019 de la région Grand Est. Sa thèse « Étude de la fonctionnalisation d’hétérocycles et application à la synthèse de nouveaux composés à visée anticancéreuse » vient d’être adaptée en bande-dessinée dans l’ouvrage intitulé « Science en bulles ». Ce livre sera d’ailleurs présenté la librairie La Parenthèse, à Nancy, le 10 octobre prochain ! Un dossier de Pauline Overney

Programme complet de la Fête de la Science sur fetedelascience.fr et #FDS2019

La Fête de la Science en Lorraine en chiffres

29 villes
48 lieux de découvertes
300 animations
4 villages des sciences 
5 parcours scientifiques 

Entretien avec Dorian Dupommier

Doctorant en chimie organique à l’Université de Lorraine et ambassadeur de la Fête de la Science pour les universités

Que représente la Fête de la Science pour vous ? 

La Fête de la Science est une occasion de partager la science avec le grand public dans un cadre moins académique que les laboratoires ou les instituts de recherche. C’est un événement qui ne permet pas forcément de repartir avec une grande quantité de connaissances mais qui a pour objectif de sensibiliser les visiteurs, d’aiguiller les jeunes vers des carrières scientifiques mais aussi d’intéresser les adultes, qui ne tourneraient pas vers la science au départ, mais qui finalement se poseraient des questions sur des procédés scientifiques.

Vous avez-vous-même déjà participé à la Fête de la Science ? 

Oui, à de nombreuses reprises depuis ma première année de thèse. J’animerai d’ailleurs un stand au village des sciences sur le campus des Aiguillettes à Nancy cette année. 

Comment expliquez-vous l’engouement des visiteurs pour la Fête de la Science ? 

Je pense que les chercheurs participent de plus à plus aux actions de vulgarisation scientifique, hors Fête de la Science. Ça a l’avantage d’intéresser un large public qui vient volontiers et en plus grand nombre à la Fête de la Science chaque année.

C’est important de vulgariser la science aujourd’hui ?

Oui je pense que c’est essentiel de donner les clés au grand public d’avoir des idées plus « justes ». Par exemple, lorsque l’on pense chimie, on pense explosion, fumée, produits qui sentent forts… alors que la réalité est très différente. Et ce que l’on montre dans des événements comme celui-ci. 

Pourquoi avoir accepté d’être ambassadeur université de cette édition 2019 ?

C’est en lien avec ma participation à « Sciences en bulles ». Chaque doctorant illustré dans cette bande-dessinée est ambassadeur de son université. 

Justement, pouvez-vous nous expliquer le concept de « Sciences en bulles » ? 

C’est un projet en collaboration entre le ministère de la Culture, le ministère de l’Enseignement Supérieur, le Syndicat national de l’édition, la Conférence des présidents d’université et l’Université de Lorraine. Concrètement, 12 projets de thèse ont été sélectionnés pour être adaptés en BD. 

Quel est votre sujet ? 

Je travaille sur une thèse en chimie organique qui s’intéresse à la modification de la structure d’une cellule à des fins anti-cancéreuses. Le but est de montrer comment faire ces modifications et aussi de voir le comportement de la cellule. 

Pourquoi votre sujet a-t-il été sélectionné ? 

Pour tout vous dire, je ne sais pas ! (Rires) J’ai posé ma candidature et j’ai été retenu. Dans le dossier que nous devions envoyer, il fallait résumer notre sujet de thèse de manière concise et vulgarisée. Puis, nous avons eu des réunions à Paris avec le scénariste de la BD et les autres doctorants pour savoir ce que nous allions faire. Le scénariste à travailler individuellement avec chacun d’entre nous pour mettre le projet sur pied. 

« Sciences en bulles » sera présenté à la libraire La Parenthèse à Nancy le 10 octobre prochain. Vous serez présent ? 

Oui je serai présent pour cette présentation. Je suis vraiment content du résultat. Nous avons des échanges très denses avec le scénariste de la BD mais je trouve que toutes les idées sont bien représentées. C’est un ouvrage accessible, qui intéressera autant les enfants que les adultes. 

Pour finir, quels sont les domaines scientifiques qui nous seront utiles pour demain ?

Je pense que tous les domaines ont leur part à apporter pour l’avenir. Toutes les sciences, que l’on voit ou que l’on ne voit pas, seront utiles. Mais pour parler de ce que je connais, en chimie, ça sera l’occasion de produire des médicaments plus performants et moins toxiques, des objets moins lourds et plus résistants avec de nouveaux matériaux, des panneaux solaires plus conducteurs et performants… Propos recueillis par Pauline Overney

La science dans les étoiles !

Décollage immédiat de la fusée Fête de la Science 19 ! Visiteurs… devenez astronautes le temps d’une journée et explorez l’univers spatial !

Programme ARISS

C’est l’un des événements les plus exceptionnels de cette Fête de la Science 2019 ! Le collège Robert Doisneau de Sarrable est entré en communication avec la Station Spatiale Internationale grâce au projet ARISS ! « Les étudiants ont eu l’opportunité d’échanger avec l’astronaute Lucas Parmitano » explique Didier Mathieu. « C’est l’aboutissement de plusieurs mois de travail ! Ce projet pédagogique est un travail commun entre les enseignants, les radioamateurs, les radioamateurs bénévoles d’ARISS et les agences spatiales. » Ce contact avec la Station Spatiale Internationale a eu lieu le 8 octobre dernier et a été retransmis en direct sur Twin TV ! 

Retrouvez toute l’actualité du programme ARISS sur la page Facebook Ariss Collège Doisneau

Météorites & missions spatiales à La Manufacture 

Dans le cadre des 80 ans du CNRS, le CRPG (Centre de recherche pétrographique et géochimique), spécialisé dans l’étude des roches, organise une exposition intitulée « Météorites et missions spatiales » au théâtre de La Manufacture jusqu’au 19 octobre. Les visiteurs pourront découvrir une collection de météorites et modèles réduits de vaisseaux spatiaux, de planètes et corps célestes et comprendre comment les chercheurs du CRPG tentent de percer les secrets des premiers 500 millions d’années du système solaire…

Au théâtre de La Manufacture – Entrée libre 19 octobre à 16 h : célébration de l’anniversaire des 80 ans du CNRS avec une conférence grand public par Bernard Marty, chercheur au CRPG

L’aventure spatiale russe

Jusqu’au 13 octobre, le Conseil départemental de Meurthe-et-Moselle propose une exposition et des animations autour de l’aventure spatiale russe, à l’occasion du 85e anniversaire de la naissance de Youri Gagarine, le premier homme à voyager dans l’espace. « Objets » de cosmonautes, sélection de livres et documents, machines dédiées à l’entraînement dans l’espace…  Le public aura l’occasion de se plonger dans l’univers de ses voyageurs de l’espace ! Parallèlement, le cosmonaute russe Andreï Borissenko, âgé de 55 ans, donnera une conférence publique le samedi 12 octobre à la salle Raugraff à Nancy.

Entrée libre – Programme détaillé sur lorraine-russie.eu


On s’amuse à la Fête de la Science !

Vulgariser la science est essentiel pour donner les clés de compréhension aux néophytes mais aussi aux enfants qui se tourneraient vers une carrière scientifique !

Il est important de rappeler que la Fête de la Science s’adresse à tout le monde, scientifiques ou non ! » souligne Didier Mathieu. « C’est justement le moment où l’on explique les recherches, les métiers, les phénomènes scientifiques à un public qui ne baigne pas dans ce monde-là. C’est pourquoi, dans toute la région, plusieurs événements sont proposés pour casser cette image un peu trop académique de la science avec des spectacles de théâtre, de magie, des escape-game… » Le musée de l’Histoire du Fer à Jarville a concocté un programme autour du… poison (12 et 13 octobre) ! Un jeu de société collectif donnera l’occasion aux joueurs de comprendre que le poison d’un animal peut être en fait… un médicament ! La Cie Crache-Texte viendra, elle, présenter « 99 méthodes d’empoisonnement », un spectacle participatif d’improvisation où les deux comédiens passent en revue toutes les morts par empoisonnement possible. Spectacle toujours avec la Cie Bleu Nuage qui fera naître le côté alchimiste du public. Distillation de cocktails à la fumée lourde et froide, ébullition colorée ou mousseuse, les spectateurs pourront imaginer et déguster des breuvages à base de fleurs qu’ils ne gouteront qu’une fois dans leurs vies… Enfin, le conte musical en théâtre d’objet, « La fille en papier » de la Cie Les Fées du Logis, vient compléter cette jolie programmation ! 

Des sciences à la magie 

À l’INRIA Nancy Grand-Est, il sera question d’intelligence artificielle (11 et 12 octobre). Dans la peau d’un habitant d’une cité, les joueurs prendront part à un débat pour ensuite votre entre différentes solutions d’intelligence artificielle pour le transport ou la santé : « C’est un exercice très intéressant car il faut dire que l’intelligence artificielle fera partie de notre quotidien dans les prochaines années ! » s’enthousiasme Didier Mathieu. 

Dans les Vosges, le planétarium d’Épinal propose de vivre la Fête de la Science… de façon magique (12 et 13 octobre) !
« Matthias Bellemin, l’un des plus prometteurs magiciens de sa génération, présentera un spectacle de 45 minutes qui remettra en cause certains concepts scientifiques comme les trous noirs, le voyage dans le temps avec des tours de cartes mais aussi du mentalisme… » détaille Didier Mathieu. Le planétarium organise également un « investigation game » pour mener l’enquête et découvrir ce qui est arrivé au professeur Fringilla Coelebs ! 

Archéologie, ADN de banane… 

Dans le cadre de son exposition « Futur Antérieur. Que restera-t-il de nous en 4019 ? », le musée Départemental d’Art Ancien et Contemporain d’Épinal invite les enfants à comprendre l’archéologie avec fouille, conservation des objets et interprétation de ses derniers (10 et 11 octobre). Aussi, une conférence sur l’interprétation dans l’archéologie se penchera sur nos ancêtres les gaulois, le 13 octobre. À Vittel, la Vigie de l’Eau participe également à la Fête de la Science avec, notamment, un cabaret des sciences intitulé « Le Monde de Demain » : pour découvrir et explorer le monde tel qu’il pourrait être dans le futur en flânant entre différent stands et en rencontrant divers spécialistes. 

Enfin, du côté de Metz, le campus Bridoux propose une pléiade d’animations pour petits et grands, du 10 au 12 octobre. L’atelier « Banan’ADN » sera, par exemple, l’occasion de rechercher l’ADN dans les cellules de banane, l’escape-game « Panique dans la bibliothèque » permettra de réfléchir sur un certain nombre d’idées reçues, « Espionnage à l’UFR » lancera un défi aux participants : déchiffrer la formule magique retrouvée dans le grimoire d’un professeur de l’université et sortir au plus vite de la salle !

Programme complet de la Fête de la Science sur fetedelascience.fr et #FDS2019et aussi sur echosciences-grandest.fr

Les élèves du collège Saint-Exupéry d’Épinal nous convertissent à la science ! 

« Nous sommes ravis d’accueillir cet établissement qui fait partie du Réseau d’Éducation Prioritaire » explique Didier Mathieu. « C’est vraiment l’occasion de rassembler toutes les cultures, tous les milieux et toutes les générations au sein de cet événement qu’est la Fête de la Science ! » La matinée du 12 octobre sera donc consacrée à la manifestation et « ce sont les élèves eux-mêmes qui animeront les ateliers ! » Aimants, circuits à billes, robot, air, électricité, fusée à air, classification des êtres vivants… Tous ces thèmes seront donc abordés par les élèves pour faire comprendre aux visiteurs de façon ludique ce qu’est la science ! « Et puis, comme le thème national parle de futur… qui porte le futur aujourd’hui ? Les enfants ! » conclut Didier Mathieu. 

Le samedi 12 octobre de 8h à 13h (entrée libre)

Le Campus des Aiguillettes en fête à Nancy !

La Faculté des Sciences et Technologies organise un village des Sciences les 11 et 12 octobre. Des enseignants-chercheurs, des chercheurs et des doctorants se relayeront pour présenter de façon inventive et ludique les avancées de recherches menées dans les laboratoires localisés sur le campus Aiguillettes. Toutes les disciplines seront couvertes : biologie, chimie, physique, géosciences, mécanique, informatique, mathématiques, automatique, électronique… pour comprendre comme ces disciplines peuvent nous aider dans notre futur quotidien. 

Au programme par exemple : des conférences sur l’avenir énergétique ou sur l’algorithme en informatique, des expositions sur les phénomènes  géologiques ou sur notre région il y a des millions d’années mais aussi une multitude d’ateliers sur les robots, la manipulation en mathématiques, la chimie en 3D, les mystères de l’eau, les encres invisibles…

Vendredi 11 octobre de 9h à 18h (animations dédiées aux scolaires) Samedi 12 octobre de 13h à 18h (grand public) • Programme complet : fst.univ-lorraine.fr



Publireportage • Photos © adobe stock, dr