La partition sociale de NJP

310

Du 10 au 20 octobre, Nancy Jazz Pulsations présente 140 concerts en Lorraine. NJP porte aussi la musique dans les écoles, quartiers, prisons, maisons de retraite, hôpitaux…

Tel un feuilleton automnal, nous avons une nouvelle fois ouvert nos pages aux acteurs du NJP. Nous aurions pu vous parler de cet immense barnum urbain de sons et de couleurs plébiscité par le public. En quelques chiffres, NJP c’est 800 musiciens de talent et de renom, une scène du monde réputée, 100 bénévoles, autant d’intermittents/CDD, 140 concerts liant les générations dans les quatre départements. Nous avions le choix de revenir sur la belle programmation cru 2012, de faire le portrait d’un «historique» ou d’un espoir. VivreNancy vous conduit où les notes de musique se déplacent à la rencontre de publics qui ne peuvent, pour maintes raisons, aller vers elle. Un vaste panel d’activités artistiques constitue l’avant-garde de NJP, son volet social. Cette essence humaniste qui remonte aux origines du festival, de la volonté de ses créateurs, et qui perdure dans le temps, est la force vive du festival. Presque sa raison d’être en rassemblant les gens, dans un patchwork de cultures et de générations.

Les enfants, ces petits artistes

Les concerts jeunes publics s’adressent spécifiquement aux enfants. NJP et SODEXO s’associent pour permettre à 1500 classes de CM1 du Grand Nancy d’assister au Chapiteau de la Sapinière à un concert de R. Wan. NJP se fait là ambassadeur de la chanson française vers les plus jeunes. Dans le même champ d’intervention, une trentaine de prestations musicales raviront près d’un millier d’enfants dans les maternelles et écoles primaires de Meurthe-et-Moselle durant le temps du festival. Cet éveil musical à destination des jeunes générations sera aussi omniprésent dans les médiathèques et bibliothèques sous forme d’ateliers musicaux et d’improvisation. Enfin, Magic Kids porte bien son nom. Boîtes à gants, tempête de ciel bleu, Fool box sont autant de spectacles combinant musique, marionnettes, théâtre… pour le grand bonheur des petits et de leurs parents.

Auprès des personnes âgées et enfants malades

Depuis 2006, NJP et la Mutualité Française font cause commune avec Jazz de cœur pour donner une série d’interventions musicales en milieux hospitaliers, sanitaires et sociaux vers des publics qui, pour des raisons de santé, ne peuvent se déplacer. En six éditions, 29 temps musicaux ont été menés donnant de la joie à 2500 personnes hospitalisées, familles et professionnels de santé. En 2012, des artistes se produiront en maisons de retraite, centres de réadaptation à Bouxières-aux-Dames, Metz, Lay-Saint-Christophe, Saint-Dié, Briey, Bar-le-Duc et à l’Hôpital d’enfants de Brabois.

A la rencontre du handicap

NJP poursuit son action Jazz and me, aux côtés des associations Emile Gallé et Majorelle qui aident les enfants hospitalisés dans l’enseignement, les loisirs et le sport, et des Rotary Nancy Ouest. A l’Institut Médico-Educatif J-B Thiery de Maxéville, pour plusieurs concerts égaieront les enfants atteints de troubles mentaux. Autour d’une pédagogie instrumentale, ils s’exprimeront, à leur manière, en musique en utilisant des matériaux qui deviendront des sons joyeux et toniques.

La musique invite vos voisins

En partenariat avec Batigère Nord-Est, NJP investit les immeubles et déplace la musique dans les cités. Une kyrielle de concerts chez l’habitant vise au lien social et au mieux vivre ensemble. Il s’agit là d’ouvrir les portes à ses voisins : musique, sourires sont de mise. Une bonne parole échangée, un bon repas partagé. Avec la convivialité au menu.

En milieu carcéral ou de réinsertion

NJP propose des concerts en milieu fermé ou semi-ouvert, en collaboration avec les acteurs pénitentiaires et la Protection Judiciaire de la Jeunesse. Le groupe Mike Bono Group interviendra au Centre pénitentiaire de Nancy-Maxéville et à l’atelier de l’Unité Educative d’Activité de Jour de la PJJ. La musique joue ici sa partition de reconquête sociale.

Le cinéma : hymne à l’amour

Parce que musique et cinéma font si souvent bon ménage et procurent leur lot d’émotions, NJP a lancé Ciné-Jazz. Au Caméo Saint-Sébastien à Nancy, et à son homologue Ariel à Metz, le film « Marley » sera diffusé les 5 et 8 octobre. Il s’agit d’un documentaire sur la vie, l’engagement social et politique du grand Bob. Plus de deux heures rares, intenses, poignantes. Comme une note de tolérance et d’amour. Aux mêmes dates sera projeté Benda Bilili !, remarquable documentaire sur ce groupe congolais unique en son genre. Ses membres sont paraplégiques, vivent dans la rue de Kinshasa et ont fait lieu de leur salle de répétition le jardin zoologique de la capitale de la République démocratique du Congo. Ils seront en concert à l’Autre Canal le 10 octobre.

Tout est dit… en noir et blanc

Durant toute la durée de Nancy Jazz Pulsations, le cœur du festival restera le Chapiteau, au Parc de la Pépinière. C’est son lieu symbole, son bouillant chaudron populaire. Rythmes Jazz, pop rock, blues, reggae, death métal, électro, folk, hip hop s’y bousculent. Parmi toutes les pépites qui composent l’écrin NJP, allez voir les deux expositions qui peignent son histoire : à la boutique NJP grande rue, une suite de photos retrace l’épopée de Nancy Jazz Pulsations. A regarder pour mieux comprendre un engagement liant musique et humanisme. Et à la MJC Lillebonne, où les clichés noir et blanc présentent une expédition dans le passé. NJP est bientôt un quadra, toujours animé d’ouverture sur l’autre sans se déparer de cette brulante passion jazz de ses jeunes années. On ne se refait pas !