La faïencerie de Sarreguemines à l’ère napoléonienne

88

Le Musée de la Faïence à Sarreguemines présente une nouvelle exposition intitulée « Une faïencerie au service de l’Empire » jusqu’au 26 avril 2020. L’occasion de se plonger dans l’épopée napoléonienne et de découvrir cette incroyable production patriotique entre vases majestueux et assiettes historiées. 

En 1809-1810, Napoléon Ier passe une importante commande à la faïencerie de Sarreguemines : des vases et des candélabres destinés à décorer les palais impériaux. Quelques années auparavant, en 1804, les ateliers de la faïencerie avaient déjà réalisé un buste de Bonaparte. Plus tard, des assiettes historiées relatant l’épopée napoléonienne sont fabriquées en nombre. Toutes ces productions ont conduit l’équipe scientifique des Musées de Sarreguemines à s’interroger sur la popularité de ces pièces : « Pourquoi ont-elles été créées ? Sur quels critères se basaient les directeurs de la manufacture pour ordonner la mise en production de tels objets ? Quel message cherchaient-ils à faire passer ? Leurs motivations étaient-elles davantage économiques ou politiques ? » Dans cette nouvelle exposition « Une faïencerie au service de l’Empire », les visiteurs découvriront les productions patriotiques réalisées à l’effigie des deux empereurs, Napoléon Ier et Napoléon III. Alexandre de Geiger, directeur de la manufacture (de 1836 à 1870) et fervent bonapartiste, est également au centre de l’exposition : « Il a beaucoup œuvré pour l’entreprise, en l’agrandissant, en construisant de nouveaux ateliers et en s’associant à Villeroy et Boch. Mais ses liens envers le pouvoir bonapartiste ont a forcément influencé cette production patriotique » souligne Julie Kieffer, directrice des Musées de Sarreguemines. 

« Les assiettes : des médias véhiculant des valeurs morales et politiques »

Dès la fin des années 1830, Alexandre de Geiger fait réaliser plusieurs séries d’assiettes portant sur la légende napoléonienne. Il parvient à asseoir sa position politique à l’échelle locale grâce au soutien sans faille dont il fait preuve à l’égard du pouvoir en place dès 1848. « Les faïences de Sarreguemines, et en particulier ces assiettes historiées, deviennent un média véhiculant, entre autres, des valeurs morales et politiques auprès de la population. » 

A.De Geiger ©Musées de Sarreguemines

Les assiettes contribuent ainsi à reconstituer et faire revivre les évènements marquants de l’épopée napoléonienne. L’objectif est double : glorifier l’Empereur en soulignant ses qualités humaines et rendre hommage aux soldats en évoquant les grandes batailles ayant marqué l’imaginaire collectif. « Dès 1848 et plus encore quand Napoléon III rétablit l’Empire, les faïenceries mettent en avant son oncle Napoléon Ier afin de rappeler sa filiation et d’assoir sa légitimité. Aussi, les assiettes montrent les victoires mais également les défaites. Plutôt que de se concentrer sur le négatif, elles vont valoriser les soldats qui sont vaillants et braves. » Sous le Second Empire, les soldats sont toujours présents dans l’iconographie de la faïencerie. Mais les questions sociales sont au cœur des préoccupations, en particulier en ce qui concerne Napoléon III : la propagande met ainsi en lumière un Empereur au chevet des malades ou encore venant en aide aux sinistrés après les inondations de 1856.

Exposition de quatre vases commandés en 1809 

« La faïencerie de Sarreguemines n’est pas la seule à reproduire la vie de ces deux empereurs sur des céramiques. Mais ici, l’implication des directeurs dans le choix de l’iconographie est très forte, en raison des liens entretenus par Alexandre de Geiger avec la famille impériale » explique Julie Kieffer. Ainsi, les campagnes militaires ayant forgé la popularité du jeune Bonaparte ou encore les plébiscites qui ont permis à Louis Napoléon de devenir Napoléon III sont souvent représentés sur des céramiques. De nombreuses assiettes produites dès la fin des années 1830 sont directement inspirées des tableaux commandés par l’Empereur lui-même ou par ses successeurs. Les graveurs s’inspirent aussi largement des journaux populaires de l’époque, richement illustrés, qui reprennent fidèlement les faits d’actualité et des albums de lithographies publiés par des artistes de renom.

Cette exposition, dense et richement documentée, met donc en lumière les différentes pièces de forme et assiettes historiées, témoins d’une époque décisive pour la faïencerie. Les visiteurs pourront également admirer quatre des vases commandés en 1809 par Napoléon Ier, prêtés par l’Établissement public du château, du musée et du domaine national de Versailles ; le Musée national du château de Fontainebleau et le Musée national des châteaux de Malmaison et Bois-Préau. Plusieurs rendez-vous seront proposés : des visites guidées, des ateliers pour enfants… Un livret-jeux permettra aux plus jeunes de profiter de l’exposition à leur niveau. Pauline Overney

Musée de la Faïence – 17 rue Poincaré à Sarreguemines • Ouverture tous les jours sauf le lundi de 10h à 12h et de 14h à 18h. • Fermeture exceptionnelle à 16h le mardi 24 décembre. Fermé les 25, 31 décembre et 1er janvier • Tarifs : 5 €, gratuit pour les enfants et les étudiants de moins de 25 ans, gratuit le premier dimanche du mois et durant le Marché de Noël (jusqu’au 24 décembre) • Renseignements : 03 87 98 93 50 ou sarreguemines-museum.eu

Entretien avec Julie Kieffer

Directrice des Musées de Sarreguemines 

Pourquoi avez-vous fait le choix de présenter une exposition sur l’époque napoléonienne ? 

Depuis quelques mois, l’équipe scientifique du Musée mène des recherches sur différentes productions patriotiques de la manufacture. L’an dernier, lors du Centenaire de la Grande Guerre, nous avons présenté les productions en liens avec la Première Guerre mondiale. Mais cette exposition sur l’époque napoléonienne est aussi née d’un concours de circonstances : je faisais des recherches aux archives nationales et j’ai découvert un dossier intitulé « Fabrique de poterie Sarreguemines, commandes. » Je me suis rendue compte qu’il contenait des trésors ! Nous avons pensé publier un article mais de fil en aiguille  le projet a pris de l’ampleur. Nous avons finalement conçu cette exposition et rédigé une publication de 180 pages pour présenter cette production. 

Comment s’est effectué le travail de recherche pour cette exposition ? Quels documents ont été utiles ? 

Nous nous sommes donc basés sur ce dossier puis nous avons consulté d’autres sources d’archives. Nous nous sommes aussi appuyés sur les collections patrimoniales du Musée avec toutes ces assiettes produites au 19e siècle. Le but de cette exposition n’est pas de retracer la vie des deux empereurs, Napoléon Ier et Napoléon III, mais de déterminer et de comprendre ce qui a motivé cette incroyable production. 

Justement, cette production à l’effigie des deux empereurs a été très importante. Peut-on parler de propagande ?

Oui, dans un sens nous pouvons parler de propagande. Il est impossible de quantifier le nombre d’assiettes qui a été produit durant cette période. Mais nous savons que ça a été une production très importante. Il y a eu plusieurs raisons à cela. Économiquement, la manufacture était certaine du succès que remporteraient ces assiettes auprès de sa clientèle. Il y a également eu une évolution technique vers 1830 avec l’apparition du transfert par impression sur les assiettes. De plus, entre 1830 et 1848, la France connaît un régime monarchique mais les courants bonapartistes restent très présents dans la population. Ces céramiques ravivent ainsi le souvenir de Napoléon Ier, en particulier lors de la prise de pouvoir de Louis Napoléon Bonaparte, futur Napoléon III. 

Il y a un personnage clé lors de cette période : Alexandre de Geiger, directeur des Faïenceries de Sarreguemines. 

Il a été le directeur de 1836 à 1870, date à laquelle il cède la direction des affaires à son fils Paul. Alexandre de Geiger a l’esprit industriel. Avec lui, la manufacture connait une nouvelle ère : la faïencerie s’agrandit, il achète de nouvelles machines, s’associe avec Villeroy et Boch… Ce n’est pas encore l’âge d’or de la manufacture mais  son rayonnement s’étend de plus en plus ! Alexandre de Geiger a aussi des ambitions politiques puisqu’il sera maire de Sarreguemines, député puis sénateur sous le Second Empire. Il est un fervent bonapartiste, il sera fidèle au régime jusqu’au bout, même dans les difficultés. Ses sentiments personnels et ses liens avec le régime ont forcément influencé cette production patriotique. 

Que pourront découvrir les visiteurs dans cette exposition ? 

Nous l’avons articulé autour de plusieurs thématiques en nous demandant pourquoi la manufacture avait produit ces pièces. Nous montrons comment la faïencerie présente cette nouvelle dynastie et l’arrivée au pouvoir des deux empereurs. Puis nous expliquons pourquoi les directeurs sont reconnaissants envers le pouvoir impérial qui a fait beaucoup pour la manufacture. Nous nous intéressons également à la commande de Napoléon de 1809 en exposant ces quatre vases majestueux. Puis nous nous arrêtons sur les sources d’inspiration des graveurs qui travaillent à partir de motifs existants (tableaux officiels ou lithographies) ou qui échangent les vignettes des assiettes avec d’autres manufactures. 

L’exposition est-elle adaptée au jeune public ? 

Toutes nos expositions, permanentes ou temporaires, sont accessibles aux enfants aux Musées de Sarreguemines. Les médiateurs ont travaillé sur un livret pédagogique qui permet aux plus jeunes de voir l’exposition à leur dimension. Nous ne considérons pas l’Histoire comme inaccessible. Cette exposition n’est pas un cours sur Napoléon mais elle montre la relation entre l’Histoire et la production de la faïencerie. Et nous espérons qu’elle intéressera le plus grand monde. Propos recueillis par Pauline Overney

Les Musées de Sarreguemines vous donnent rendez-vous !

Autour de l’exposition « Une faïencerie au service de l’Empire »

Tous les mardis et jeudis, entre 14h et 16h, les médiateurs du musée seront présents dans la salle d’exposition pour répondre à toutes vos questions et vous permettre de découvrir les secrets des pièces exposées (sauf les 24 et 26 décembre). N’hésitez pas à en profiter ! Jusqu’au 24 décembre, l’entrée des Musées sera gratuite pour tous.
« En janvier, nous reprenons notre programmation habituelle : tous les premiers dimanches du mois, l’entrée aux musées est gratuite et le deuxième dimanche du mois est réservé aux familles avec des visites ludiques et des ateliers pour les enfants » souligne Aurore Feuvrie, directrice adjointe des Musées de Sarreguemines. 

Napoléon Ier ©Musées de Sarreguemines

Les fèves 2020 de Sarreguemines 

Pour la troisième année consécutive, le Musée de la Faïencerie présente une nouvelle série de fèves pour l’année 2020 : « L’objectif est de relancer la production de céramique à Sarreguemines en proposant ces fèves qui feront la joie des collectionneurs. » 

L’an dernier, des fèves en grès en forme de soucoupes volantes ont été réalisées. Pour 2020, « les fèves seront en porcelaine et représenteront des pivoines, symbole d’abondance, porte-bonheur et reine des fleurs ! » Cent coffrets ont été édités et numérotés : ils contiennent trois fèves (blanche nacrée, rose poudrée et bleue violacée) et un texte présentant l’histoire de cette production limitée. Les coffrets sont en vente dans les boutiques des Musées de Sarreguemines.  

Les fèves 2020 de Sarreguemines ©Musées de Sarreguemines

Exposition « Du bout des doigts » au Moulin de la Blies 

« Les céramistes du Moulin de la Blies travaillent tout au long de l’année avec des personnes déficientes visuelles. Toutes sont accompagnées par des voyants et participent aux ateliers « les mains dans la terre. » Pour la première fois, ils exposent leurs œuvres réalisées en grès ou en faïence » explique Aurore Feuvrie, directrice adjointe des Musées de Sarreguemines. L’occasion d’apprécier l’art au-delà du regard. Ce partenariat entre les Musées de la Ville et la Médiathèque est né d’une volonté commune de développer l’offre culturelle et artistique locale, tout en mettant en valeur l’art céramique et la littérature. Preuve est faite que malgré un handicap, tout reste possible !

#Empereur d’un jour !

Petits ou grands, en famille ou entre amis, entrez dans la peau des empereurs le temps d’une visite au musée ! Avec un bicorne ou un costume militaire, imitez la posture des deux empereurs et immortalisez votre pose grâce au photobooth (*photomaton) installé au rez-de-chaussée du Musée. N’hésitez pas à publier la photo sur la page Facebook des Musées de Sarreguemines en mentionnant #Empereurdunjour !

Programmation complète : sarreguemines-museum.eu

Publireportage • Photos © Musées de Sarreguemines, dr