Fête des Jonquilles, la 50ème !

5020
Char de la reine, 2015 © Société des Fêtes

Aussi bien que les hirondelles, à Gérardmer, les jonquilles font le printemps ! Organisée par la Société des fêtes de Gérardmer, la 50ème édition de l’emblématique Fête des jonquilles se tiendra dimanche 16 avril.

Et dire que la fleur qui assombrissait l’humeur des paysans des montagnes il y a un siècle – ils la soupçonnaient d’être toxique pour leurs bêtes – fait aujourd’hui la renommée de Gérardmer… La jonquille fait en effet, tous les deux ans, l’objet d’une fête au rayonnement important drainant à Gérardmer 50 à 60 000 visiteurs en moyenne !

89 ans d’histoire

Pour comprendre ce changement de braquet, un retour en arrière s’impose. C’est en 1934 qu’au retour d’une balade, des membres de l’amicale motocycliste gérômoise ont l’idée de recouvrir leur engin, du guidon au garde-boue jusqu’au rétroviseur, des fleurs couleur or. À leur passage, l’engouement est général, à tel point qu’en 1935, a lieu la première fête des jonquilles. Derrière la voiture qui ouvre le cortège en musique, défilent, pétaradant, une bouteille de champagne géante, des moulins à vent, des œufs de Pâques, des animaux de toute sorte… Le corso, assemblage de ces échafaudages roulants (les ancêtres des chars), est applaudi par une foule enthousiaste. L’année suivante sera élue la première Reine des jonquilles, Andrée Houssemand. Puis la manifestation connaîtra un coup d’arrêt pendant la guerre, entre 1940 et 1946. De cette période, les Vosges sortent meurtries, mais les organisateurs ne sont pas prêts à baisser les bras, et reprennent les festivités annuelles. Résolument connectée à son temps, la manifestation a à son actif plusieurs faits d’armes. En 1958, lors de l’Exposition universelle de Bruxelles, une tour Eiffel de 17 mètres habillée de jonquilles s’invite sur la place des Déportés. En 1972, le président de la République Georges Pompidou vient en personne admirer son portrait fleuri. Lors de ses 50 ans, en 1985, la Fête des jonquilles rend hommage aux États-Unis en créant une statue de la Liberté, habillée de jaune, de plus de 15 mètres de haut.

La Fête des jonquilles en chiffres :
Entre 50 et 60 000 visiteurs attendus
24 chars 
400 bénévoles 
27 formations musicales
900 000€ de budget

24 chars primés

Victime de la crise sanitaire, la 50ème édition a dû être reportée. Et c’est cette année, après quatre ans d’absence, que les spectateurs sont de nouveau invités à la fête. Elle aura lieu dimanche 16 avril mais démarrera, officieusement, la veille au soir, par la traditionnelle soirée de piquage, qui invite le grand public à venir prêter main-forte aux constructeurs et à « piquer les chars ». Quand on sait que l’on compte 2500 à 3000 jonquilles par mètre carré de grillage, on mesure l’importance de toutes ces petites mains… Lieux des rendez-vous ? Les locaux de la société des fêtes au 11A rue de Lorraine et les ateliers municipaux de la ville ! Le ramassage des millions de jonquilles servant à l’ornementation des chars a, conformément à la tradition, été confié à 1100 enfants, rejoints par des membres d’associations, des habitants de Gérardmer et les bénévoles de la manifestation.

Grâce aux centaines d’amateurs, membres d’associations ou d’amicales locales, qui ont dédié tout leur temps libre, ces six derniers mois, à la conception et la construction de ces géants de métal (et de mousse, lichen, branchages), 24 chars prendront le départ de cette édition toute symbolique. Parmi les stars annoncées, le char de la Reine, plus volumineux que jamais, conçu par l’École notre dame de Gérardmer… et à ses côtés, un char « spécial 50ème » aux airs de gros gâteau articulé, ainsi qu’un char en forme de machine à coudre, hommage au centenaire Linvosges. Les constructeurs seront récompensés, à l’occasion d’une soirée spéciale donnée quelques semaines après la fête, d’une prime de base relative à leur catégorie (grand, moyen, petit ou très petit char), à laquelle s’ajoutera une prime du jury, proportionnelle à leur classement. Exceptionnellement pour cette 50ème édition, l’un des chars se verra attribuer une prime coup de cœur remise par la Présidente du jury, Élodie Gossuin. Au total, plus de 100 000 euros seront redistribués !

Un défilé en musique

Enfin, après plusieurs semaines d’effervescence et de joie contenues, les chars prendront place, le matin du 16 avril, à différents points du parcours traditionnel (2,5 km effectués en centre-ville de Gérardmer). Les spectateurs auront ainsi tout le loisir de les contempler à l’arrêt… Puis, à 14h30 tapantes, les monuments ambulants s’animeront et commenceront leur lente procession au son, festif, des multiples formations musicales présentes. L’événement mobilisera en effet, cette année encore, 27 ensembles musicaux venus de France, mais également d’Allemagne, du Luxembourg et de Belgique. Autour de fanfares classiques, se produiront notamment les véritables Gilles de Louvière et la Royale fanfare d’Huissignies, aux 40 musiciens et 20 majorettes.

Une affiche signée Antonio Gacia
Parce qu’il fallait marquer le coup, le comité d’organisation a confié à Antonio Gacia, célèbre imagier spinalien, la réalisation de l’affiche de cette 50ème édition. Qu’y voit-on ? Le lac de Gérardmer, un champ de jonquilles et des enfants occupés à cueillir les fameuses fleurs jaunes ; au milieu d’eux, leur institutrice, tout sourire. 70 heures de travail auront été nécessaires à réaliser cette belle affiche à dominantes jaune et verte, parsemée de références aux chars emblématiques des éditions passées.

Lola Houel, reine des Jonquilles 2023

© Société des Fêtes

L’autre star du défilé sera, sans conteste, Lola Houel, sacrée le 16 février reine des jonquilles 2023. Élue pour 40% par le public et 60% par le jury, la jeune femme a pour mission de représenter, et ce pour deux ans, la société des fêtes et la Ville de Gérardmer. De la soirée de couronnement à l’Espace LAC, elle garde une impression vaporeuse. « C’était un rêve, une expérience incroyable. J’étais stressée avant la soirée, mais une fois montée sur scène, ce n’était que du plaisir ». Défilé, chorégraphie… Elle a relevé brillamment les exercices imposés, bien qu’impressionnée par le jury tout proche, présidé par Élodie Gossuin. À tout juste 18 ans, la jeune femme est en Terminale S, et se destine à des études de commerces. Elle se revoit enfant, assister au Corso en rêvant d’être un jour couronnée.
« Ma belle-sœur a été Reine des Jonquilles elle aussi, mon papa a participé de nombreuses fois à la construction des chars… Avec mon élection, la boucle est bouclée ». L’écharpe de Reine des Jonquilles annonce-t-elle une participation future à Miss France ? « J’aimerais beaucoup, mais je n’ai pas la taille requise », s’amuse Lola, 1m61. Fière de la responsabilité qui lui est faite de représenter la Société des Fêtes et Gérardmer, elle est toute tournée vers cette 50ème édition de la Fête des Jonquilles qui « marquera l’histoire ». Elle portera, le
jour J, une robe sur mesure confectionnée par Lin Vosges, pour laquelle les essayages ont commencé.

______________________

3 questions à Jérôme Hirth

Vice-Président de la société des Fêtes de Gérardmer en charge de la communication

Vous avez intégré la Société des Fêtes il y a un an… Quelle vision aviez-vous de la Fête des Jonquilles ?

Celle d’une super fête ! Lorsque l’on vient pour la première fois, on ne peut qu’être ébloui devant la beauté des chars, l’ambiance. Dès la semaine précédant l’événement, on sent l’effervescence monter en ville à mesure que les choses s’installent, petit à petit… C’est une tradition à laquelle les Gérômois sont attachés, et qu’ils attendent.

Après une édition annulée pour cause de Covid, celle-ci a un goût tout particulier… 

En effet. Nous y avions cru jusqu’au bout, et finalement huit mois avant, le bureau avant dû annuler. L’enjeu financier était trop important : les 900 000 euros de budget sont financés par la société des fêtes par le biais des entrées et le soutien de quelques partenaires. À ceux qui déplorent de devoir payer*, je dirai que sans les entrées payantes, la fête ne pourrait pas avoir lieu ! Tout a augmenté, nous avons donc fait passer le tarif à 17€ en prévente. Cette année comme les précédentes, nous ne ferons aucun bénéfice.

*l’entrée est offerte aux habitants de Gérardmer et environs

Un mot à nos lecteurs qui ne seraient jamais venus ? 

Si vous voulez vivre une expérience unique, venez ! Vous verrez des chars habillés de 2,5 millions de jonquilles… C’est une fête visuellement impressionnante. D’ailleurs, je tire mon chapeau aux constructeurs qui, pendant 6 à 8 mois, ont travaillé dans des locaux froids, le soir après le travail et les week-ends. Sans eux, la fête n’aurait pas lieu… et sans les 20 membres de la Société des fêtes, non plus ! 

Propos recueillis par Cécile Mouton

Informations pratiques – Nouveau : pour réserver vos billets à l’avance et choisir des places vous assurant une vue optimale sur le corso, rendez-vous sur le site de la billetterie ! Vous bénéficierez du tarif préférentiel, de 17€, jusqu’au samedi 15 avril à minuit. Attention, places assises COMPLET ! UNIQUEMENT en places debout • Tarif de l’entrée le dimanche 16 avril : 20€ • Gratuit pour les moins de 10 ans • Billetterie et infos sur www.sdfge.fr
Publireportage - Photos © Kevin Douay, Société des fêtes, DR