Un opéra pour soi

417

Six jeunes chanteurs et musiciens des Opéras de Nancy et Metz se sont réunis pour monter un projet inédit : proposer dans une petite structure, à un large public une œuvre facile d’accès. Des costumes aux décors en passant par la mise en scène, ils s’occupent de tout, vous profitez du reste.

Trop de personnes hésitent encore à franchir les dorures et le velours des grands théâtres nationaux qui proposent chaque année les plus grands titres du répertoire. Partant de ce constat, une poignée de jeunes artistes, pourtant issus de cette école classique, a voulu proposer son approche de l’opéra.
Deux chanteurs du chœur de l’Opéra de Nancy, un pianiste répétiteur à l’Opéra, un ténor de l’Opéra de Metz, un flûtiste ont décidé de se constituer en troupe, comme on en voit plus souvent dans le théâtre. «Nous avions envie de proposer un projet différent, explique Eléna Le Fur, soprano. Nous avions surtout envie de toucher à tout de maîtriser l’ensemble du processus de création d’un spectacle. » Dans les grandes machines que sont les Opéras de Nancy ou Metz, les tâches sont impeccablement réparties entre les différents corps de métier, les différents artistes.
C’est aussi une recherche de liberté qui a guidé le projet de cette jeune troupe. A commencer par le choix de l’œuvre : « Le Toréador » d’Adolphe Adam. Une pièce à la frontière de l’opéra comique, une histoire digne des meilleures pièces de boulevard, qui met en scène une jeune fille, un amant, un vieux mari toréador jaloux. Tout en français, avec des dialogues entre les parties chantées, « Le Toréador » est facile d’accès : « Le thème est léger et drôle, explique Benjamin Colin, baryton. Ce qui n’empêche pas la musique d’être belle et virtuose, typique de l’époque à laquelle elle a été composée, en 1849. C’est très Bel Canto, les trois voix, Soprano, Baryton et Ténor, y occupent une belle place et sont mises en valeur. »
Qui dit liberté, dit responsabilité. Très vite ces jeunes artistes ont du toucher à des domaines dont ils ignoraient tout ou presque. Décors, costumes, mise en scène, passe encore. Tous passionnés, ils baignent dans le monde du spectacle en général et de l’opéra en particulier depuis longtemps. Mais quand il s’est agit de parler réservation de salle, comptabilité, communication, la partition a été un peu plus inhabituelle. « C’était aussi ce qui nous faisaient envie. Les rôles n’ont pas été définitivement répartis, contrairement à la scène. Tout le monde a touché à tout. Tout le monde s’est impliqué », raconte Eléna Le Fur.
Au final, beaucoup d’énergie et une envie de changer un  peu l’image de l’opéra, sans aller contre. D’ailleurs, le projet est soutenu par le grand frère, l’Opéra de Nancy, qui a prêté des décors pour l’occasion. Ils habilleront les murs du théâtre de Mon Désert à Nancy. Là aussi, il y a un pari fait par cette salle d’une centaine de place qui accueille pour la première fois un opéra.
Avec ce coup d’essai, la jeune troupe a la ferme intention de poser la première pierre d’une série d’œuvres à proposer au grand public. Pour le futur, ils ont monté une association baptisée « Si ça vous chante », qui mise sur ces productions légères et indépendantes, avec peu de musiciens, peu de matériel. Mais beaucoup de talent et de conviction.

LM16-023Dates de représentations :
les jeudi 21 et samedi 23 novembre à 20h30 au théâtre de Mon Désert, 71 bis rue de Mon Désert à Nancy. Tarifs :
15€ normal, 10€ réduit (étudiant, chômeur, moins de 18 ans), gratuit moins de 12 ans.
Réservations :
[email protected]
& 06 20 81 19 85