Rois et Reines s’exposent en images à Epinal

249

La cité de l’image nous « invite à une aventure historique en compagnie des souverains français ». Plus que de simples portraits, ces images sont souvent de véritables outils de propagandes, qui ont su rendre les souverains populaires dans toutes les contrées du Royaume. De la « com[munication] » avant l’heure !

Il est inutile de dire à quel point les images ont une grande importance. C’était d’autant plus vrai dans le passé que le nombre d’illettrés étaient importants. Mais si l’image n’a pas besoin que l’on sache lire pour la regarder, cela ne veut pas dire qu’elle ne possède pas plusieurs niveaux de lectures. Vous nous suivez ?

Une image décryptée

C’est autour de ce constat qu’est bâtie l’exposition du musée de l’Image d’Epinal. Le point de départ est une image en cinq feuilles qui nous présente en frise les portraits des différents souverains français, de Pharamond (Ve siècle), mythique premier roi des Francs, à Napoléon III et Eugénie en 1864, date de réalisation de l’image. Ces portraits, idéalisés ou imaginaires pour la plupart (on serait bien en peine les « vrais » portraits de nombreux souverains de France) offrent l’image d’une nation puissante, ancienne et finalement unie dans son histoire … alors que plusieurs dynasties se sont partagé le pouvoir royal. Le mythe est en marche.
Finalement, cette image ne serait-elle pas de la propagande napoléonienne, destiné à assoir le couple impériale et à donner une certaine légitimité à la dynastie Napoléon ?

Les nombreuses questions que suscitent les différents niveaux de lecture de l’image trouvent des réponses grâce à sept professeurs d’histoire de l’Université de Lorraine à Nancy. A l’assaut de cette aventure historique, ils décryptent l’image, rétablissent les vérités, tordent le cou aux histoires trop enjolivées. Ils mettent également en rapport d’autres images, sculptures, peintures qui complètent astucieusement le propos.
L’histoire de cette image expliquée est trépidante, car c’est l’histoire de France qui défile. C’est notre histoire. C’est aussi l’occasion de se rendre compte qu’en termes de propagande, rien n’a changé. Nos partis politiques actuels ne rappellent-ils pas les victoires de leurs prédécesseurs ? L’exemple récent de François Hollande-François Mitterrand montre que les dirigeants cherchent toujours une légitimité historique.

Les gravures de Frédéric Coché

En parallèle, le musée présente 32 gravures de Frédéric Coché, qui, tel un jeu de carte, transporte le visiteur dans un monde mi-légendaire mi-réel. Un mélange où se réécrit l’histoire, grande comme petite.

L’histoire se réécrit sans cesse à la lumière de notre époque. L’exposition d’Epinal permet parfaitement de mettre en abime cette réalité. A voir sans modération.

P.S. : des clins d’œil très amusants rendent cette expo accessible à tous.

Renseignements pratiques
Jusqu’au 7 novembre 2012.
Tous les jours de 9h30 à midi et de 14h à 18h. Sans interruption le vendredi. Ouverture à 10h le dimanche. Attention : le musée est fermé le lundi matin !
www.museedelimage.fr