Lorraine, François et les autres

411

Dans le cadre des commémorations du rattachement de la Lorraine à la France, le Musée Lorrain retisse l’histoire de ses deux « enn-amis » à travers l’exposition « La Lorraine pour horizon ». Du 18 juin au 31 décembre 2016, explorez trois siècles d’amour, parfois, et d’hostilité, souvent.

Comme dans les contes de fées, l’histoire d’amour entre la France et la Lorraine finit bien. Ils se marièrent en 1766, à la mort du duc Stanislas, n’eurent pas vraiment d’enfants mais ne se firent plus la guerre. Et c’est bien le plus important. Pour célébrer cette union, de nombreuses manifestations en Lorraine replongent dans le passé pour en analyser ses mouvements. En effet, avant de se rabibocher, le royaume de France et le duché de Lorraine se sont longtemps chipotés.

Désir d’indépendance

Sous-titrée « La France et les duchés de René II à Stanislas », l’exposition fait revivre trois siècles de chamaillerie à travers 300 objets. Peintures, sculptures, objets d’art, armes, documents d’archives viennent aiguiller le public, lui souffler quelques secrets diplomatiques ou d’anciennes stratégies guerrières. La bataille de Nancy est le point de départ de cette épopée d’une Lorraine clamant toujours haut et fort son désir d’indépendance. En 1477, Charles le Téméraire veut l’intégrer dans son duché de Bourgogne, qui s’étend à cette époque jusque dans les Flandres en passant par le Luxembourg. Le malheureux se cassera les dents sur ce territoire importun, lequel coupait son duché en deux.

Aux confins de l’Europe

La Lorraine a aussi depuis toujours tenu une place importante dans l’échiquier européen, bien avant la naissance de l’U.E. Certains hauts personnages comme l’empereur Charles Quint ont marqué son histoire. Et surtout, le rattachement de la Lorraine à la France est rendu possible par un retournement bien européen : le duc de Lorraine François III destiné à épouser l’archiduchesse d’Autriche Marie-Thérèse doit renoncer à ses droits sur sa région natale. La suite est gravée dans les mémoires. Louis XV se débarrasse plus ou moins d’un beau-père envahissant, le roi Stanislas, et lui donne en viager un duché qu’il contribuera à enrichir grandement par son amour des arts, de la science et de l’architecture. Ainsi finit cette histoire. Où n’est-ce que le commencement ?

Ouvert du mardi au dimanche de 10h à 12h30 et 14h à 18h. Tarifs : 6 € (tarif plein) • 4 € (tarif réduit). Infos : 03 83 32 18 74 • musee-lorrain.nancy.fr

Publi-reportage • Photos © DR