Le son de l’innovation

61

Union des Trinitaires, de la BAM et de l’Arsenal, Metz en Scènes promeut la musique sous toutes ses formes, y compris celles encore embryonnaires. Le 10 mai prochain, épaulée par l’espace TCRM-BLIDA et l’école de musique Georgia Tech Atlanta, la structure mise sur l’innovation musicale et lance son premier « Music Hackathon ». Music Hacka quoi ?

Prononcé très vite, cela pourrait ressembler au nom d’un nouvel art martial ou d’un encas exotique. Il n’en est rien. Le terme est déjà une innovation en soi mais il cache bien d’autres surprises derrière sa façade étrange. Issu d’un mix entre hack, « manipuler un système » in english, et marathon, ce concept se promène d’abord sans son compagnon “music” et désigne une réunion de programmateurs dans le but d’une production collective. De plus en plus, ces évènements collaboratifs s’étendent à la musique à l’instar des Music Hackathons de la Georgia Tech d’Atlanta. Metz en Scènes a customisé sa propre version de ces compétitions ludiques et surfe sur la vague des Music Tech, qui du 9 au 13 mai agiteront les cerveaux de la ville autour de l’innovation musicale. En outre, du 10 au 14 mai, toujours à Metz, aura lieu le Congrès International sur les Ultrasons mis en place par la Société Française d’Acoustique et Georgia Tech Lorraine. En mai, Metz vibre pour les sons de demain.

music-hack-paris-03

Music Hacka Kit

Dans la ville du Chapelier Fou, dotée d’une scène musicale tournée en grande partie vers l’électro, l’idée d’un Music Hackathon a germé tout naturellement. « Nous avons rencontré des étudiants de la Georgia Tech Atlanta et cela nous a donné l’envie de réaliser notre propre concours de construction de nouveaux instruments de musique. Les participants peuvent se présenter individuellement ou déjà regroupés en équipes. Chacune doit au minimum compter un développeur, un musicien et un technicien, afin de favoriser les partages de compétences », note Nicolas Tochet, délégué artistique Musiques Actuelles pour Metz en Scènes. Les geeks et autres bidouilleurs de l’extrême auront douze heures pour inventer un tout nouvel instrument. Pour se faire, ils seront dotés d’un kit musical de survie composé entre autre d’un synthétiseur Moog et d’outils de développement informatique.

Music Hacka Cool

Mais la compétition n’est pas féroce. Tout se fait plutôt dans une ambiance décontractée, si l’on exclut le tic-tac du compte à rebours. « À la base, les hackathons sont là pour faire avancer la recherche, montrer qu’il est possible d’innover avec peu d’outils. En plus les enjeux ne sont pas énormes », ajoute Nicolas Tochet. Pourtant, comme de vrais chercheurs en innovations électroniques, les « hackathonneurs » auront cinq minutes pour présenter leur création à un jury qui récompensera deux des meilleurs instruments. Le 11 mai, lendemain de ce Music Hackathon sauce messine, tous les bricoleurs musicaux auront même la possibilité de réaliser des démonstrations avec leurs inventions pour le public. À quoi vont donc ressembler les instruments du futur ? Réponse le 11 mai à 21 h aux Trinitaires.

Les candidatures pour le Music Hackathon de Metz sont ouvertes jusqu’à la fin avril en fonction des places disponibles. Plus de renseignements au 03 87 20 03 03. D’autres manifestations sont organisées dans le cadre des Music Tech. Infos : metzenscenes.fr