2ème Festiv’Art Œnologique , D’art et de vignes

421

Admirer une belle toile c’est comme déguster un bon vin : prendre le temps d’observer, se donner les moyens de connaître pour enfin prendre du plaisir. C’est autour de toute cette esthétique des plaisirs qu’est né le Festiv’Art Œnologique à savourer dans le quartier des Trois Maisons, les 14, 15 et 16 novembre prochains.

Pour la deuxième année, le gymnase Charles V accueille cet événement qui propose de réunir les amateurs d’art contemporain et les amoureux du vin. Quatre artistes investissent les lieux et exposent dans le cadre original de rencontres œnologiques. Côté vignes, c’est la Cave du Faubourg, un des commerces phares du quartier des Trois Maisons qui coordonne l’exposition en conviant 13 producteurs venus de toute la France. «Ce sont des vignerons que nous connaissons depuis longtemps et que nous côtoyons toutes les saisons , explique Audrey Thouvenin gérante de la Cave du Faubourg et membre fondatrice de l’association Festiv’Art. Nous avions envie depuis longtemps de les faire découvrir aux habitants du quartier et à nos clients.». Côté arts, c’est le président de l’association Festiv’art Œnologique, Jean-Pierre Laumond, qui est aux manettes, avec l’envie de faire vibrer son quartier en proposant deux grands rendez-vous autour d’artistes contemporains – et lorrains – chaque automne.
Quartier parmi les plus vivants de la ville, les Trois Maisons ne ratent jamais une occasion de s’animer en mettant en avant la création. Les années précédentes l’art s’invitait déjà sur les trottoirs au pied du jardin de la Citadelle lors du Faubourg en tête de l’Art. Quelques semaines plus tard – plus au chaud, dans le gymnase Charles V et dans une ambiance plus intime – les œuvres trouvaient un nouvel écrin entourées de flacons précieux. « Cette année, élections municipales obligent, il n’y a pas eu de Faubourg en tête de l’art, note le président, le Festiv’art Œnologique est donc l’unique rendez-vous pour rencontrer les artistes ! ». Cette année, les étonnantes sculptures de Jean-No, que l’on peut admirer en ce moment dans les Jardins éphémères de la place Stan, feront face aux animaux de bronze de Gé-Pellini. L’ébéniste Christophe Masson et le peintre écossais Simon Laurie viennent compléter le tableau. Leurs œuvres seront en exposition-vente pendant tout le week-end. Au son des notes bleues du jazz, le visiteur déambulera au milieu des œuvres en découvrant les meilleurs crus d’Alsace, de la vallée du Rhône ou du Bordelais.

image[1] image[3] image[5]

Du Toulois aux Highlands

Nouveauté de cette deuxième édition, en écho à l’invitation de l’artiste écossais, un spécialiste du whisky, Anthony Mc Callum Caron vient présenter une sélection spéciale des ses coups de cœurs. Référence internationale en matière de whisky, ce franco-écossais s’occupe de la sélection des fûts pour l’élevage de futurs Single malt. Il incarne surtout mieux que quiconque l’amour entre la France et l’Ecosse, la réunion entre le vin et le whisky.
Comme lors de la précédente édition, la Cave du Faubourg saisit l’occasion du Festiv’Art Œnologique pour faire déguster sa propre production : il y a 6 ans la boutique s’est lancée dans la vigne en rachetant une parcelle de 6 ares à Bruley dans le Toulois. Petite récolte limitée à 2800 bouteilles cette année, ce deuxième millésime d’Auxerrois très floral baptisé Clos Saint-Luc vient rappeler l’attachement de la Cave du Faubourg à la production régionale et au terroir lorrain. Sur l’étiquette de la bouteille, une reproduction d’une toile de Christophe Masson vient boucler la boucle tel un clin d’œil qui réunit l’art et le vin.

Vendredi 14 de 18h30 à 22h30
Samedi 15 de 10h à 19h
et dimanche 16 novembre de 10h à 16h
entrée 3€, verre à dégustation offert