Les maisons de pain d’épices

175
Maison en pain d'épices © iStock

À l’approche de Noël, les maisons de pain d’épices font le délice des papilles comme des pupilles. Petit focus sur la star du goûter en cette saison enneigée…

La pâtisserie fait le régal des petits et des grands, même si ceux-ci l’avouent moins facilement ! Outre le simple plaisir gustatif qu’elle procure, cette discipline séduit ses adeptes comme les simples profanes par son déploiement d’imagination. Les gâteaux ne doivent pas juste combler les papilles des heureux mangeurs : ils doivent aussi enchanter nos yeux d’esthètes. Les maisons en pain d’épices s’inscrivent alors pleinement dans le folklore de fin d’année.

Une tradition de conte de fées

L’origine de cet étonnant dessert ne se trouve ni dans les grimoires d’un cuistot avant-gardiste, ni dans les mémoires d’un roi gourmet, mais dans l’un des plus célèbres contes de fées du monde. Dans Hansel et Gretel, des frères Grimm, les malheureux enfants abandonnés par leurs parents pensent trouver refuge dans une maison en pain d’épices assortie de fenêtres en sucre, aussi accueillante qu’alléchante. Affamés par leur périple dans les bois, les deux enfants se précipitent pour en croquer les façades avant que la sorcière, dissimulant ses cruelles intentions cannibales, ne les invite pour un copieux repas à l’intérieur. Alors qu’ils l’avaient d’abord présentée comme construite en pain, les conteurs ont rapidement transformé cette « austère » demeure en piège plus appétissant et davantage à même d’endormir la méfiance des enfants. Cette dernière version fut pour ainsi dire officialisée par les frères Grimm lors de la parution du premier volume des Contes de l’enfance et du foyer en 1812.

Aujourd’hui, plus de sorcière ni de méchante ogresse à l’horizon : seulement une mignonne petite maison qui fait le bonheur des gamins gloutons ! 

Une maison à croquer

Maison en pain d’épices ©iStock

Pour préparer son propre chalet, le chef (de chantier) devra réunir de nombreux ingrédients.

Pour le gâteau : 1 kg de farine, 300 g de beurre, 3 cuillères à soupe de mélange 4 épices, ½ cuillère à soupe de cannelle en poudre, ½ cuillère à soupe de gingembre moulu, 1 cuillère à soupe de levure chimique, 400 g de sucre roux, 3 œufs, 1 pincée de sel, 225 g de sirop d’érable (ou de miel, ou encore de Golden Syrup, trouvable en supermarché au rayon consacré aux produits anglo-saxons).

Pour consolider la maison et préparer la décoration (portes, fenêtres, toiture, motifs) : 3 blancs d’œufs, 500 g de sucre glace, des sucreries de votre choix pour donner un peu de couleur à l’ensemble. Commencez par dessiner les gabarits de la maison dans des feuilles de papier, en prenant soin d’isoler chaque élément. Découpez les formes réalisées à l’aide d’un cutter.

Mettez la moitié du kilo de farine et le beurre coupé en dés dans un saladier, puis travaillez le tout à la main jusqu’à l’obtention d’une pâte légèrement sablée. Ajoutez-y petit à petit le reste de la farine, ainsi que les épices, la levure et la pincée de sel. Mélangez le tout, puis incorporez le sucre. Laissez reposer puis, dans un autre récipient, battez les œufs et le sirop d’érable (ou la mélasse, ou le miel) puis ajoutez-y délicatement la pâte sucrée, en prenant soin de bien mélanger l’ensemble à l’aide d’une cuillère. Malaxez le tout avec vos mains et formez une boule de pâte. Étalez cette dernière avec un rouleau à pâtisserie jusqu’à obtenir un rectangle de 3 à 5 mm d’épaisseur. Découpez les éléments de la maison dans la pâte en vous aidant de vos gabarits, puis faites-les cuire pendant une quinzaine de minutes comme vous le feriez avec des sablés classiques. Pendant ce temps, préparez le glaçage sucré en battant énergiquement le sucre glace et les blancs d’œufs. Placez le mélange dans une poche à douille : il fera office de ciment et de décoration. Assemblez les différentes parties du chalet en vous servant dudit glaçage, et amusez-vous à donner vie à votre coquette maisonnette ! 

Sophie Diaz

Photos © Delpeyrat, Feyel, Comité interprofessionnel de la Pintade