Valérie Hénin : cœur de féline

881

Meilleure boxeuse pieds-poings de sa génération, elle confie à VivreNancy son après-carrière loin des rings… ou presque. Portrait intimiste.

C’est au cœur des installations du Punch Nancy que Valérie Hénin me rencontre. Courtoise, disponible, l’ancienne championne m’a ouvert le livre de sa destinée, sans langue de bois. D’entrée, elle précise : « Aujourd’hui, j’ai démarré une vie nouvelle. Je ne suis animée d’aucune nostalgie. Un chapitre de mon existence s’est fermé et j’ai ouvert de nouvelles pages blanches. »

Championne de choc

N’empêche pour tout ce qu’elle a réalisée dans sa discipline et comme formidable ambassadrice du sport féminin, nous rappellerons sa carte de visite : en Kick boxing, championne d’Europe en 1988 et du monde en 1990, championne du monde de Full Contact en 1993, championne du monde de boxe anglaise en 1996 et en Taekwondo, trois fois championne de France de (1999, 2000, 2001), deux fois vainqueur de la Coupe de France (1999 et 2001), 3e du championnat d’Europe (2000) ainsi que plusieurs podiums lors de compétitions internationales. Elle tutoiera une participation aux Jeux Olympiques. Dans un parcours aussi riche de succès aux multiples rencontres, qui l’a mené aux quatre coins de la planète, Valérie Hénin a toujours su garder la tête sur les épaules, n’omettant jamais l’essentiel dans les instants où la gloire peut faire déraisonner. A ce propos, elle indique : « Je n’ai jamais oublié que j’ai débuté dans une petite salle du Haut-du-Lièvre et tout ce que je dois à mon père Alain et à Jean-Paul Niogret. Ils ont toujours cru en moi en m’inculquant de belles valeurs. »

Femme de classe

Valérie Hénin, retirée désormais du haut niveau, a gardé cette ligne impeccable et ce charme indéfinissable et un tantinet félin quand elle vous aborde. Le cœur de lionne de l’ancienne championne dissimule un vrai cœur de femme, sensible. Quand elle évoque ses débuts avec une sincérité désarmante, elle s’en amuse presque : « En fait, pour populariser mon sport qui était très confidentiel, j’ai fait des photos… dénudées. Cela a attiré les regards d’émissions de télévision qui m’ont invitée… parfois en mettant en toile de fond le fameux calendrier ! Je n’étais pas dupe.» La suite est connue faite de médailles et podiums à foison. Quand l’heure de raccrocher les gants est venue, Valérie Hénin a fait quelques piges sur des télévisions comme consultante ou présentatrice météo… On la verra même tourner dans des films. Cette amoureuse de la nature est ensuite entrée dans une vie professionnelle plus classique, devenue directrice du Punch Nancy, le club de son cœur. Au sein de la structure qui est une association loi 1901 et accueille près de 1000 pratiquants par an, Valérie Hénin est comme un poisson dans l’eau : « Ici, chacun se connaît, c’est comme une grande famille ! De 4 à 72 ans… l’âge d’Anita qui me suit depuis des années. »

Maman aimante

Au sein d’une équipe d’entraîneur brevetés, Valérie Hénin gère les activités Kick boxing, boxe française, gym, abdos, yoga stretch, aérobic… Un planning chargé qu’elle assume : « Je prends beaucoup de plaisir à découvrir un public très différent et puis je suis autonome. » Dans ses  attributions, on la sent sereine, détendue, observant la trajectoire de sa fille, Magda, avec beaucoup d’attention. Dans les mots de la maman pour sa progéniture de 16 ans, on sent une admiration touchante, empreinte d’un grand respect. Magda a choisi d’emprunter le chemin de Valérie en Taekwondo avec de belles perfs qui pourraient la conduire à Londres l’été prochain comme sparring- partner d’une sélectionnée. Elle fait déjà partie du Pôle France. Avant que Magda ne nous rejoigne pour la séance photos, Valérie glisse, avec une pointe de fierté : « Dès l’âge de deux mois, Magda m’accompagnait au Punch. Cela a sans doute joué. Moi, j’ai fait ce sport pour faire plaisir à mon père. Je m’étais promis de ne jamais influencer ma fille. Je lui ai fait découvrir le cirque, la gym, le basket… Elle a choisi ensuite. Et, en plus elle travaille très bien au lycée ! » A l’heure de me laisser, Valérie me  quitte sur une bise. Humble et si humaine.  Pour elle, un vrai code d’honneur, sur et en dehors des tatamis.

Punch Nancy : 42 rue de Phalsbourg • 03 83 27 44 90 • www.punch-nancy.org