Nicolas Huguin : la tête dans les livres !

341

Nicolas Huguin est à la tête d’une des plus importantes libraires indépendantes de Lorraine : la libraire Stanislas (anciennement la Sorbonne). Il a bien voulu, en pleine rentrée littéraire, confier ses impressions à VivreNancy.

Les livres, la famille Huguin les connaît, et c’est tout naturellement que Nicolas a succédé à son père en 2011 à la tête de la librairie Stanislas-Nancy (la famille Huguin possède aussi la librairie Stanislas à Lunéville). Nicolas Huguin n’est cependant pas un idéaliste. Tenir une librairie indépendante est aujourd’hui loin d’être une sinécure. Rencontre vérité entre deux piles de caisses de livres qui attendent patiemment les stands du Livre sur la Place.

Des efforts et de la joie

Quand on demande à Nicolas Huguin ce que représente pour lui le Livre sur la Place, on pourrait résumer sa réponse à : des efforts et de la joie. Des efforts car monter le stand, le tenir, être à la disposition des auteurs et des lecteurs sont des tâches (très) prenantes. Durant ces trois jours, tout le monde est sur le pont. De la joie aussi car le salon amène des visiteurs qui n’auraient peut-être pas ordinairement pousser la porte (à tort !) d’une librairie. Et puis, il y a les surprises : des livres dont on ne soupçonnait pas le succès, des rencontres marquantes, etc.
« C’est aussi une appréhension de la rentrée littéraire par le biais des éditeurs dont on a la charge » nous précise le patron de la libraire Stanislas. « Dont on a la charge » s’étonne-t-on. Et Nicolas Huguin de nous apprendre le fonctionnement de l’association Lire à Nancy dont il fait partie et qui co-organise le salon littéraire nancéien. Cette association regroupe avec la librairie Stanislas, l’Autre Rive, le Hall du Livre, la librairie Didier et le Léz’arts. Chaque année, au cours d’une grande réunion, les libraires se répartissent les maisons d’édition, sans toutefois connaître les sorties de la rentrée (il est encore trop tôt). C’est un peu un coup de poker. Nicolas Huguin est fidèle à Fayard, Robert Laffont, Julliard…

Un soutien aux éditions locales

Cela a toujours été sa politique : soutenir les éditions régionales – même s’il n’aime pas trop cette appellation – de bonne qualité. Ce soutien est méritoire car la gestion au quotidien n’est pas toujours simple : les accords commerciaux sont souvent négociés au plus juste, et que dire quand ce sont des associations qui publient. Mais cette attention constante portée par la librairie Stanislas rencontre parfois de belles surprises comme avec les recherches de Gérard Giuliato, universitaire et archéologue, qui, avec sa collection Archéologie au PUN, séduit les lecteurs. Le dernier ouvrage en date sur la momie du château de Lunéville (avec le concours de Francis Janot) ne devrait pas démériter.

Des rencontres

Nicolas Huguin le confirme : le Livre sur la Place est l’occasion de faire de multiples rencontres : avec les visiteurs-lecteurs, avec les auteurs, avec les autres maisons d’édition et les libraires, avec les attachés de presse…bref, c’est un peu la grande réunion de la famille du livre. C’est aussi des rencontres autour d’œuvres. Nicolas Huguin l’avoue : il lui est plusieurs fois arrivé d’être séduit par le propos d’un de ses auteurs et de dévorer son livre, ce qu’il n’avait pu faire avant souvent faute de temps.

« Le salon est un exercice difficile pour les auteurs. Certains peuvent être très bons littérairement parlant, et se révéler très mal à l’aise face à un public. C’est très particulier, il faut un certain don pour instaurer une proximité avec le lecteur » souligne Nicolas qui sait que, cette année encore, il y aura de belles surprises sous le chapiteau !

La liste de tous les auteurs présents sur le stand de la libraire Stanislas est sur le site www.librairie-stanislas.fr