Maxime Pisano tisse sa toile

619

Fraîchement promu à la direction de la communication de la Ville de Vandœuvre, Maxime Pisano, 24 ans, étonne par sa précocité et sa détermination. Rencontre avec un communicant version 2.0 !

Il court il court, le nouveau directeur de la communication de la ville de Vandoeuvre, c’est entre deux rendez-vous, que  nous retrouvons Maxime Pisano en terrasse Place Stanislas, le temps d’évoquer sa jeune mais déjà prometteuse carrière. « Carrière est un bien grand mot, je préfère le terme de parcours.»  Une fois cette précision d’ordre sémantique faite nous déroulons le fil de ce parcours qu’il qualifie lui-même de « sinueux». Classes préparatoires au Lycée Poincaré, études d’Italien à la Faculté des Lettres de Nancy, « il n’y avait très peu de place au CAPES, je trouve d’ailleurs dommage que la langue et la culture italienne  ne soient pas suffisamment valorisées, malgré la présence d’une importante communauté italienne ». Il bifurque donc vers un Master au Centre Européen Universitaire. Mais son histoire avec la communication commence il  y a 7 ans avec la création d’un blog sur lequel il commente l’actualité. Il en crée d’autres notamment pendant la campagne présidentielle de 2007. « J’étais très impliqué et très motivé ». N’a-t-il jamais songé à une carrière politique ? « Non, en côtoyant les élus j’ai pu mesurer les sacrifices à faire et les difficultés à affronter pour faire carrière ».  Pour des raisons professionnelles son engagement politique est maintenant plus confidentiel. Durant son cursus il est assistant parlementaire de l’eurodéputée Catherine Boursier, élue en 2008-2009. Basé à Nancy, 1ère année de Master et job étudiant oblige, il rédige des discours, notes de synthèse, communiqués et dossiers de presse, organise les meetings et développe la présence en ligne de l’élue.

Détermination et gratitude

« Ce fut une drôle d’expérience, une année très riche. Cela m’a permis de découvrir les rouages du Parlement et de toucher à la communication politique  pour finalement me rendre compte que cela ne me plaisait pas vraiment. » Pour sa 2e année de Master, il effectue un stage pour le Festival de théâtre aux Actes Citoyens, « une expérience enrichissante, j’ai pu mener à bien le projet de développement de leur présence sur le web ». En 2010, fraîchement diplômé, il sort major de sa promo, du Centre Européen Universitaire il entre en tant qu’attaché de presse à Région.  « J’étais content d’avoir un poste sur une longue durée et de pouvoir mettre en pratique tout ce que j’avais appris seul ou au cours de mon cursus ». En parallèle il fonde avec sa compagne d’alors, l’agence MaxeO’.  « Nous étions tous les deux blogueurs et étudiants en communication, l’idée de cette agence était de permettre aux utilisateurs de nouvelles technologies de l’information et de communication d’avoir accès à des outils simples et performants ». On sent le jeune homme de 24 ans, ravi de ce qui lui arrive mais conscient des responsabilités que sa nouvelle fonction implique « cette promotion est à la fois un aboutissement et un commencement. » Issu d’une famille modeste, sa priorité était d’avoir  un travail stable et un statut social. C’est chose faite avec ce nouveau costume de directeur de la communication, un poste qu’il aborde avec un mélange d’excitation, de détermination mais aussi de gratitude « Faire le pari de la jeunesse, dans une société qui manifeste souvent de la méfiance pour qui a un âge dont le chiffre de la dizaine est un 2 c’est osé ! La mairie de Vandoeuvre me laisse ma chance, à moi de faire mes preuves.»  Quelle sera sa touche personnelle ? « Je vais naturellement poursuivre le processus de mise en valeur de la ville de Vandoeuvre et de ses habitants, que ce soit par le biais  de « 54500 » le magazine de la ville, ou en donnant plus de place au contenu numérique, notamment à destination des jeunes ». Car c’est bien connu la valeur n’attend pas le nombre des années …