La princesse et les plumes

118

Après « Un ruban autour d’une bombe », une biographie textile sur Frida Kahlo, l’illustratrice Maud Guély continue à poser des bombes sur le papier, à la plume ou au crayon. Rencontre avec une artiste qui fait pétiller le noir et blanc.

« Je pourrais dessiner des plumes pendant des heures. Ça me fait un bien fou. Il y a le plaisir du geste, sa répétition qui petit à petit me font entrer dans un état méditatif ». Les dessins de Maud Guély ont la délicatesse d’une plume. Avec légèreté, elle pose sur papier les silhouettes d’animaux, de plantes ou de créatures hybrides. Un peu comme une naturaliste, elle réussit à capter tous les détails de ses modèles, réels ou imaginés, et à les emprisonner sous les traits de son crayon. Comme une scientifique, la dessinatrice a aussi besoin de travailler en amont sur un projet : se donner du temps pour faire des recherches, trouver des sources d’inspiration avant de se lancer dans la création pure. Mais Maud Guély est loin d’être une artiste solitaire. Elle en serait plutôt l’antithèse. Pour sa part, elle s’est nourrie de ses diverses collaborations avec les collectifs Les Ateliers des Sœurs Macarons et Les Pink Princess Pictures. Et son parcours personnel et professionnel, de la galerie MyMonkey à son poste d’assistante culturelle pour la galerie Le Préau, est parsemé de ces rencontres qui ont forgé ses goûts et son style.

En noir et blanc

Pour elle, la création est une question d’affinités et d’amitié. C’est ainsi qu’a démarré son dernier grand projet : un essai graphique sur Frida Kahlo. « Un ruban autour d’une bombe », paru en octobre 2013, est le fruit d’un « coup de cœur amical » entre Maud Guély et Rachel Viné-Krupa. Le titre est emprunté à cette phrase d’André Breton : « l’art de Frida Kahlo est un ruban autour d’une bombe ». Très vite, elles décident de parler de ces fameux « rubans » évoqués par l’auteur surréaliste, que d’autres auraient pu qualifier de falbalas. « Elle utilisait les vêtements pour faire passer beaucoup de messages : pour dire “je suis triste” ou “malheureuse”, pour se réaffirmer dans son identité mexicaine, pour cacher son corps ou épater avec des tenues extravagantes », détaille Maud Guély. Rachel Viné-Krupa, spécialiste de la peintre, apporte son expertise, Maud toute sa fantaisie et sa poésie. Mais l’illustratrice y tient : pas de couleurs pour esquisser l’univers de l’artiste peintre, seulement du noir et blanc. Un choix à priori risqué. « Le monde de Frida est très coloré et pour beaucoup de gens, c’est étrange de l’évoquer sans ces teintes vives. Pourtant je ne voulais pas aller sur le terrain de Frida, ni trop puiser dans son fond iconographique », explique l’illustratrice.

cheeky-smile Illustration du livre un Ruban autour d'une bombe, éditions Nada, octobre 2013 Expo Bouledogue, le chien taureau, MJC Bazin expo Alice Galerie Les Arches, Metz Expo A nos rêves, Pink Princess Pictures

De l’art dans toutes les fibres

Du noir et blanc se dégage une simplicité presque naïve  mêlée à la force du trait. Pour cette raison, Maud Guély aime se plonger dans les gravures de Gustave Doré, les comics de Charles Burns ou les mangas de Tezuka. Cependant, le dessin au crayon nécessite une technique sûre. La précision de son coup de crayon, la dessinatrice l’a développée par elle-même en reproduisant les mêmes gestes, en s’inspirant de ses idoles. « Tracer des pleins, des déliés, des vides à remplir au crayon ou à l’encre, me plaît énormément. Aujourd’hui j’ai envie de me laisser porter, ne pas forcément faire joli », confesse-t-elle. Mais Maud Guély ne se restreint pas à un support. Elle aime quitter le papier et dessiner sur les murs ou les vitres. Elle a aussi créé avec Cyrielle Burtin la marque d’images sérigraphiées et de Tee-Shirts « Cheeky Smile ». Décidemment, Maud Guély se passionne pour les vêtements. « Je dessinais déjà des robes de princesse quand j’étais petite. Et puis ma mère travaillait dans une boutique de fringues ; ça a peut-être joué », analyse la dessinatrice. Virus des « fringues » ou non, l’art de Maud Guély se décline sous bien des formes. Parfois il se porte sur le dos.

Expositions de Maud Guély à venir en juillet-août 2014 :
« Mademoiselle GJ504B », avec les Pink Princess Pictures à La Planée, Celles-sur-Plaine.
« 6 week-ends d’Art Contemporain » à Nancy.
Suivez l’actualité de Maud Guély sur son site : www.maudguely.biz