#56

236

Édito

Gardons le rythme

Après une ouverture en fanfare de sa rentrée culturelle, avec le Livre sur la Place à Nancy, après une gourmande fête de la Mirabelle à Metz, la Lorraine ne perd pas le rythme. Elle trouve même le juste tempo, comme pour battre la mesure de l’arrivée de l’automne.

Pour la 42e fois, le grand chapiteau du Nancy Jazz Pulsation s’installe à la Pépinière. Comme une belle conclusion des festivals de jazz de l’été, comme pour encore mieux lancer la nouvelle saison, le rendez-vous éclectique et sympathique tient cette année encore ses promesse à partir du 7 octobre. Tout en s’appuyant sur des valeurs sûres, en invitant des stars devenues des fidèles, le NJP ne s’éloigne pas de sa signature originelle : mettre la musique au cœur de la ville en allant à la rencontre des publics peu habitués aux salles de concerts ou en donnant leur chance à des groupes en devenir.

Pour prolonger le plaisir du Livre sur la Place, qui cette année a pu ravir les passionnés de BD avec un hommage spécial à la revue Fluide Glacial, la librairie spécialisée La Parenthèse lance une exposition-vente des 50 plus beaux strips du volume 2 des Impostures, signé Romain Dutreix. On y retrouvera Rascar Capac, Haddock, Corto Maltese, Horus, Adèle Blanc-sec, le chat du rabbin et bien d’autres personnages…

Metz met les sciences à l’honneur et en nocturne s’il-vous-plaît. La Nuit européenne des chercheurs revient dans la capitale lorraine pour la troisième année consécutive. L’occasion pour de nouveaux chercheurs de venir présenter leurs projets de recherche, toutes disciplines confondues, en sciences exactes, humaines et sociales.

Alors que son Malade imaginaire inaugure la saison, le théâtre de la Manufacture enchaîne sous la forme d’un pas de côté avec Siffler n’est pas jouer.  Un spectacle musical original réunissant les membres du Quatuor Stanislas et Bertrand Causse, homme-orchestre, tout à la fois altiste, chanteur, siffleur, comédien, mime et chef d’orchestre.

Pour aller plus loin que les classiques, la Manufacture propose également un intéressant Macbeth (The Notes), une libre adaptation du célèbre drame, par Dan Jemmett et David Ayala. Ce dernier vient seul en scène évoquer Macbeth, le personnage, la pièce, la légende et le mythe.