#45

246

Édito

Un pas de côté

On aperçoit ses champs souvent du train en direction de Paris, d’une voiture qui roule vite. Ces lignes impeccables, ces grandes courbes vallonnées, plantées d’arbres sombres. Comme la Creuse, la Meuse sonne un peu seule. Un peu à l’ouest. Pas vraiment dans le sillon lorrain et pourtant si semblable à ses voisines les Vosges et la Meurthe-et-Moselle.

Ah bon ? Oui, grâce à ce bel équilibre entre la nature et le patrimoine, ce côté apaisé qui va puiser dans ses ressources simples la qualité principale du tourisme : l’accueil.

Après les Vosges et ses loisirs d’hiver détaillés dans ces colonnes récemment, direction donc la Meuse pour une mise en bouche plus qu’un tour d’horizon complet. Quelques pages pour rendre hommage à ce quart de la Lorraine  qu’on réduit trop souvent à un champ de bataille, comme une vieille tante qu’on respecte sans la visiter.

L’autre pas de côté se fera à la pause déjeuner, celle qu’on bâcle sans jamais l’oublier. Celle qu’on oublie de soigner et dont on se plaint sans cesse parce que trop courte, trop grasse ou trop salée… La nouvelle tendance des Food-trucks arrive en ville. Loin de céder aux sirènes du fast-food facile, ces camions restaurants, souvent tenus par de jeunes équipes dynamiques et créatives proposent des produits de qualités, authentiques. Un Bagel dans la plus pure tradition New-Yorkaise, un Burger revisité à la sauce française et c’est la pause-sandwich qui prend des allures de vrai repas. Ceux qui l’essaient l’adoptent souvent.

Sûr qu’on en trouvera bientôt sur les routes de Meuse ? On parie ?