Un coin nuit dans mon studio

55

Dans un studio, la règle d’or est d’optimiser au maximum les mètres carrés. Mais dans les plus petits appartements, c’est souvent le coin lit que l’on sacrifie. Voici quelques idées pour aménager un vrai espace nuit.

À l’approche de la rentrée, de nombreux étudiants ont déjà investi leur studio. Mais dans ces espaces réduits, beaucoup regrettent de ne pas disposer d’une véritable chambre ou d’une pièce plus intime. Qu’à cela ne tienne, avec un peu d’inventivité et en prenant en compte les contraintes du lieu, il est possible d’aménager un coin nuit, pour que studio ne rime plus avec canapé-lit…

Prendre de la hauteur

Si la hauteur sous plafond le permet, l’idéal est d’optimiser cet espace en créant une mezzanine. Ici, pas besoin d’une structure imposante. On mise sur le minimalisme en agençant un coin nuit classique et sans fioritures où l’on placera un simple matelas, tel un lit suspendu. Les combles sont aussi un bon moyen de gagner de la place tout en aménagement un couchage supplémentaire. 

Dans tous les cas, cette solution vous permettra non seulement de disposer d’un vrai lit mais de libérer aussi de la place au sol pour créer des rangements ou un coin bureau. Un atout non négligeable pour un étudiant qui a toujours un tas d’affaires à stocker…

Les astuces déco

Pour les studios où il n’est pas possible de cloisonner son espace nuit, on opte pour des astuces déco qui, en plus de donner une touche originale à son intérieur, permettront de créer un vrai coin d’intimité. Première option : le lit escamotable que l’on intègre au mur. Cette solution très discrète permet de dégager un maximum de place et de cacher le lit durant la journée. Classique mais efficace, cet agencement se transforme en atout design si l’on crée de chaque côté du lit des niches pour remplacer les tables de chevet.

Autre idée : détourner l’utilité première d’un meuble pour le métamorphoser en cloison. Ainsi, les bibliothèques claire-voie à structure tubulaire et aux tablettes espacées pourront, par exemple, faire office de séparation symbolique entre la chambre et le salon. Jouer sur la hauteur et le volume permet en plus d’agrandir visuellement la pièce.

Enfin, vous pouvez encore tout simplement installer des rideaux ou des panneaux japonais, notamment si vous craignez qu’une cloison ne vous fasse perdre de précieux mètres carrés. Économique, décorative et tout en légèreté, cette alternative vous permet de vous couper du reste du studio la nuit tout en laissant le volume de la pièce libre en journée.

Des cloisons qui ont tout bon

Créer de l’intimité sans forcément fermer l’espace, c’est aussi possible en misant sur les cloisons. Le plus simple consiste à délimiter le coin nuit avec un claustra. Composé de lames en bois plus ou moins larges, cet équipement est idéal pour fermer en partie le coin couchage tout en contrôlant l’opacité. Le mieux est encore de choisir un claustra aux mêmes dimensions que votre lit, avec des lames en biais pour laisser passer la lumière.

Pour jouer un peu plus sur la modularité du lieu, on peut encore opter pour une cloison coulissante. Peu complexe à mettre en oeuvre, ce mur, qui glisse au gré des besoins et des envies, est un atout pratique mais aussi esthétique. Il est en effet possible de peindre la cloison d’un ton vif et contrastant afin de marquer l’espace nuit et d’apporter une touche déco supplémentaire.

Dans un esprit plus industriel, la verrière a elle aussi un rôle à jouer. Très tendance, le style loft s’accommode en effet parfaitement des petits espaces. Les cloisons à moitié vitrées permettent ainsi d’isoler le lit en partie basse sans pour autant « étouffer » l’espace chambre. Un bon compromis pour se concocter un nid douillet et stylé ! M. K

Photos © Archea, elfa, gautier, DR